Chelsea : Lampard officiellement limogé    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Polémique FAF-FTF    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    Nouvelle vague de gros procès en février    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    Le ministre de l'Industrie dépose plainte contre l'Association des concessionnaires : L'automobile de la discorde    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    Un pôle économique qui va générer 15 000 emplois    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Le Real sourit à nouveau, Zidane sauvé par contumace    Youcef Atal marque et se blesse    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    MADJID FERHATI, NOUVEAU DIRECTEUR DE LA CHAÎNE II    La justice se déjuge    Créer un développement décentralisé    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    Agrumiculture: Une production de plus de 200.000 quintaux    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Santé: Plus de 10.000 paramédicaux seront recrutés    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le peuple sahraoui attend le retour de la MINURSO dans la région pour assumer sa mission
Publié dans Algérie Presse Service le 25 - 05 - 2016

Mohamed El Amine, membre du secrétariat national du Front Polisario, a affirmé mardi à Alger, que le peuple sahraoui attendait le retour de la MINURSO dans la région pour assumer la mission qui lui incombait à savoir l'organisation d'un référendum d'autodétermination, ajoutant que le peuple sahraoui était disposé à arracher son droit spolié même 25 ans après la cessation de la lutte armée.
"La direction et le peuple sahraouis n'attendent pas seulement le retour de la MINURSO mais espèrent que celle-ci assume sa mission fondamentale qui consiste en l'organisation d'un référendum d'autodétermination au Sahara Occidental", a indiqué M. El Amine lors du Forum de la mémoire organisé par l'association "Mechaal Echahid" sous le slogan de "Sahara Occidental, dernière colonie d'Afrique" à l'occasion de la célébration, le 25 mai, de la Journée de l'Afrique et le 43e anniversaire du déclenchement de la lutte armée de ce peuple.
Il a rappelé que le peuple sahraoui était "profondément déçu" car ayant perdu confiance en l'Organisation des Nations unies (ONU) qu'il considère désormais comme étant une "machine pour maintenir l'occupation".
"La guerre bat son plein" sur les fronts politique et diplomatique bien que la lutte armée a cessé depuis 25 ans, a-t-il précisé avant de souligner la disposition totale du peuple sahraoui qui est dans l'expectative de la décision de l'ONU liée au retour de la MINURSO.
"Si les prochains mois n'apportent pas de nouveau, un autre langage s'imposera alors", a-t-il poursuivi avant de dire que "le Front Polisario et le peuple sahraoui ne représentaient pas une menace de guerre mais tentaient simplement de recouvrer leurs droits même par la force s'il le fallait.
M. El Amine a estimé toutefois, impératif de rester vigilant pour faire face à toute éventualité, relevant que "si une guerre venait à éclater, cela aurait un impact négatif sur l'ensemble de la région".
Il a rappelé que depuis sa création en 1973, le Front Polisario a permis au peuple sahraoui de recouvrer "dignité et respect" après avoir vécu dans l'isolement et l'ignorance du fait des situations sociale, politique et internationale qui prévalaient à l'époque.
"Le peuple sahraoui ressent une terrible frustration en raison de son droit spolié par un occupant dont les méthodes et pratiques ne diffèrent nullement de celles de l'occupant israélien à l'encontre du peuple palestinien", a-t-il déclaré, ajoutant qu'"outre les assassinats, les interpellations et la torture, il s'adonne aujourd'hui à une nouvelle forme de destruction à savoir l'aliénation intellectuelle".
D'autre part, l'ancien chef du gouvernement de la RASD, a imputé la cessation de la lutte du Front Polisario à la confiance placée dans les "promesses non tenues" des organisations onusiennes, appelant la nouvelle génération sahraouie à réfléchir "judicieusement" afin de résister à l'occupant marocain et de recouvrer ses droits.
Il a rappelé à ce propos, "le soutien inconditionnel de l'Algérie à la lutte sahraouie", rassurant que "le peuple sahraoui ne s'était jamais senti étranger en Algérie même si le combat a perduré".
Il a souligné également le "rôle pivot" de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) dans le soutien du combat du peuple sahraoui visant à faire résonner son écho au sein des organisations et institutions internationales, relevant qu'après l'adhésion de la RASD en 1981 à l'organisation, l'occupant marocain a accepté l'idée d'un référendum d'autodétermination au Sahara Occidental malgré ses multiples manoeuvres pour empêcher cela.
De son côté, le président du collectif des journalistes algériens solidaires avec la cause sahraouie qui a contribué à l'organisation de la rencontre, Mustapha Ait Mouhoub, a déclaré que les deux derniers mois étaient décisifs au plan diplomatique et ont réalisé des succès depuis la décision du tribunal européen à celle des Nations unies et du Conseil de sécurité portant retour de la MINURSO.
Il a appelé les journalistes à suivre la logique procédurale dans le traitement de la cause du peuple sahraoui, ajoutant que le collectif poursuivra son appui pour faire entendre la voix de la justice et permettre au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermination.
Le secrétaire général de l'Union nationale des paysans algériens (UNPA), El Hadj Alioui, a fait remarquer que si l'action diplomatique qui a duré 25 années n'a pas donné ses fruits, l'on s'attend alors à une révolte du peuple sahraoui".
Il est important au peuple sahraoui de jouir de son droit à l'autodétermination, a-t-il renchéri avant d'appeler à l'organisation d'une semaine d'information pour faire connaitre davantage la cause sahraouie au plan international.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.