RECLAME PAR LA JUSTICE : Djemai cède sa place à la tête du FLN    DE TIARET, LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS RASSURE : ‘'La ligne ferroviaire, prochainement livrée''    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les employés d'Aigle Azur en Algérie sacrifiés ?    Années du service national et droit à la retraite    Et après ?    Transition toujours mouvementée au Soudan    Le logo officiel présenté aujourd'hui    L'Algérie deuxième, avec 3 or et 1 argent    Les garçons évitent le forfait, les filles toujours dans l'expectative    Slimani passeur décisif    Les partis se positionnent    Béjaïa : le front social en ébullition    Deux morts et deux blessés dans un accident de la route    Pénurie de manuels scolaires    MBC lance une chaîne TV dédiée aux pays du Maghreb    Un festival à Alger pour la promotion des traditions méditerranéennes    Le Sénégal invité d'honneur du 24e Sila    ACTUCULT    L'appel à participation ouvert jusqu'au 15 novembre    "L'oppression nous conduit droit vers une élection illégitime"    Hausse du déficit de la balance commerciale    Suppression de la règle 49/51 : Les Britanniques applaudissent et promettent un programme d'investissement    Une «alliance islamo-nationaliste» pour sauver le scrutin    L'activiste Samir Belarbi arrêté    «Les dernières inculpations des manifestants sont politiques»    Le pétrole en nette hausse    CHAN-2020 : Les 24 joueurs face au Maroc    Belle option pour les Rouge et Noir    Est-il sérieux de parler encore de mobilité ?    Un autre coup de massue pour les Hamraoua    Tébessa: La Protection civile sur le qui-vive    Elections présidentielles: L'Algérie dans une phase cruciale    Attaque contre l'Arabie saoudite: Le pétrole s'affole, les tensions diplomatiques montent    Médicaments: Pour une meilleure traçabilité des Psychotropes    MC Oran: Une défaite qui interpelle    Gestion de l'eau: Les aveux du ministre    Ils seront livrés en novembre prochain: Des instructions pour l'achèvement des 2.800 logements AADL dans les délais    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Bensalah nomme Abderrahmane Bouchahda nouveau DG de l'OAIC    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Pour les passionnés de fantastique    Plaidoyer pour la promulgation d'une loi permettant l'acquisition de tableaux    Stabilité et épanouissement de la nation    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Enquêtes dans les écoles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Renégociation des accords UE-Maroc: le Parlement européen "surpris" et "déçu" par l'opacité de la Commission européenne
Publié dans Algérie Presse Service le 21 - 02 - 2018

Le président de la commission du commerce international au Parlement européen, Bernd Lange s'est dit mardi "surpris" et "déçu" par l'opacité dont a fait preuve la Commission européenne lors des négociations avec le Maroc sur la conclusion d'un accord additionnel à l'accord d'association en vue de se conformer à l'arrêt de la Cour européenne de justice (CJUE).
"Je suis surpris par cette procédure", a-t-il déclaré lors d'un échange de vues de sa commission avec des représentants de la Commission européenne sur l'accord paraphé le 31 janvier par l'UE et le Maroc, dénonçant un "accord conclu à huis clos".
M. Bernd Lange a jugé d'ailleurs "inacceptable" la manière avec laquelle la Commission européenne a mené les négociations, déplorant la marginalisation du Parlement européen dans ce dossier.
Le député européen Florent Marcellesi s'est dit, de son côté, "abasourdie" par la démarche de la Commission européenne qui est allée chercher le consentement des colons marocains sur l'extension de l'accord d'association UE-Maroc au Sahara occidental.
"Ce que vous faites est contraire à l'arrêt de la CJUE", a-t-il lancé à l'adresse des représentants de l'exécutif européen.
Dans son arrêt rendu le 21 décembre 2016, la CJUE a conclu que les accords d'association et de libéralisation UE-Maroc ne s'appliquent pas au Sahara occidental.
Elle a également souligné que si l'accord UE-Maroc devait s'appliquer au Sahara occidental, il faudrait un consentement préalable du peuple sahraoui, c'est-à-dire du Front Polisario, reconnu par l'ONU comme le représentant du peuple du Sahara occidental depuis 1979.
L'eurodéputé Klaus Buchner a accusé, pour sa part, la Commission européenne de "fouler au pied" l'arrêt de la CJUE, dénonçant les pratiques de cette commission qui "négocie avec le gouvernement marocain et demande, à postériori, le consentement de la population".
Choquée par l'attitude de la Commission européenne, l'eurodéputée Bodile Valéro a reproché aux représentants de cette Commission de "ne pas faire l'effort d'essayer de faire croire aux parlementaires que l'exécutif tente de se conformer à l'arrêt de la CJUE".
Nécessité de respecter l'arrêt de la CJUE
Les députées européennes, Anne-Marie Mineur et Lola Sanchez Caldentey ont insisté sur la nécessité de respecter l'arrêt de la CJUE.
Si pour l'eurodéputée Mineur, il n'y a qu'une seule solution possible: se conformer à l'arrêt de la CJUE, la députée européenne Sanchez estime que l'UE doit non seulement se conformer à cet arrêt, mais doit également prendre en compte les conclusions de l'avocat général de cette même cour et qui a jugé, il y a quelques jours, que l'accord de pêche UE-Maroc est "invalide". "Le parlement européen ne votera pas un accord illégal", a-t-elle prévenu.
L'eurodéputée Maria Arena a suggéré, de son côté, de soumettre l'accord paraphé par l'UE et le Maroc le 31 janvier dernier à l'appréciation de la CJUE pour vérifier sa conformité avec la décision rendue le 21 décembre 2016, avant que le vote au niveau du Parlement européen.
La rapporteur de la commission du commerce international (INTA), Patricia Lalonde a rappelé, par ailleurs, aux députés européens qu'il était de leur responsabilité de "s'assurer de la représentativité des organisations consultées" pour obtenir le consentement du peuple sahraoui et de "la justesse et du caractère non ambigüe du consentement exprimé" par le peuple sahraoui.
Le représentant de la Commission européenne, Perreau De Pinnink Fernando a précisé que le projet d'accord paraphé le 31 janvier dernier entre l'UE et le Maroc "signifie simplement que le texte est désormais fixé".
Selon ce haut responsable, "aucun engagement politique n'a été pris tant qu'une proposition n'a pas encore été faite au Parlement ou au Conseil".
" C'est au législateur de se prononcer", a-t-il ajouté, soulignant que "s'il devait y avoir des éléments nouveaux (...) il faudrait éventuellement revoir le texte".
Il a cité à ce titre le jugement de la CJUE, attendu le 27 février prochain, dans l'affaire de la question soumise à cette Cour par un tribunal britannique suite au dépôt de plainte par Western Sahara Campaign (WSC), une association plaidant le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui.
L'autre représentant de la Commission européenne, Vincent Piket, a affirmé de son côté que le "Front Polisario a un rôle à jouer" dans les consultations pour obtenir le consentement du peuple sahraoui, faisant remarquer qu'une rencontre avec des responsables du Front Polisario a été tenue à la mi-février.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.