Tipasa : Le peuple insiste sur la fin total des symboles du système    CHLEF.. «Nous voulons un changement radical !»    Ramadhan.. Les abattoirs d'Alger mobilisés    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sport scolaire.. Cinq accords de coopération avec des fédérations sportives    World Cadet Challenge 2019 de Tennis de table.. Azzala et Belache dans l'équipe africaine    Bab El Oued(Alger).. Cinq marchés de proximité seront ouverts    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Village ath allaoua.. Hommage à trois martyrs    Libye.. Les combats continuent    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Boumerdès.. De nouveaux projets pour relancer l'artisanat    Les Soudanais exigent un pouvoir civil    Gaïd Salah à partir de la 4e région militaire : «Les tentatives de déstabilisation ont échoué et vont échouer»    «La précédente Constituante n'a empêché ni les abus ni l'instabilité constitutionnelle»    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    L'arbitre assistant Doulache invité par la commission de discipline    La FAHB sanctionne le CRDM et donne la victoire au CHBB    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Bensalah opte pour la concertation avec la classe politique    Collision entre un camion et un véhicule à fait 5 morts    Campagne de volontariat pour la plantation de l'armoise blanche    SIDI BEL ABBES : 05 blessés dans une collision sur la RN 07    TIARET : 7 ans de prison ferme pour un dealer    MASCARA : 110 motocycles mis en fourrière en 90 jours !    CONSULTATIONS POLITIQUES : La Présidence organisera une rencontre consultative lundi    Papicha de Mounir Meddour en lice    Souidani Boudjemaâ, toujours un modèle pour les jeunes    Cœur de lumière    L'AUTRE FACE SI MERVEILLEUSE DU ‘'HIRAK'' : Mostaganem s'offre une superbe ‘'toilette''    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Le Coupe arabe des clubs change de nom    Ligue 1 : Fin du championnat le 26 mai prochain    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Khenchela : les artistes pour un vrai changement    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Renégociation des accords UE-Maroc: le Parlement européen "surpris" et "déçu" par l'opacité de la Commission européenne
Publié dans Algérie Presse Service le 21 - 02 - 2018

"Je suis surpris par cette procédure", a-t-il déclaré lors d'un échange de vues de sa commission avec des représentants de la Commission européenne sur l'accord paraphé le 31 janvier par l'UE et le Maroc, dénonçant un "accord conclu à huis clos".
M. Bernd Lange a jugé d'ailleurs "inacceptable" la manière avec laquelle la Commission européenne a mené les négociations, déplorant la marginalisation du Parlement européen dans ce dossier.
Le député européen Florent Marcellesi s'est dit, de son côté, "abasourdie" par la démarche de la Commission européenne qui est allée chercher le consentement des colons marocains sur l'extension de l'accord d'association UE-Maroc au Sahara occidental.
"Ce que vous faites est contraire à l'arrêt de la CJUE", a-t-il lancé à l'adresse des représentants de l'exécutif européen.
Dans son arrêt rendu le 21 décembre 2016, la CJUE a conclu que les accords d'association et de libéralisation UE-Maroc ne s'appliquent pas au Sahara occidental.
Elle a également souligné que si l'accord UE-Maroc devait s'appliquer au Sahara occidental, il faudrait un consentement préalable du peuple sahraoui, c'est-à-dire du Front Polisario, reconnu par l'ONU comme le représentant du peuple du Sahara occidental depuis 1979.
L'eurodéputé Klaus Buchner a accusé, pour sa part, la Commission européenne de "fouler au pied" l'arrêt de la CJUE, dénonçant les pratiques de cette commission qui "négocie avec le gouvernement marocain et demande, à postériori, le consentement de la population".
Choquée par l'attitude de la Commission européenne, l'eurodéputée Bodile Valéro a reproché aux représentants de cette Commission de "ne pas faire l'effort d'essayer de faire croire aux parlementaires que l'exécutif tente de se conformer à l'arrêt de la CJUE".
Nécessité de respecter l'arrêt de la CJUE
Les députées européennes, Anne-Marie Mineur et Lola Sanchez Caldentey ont insisté sur la nécessité de respecter l'arrêt de la CJUE.
Si pour l'eurodéputée Mineur, il n'y a qu'une seule solution possible: se conformer à l'arrêt de la CJUE, la députée européenne Sanchez estime que l'UE doit non seulement se conformer à cet arrêt, mais doit également prendre en compte les conclusions de l'avocat général de cette même cour et qui a jugé, il y a quelques jours, que l'accord de pêche UE-Maroc est "invalide". "Le parlement européen ne votera pas un accord illégal", a-t-elle prévenu.
L'eurodéputée Maria Arena a suggéré, de son côté, de soumettre l'accord paraphé par l'UE et le Maroc le 31 janvier dernier à l'appréciation de la CJUE pour vérifier sa conformité avec la décision rendue le 21 décembre 2016, avant que le vote au niveau du Parlement européen.
La rapporteur de la commission du commerce international (INTA), Patricia Lalonde a rappelé, par ailleurs, aux députés européens qu'il était de leur responsabilité de "s'assurer de la représentativité des organisations consultées" pour obtenir le consentement du peuple sahraoui et de "la justesse et du caractère non ambigüe du consentement exprimé" par le peuple sahraoui.
Le représentant de la Commission européenne, Perreau De Pinnink Fernando a précisé que le projet d'accord paraphé le 31 janvier dernier entre l'UE et le Maroc "signifie simplement que le texte est désormais fixé".
Selon ce haut responsable, "aucun engagement politique n'a été pris tant qu'une proposition n'a pas encore été faite au Parlement ou au Conseil".
" C'est au législateur de se prononcer", a-t-il ajouté, soulignant que "s'il devait y avoir des éléments nouveaux (...) il faudrait éventuellement revoir le texte".
Il a cité à ce titre le jugement de la CJUE, attendu le 27 février prochain, dans l'affaire de la question soumise à cette Cour par un tribunal britannique suite au dépôt de plainte par Western Sahara Campaign (WSC), une association plaidant le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui.
L'autre représentant de la Commission européenne, Vincent Piket, a affirmé de son côté que le "Front Polisario a un rôle à jouer" dans les consultations pour obtenir le consentement du peuple sahraoui, faisant remarquer qu'une rencontre avec des responsables du Front Polisario a été tenue à la mi-février.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.