Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    Real : Un gros chèque pour le recrutement    Accidents de la circulation: 45 morts et 1245 blessés en une semaine    Organisation à Londres du Festival algérien des arts et de la culture "Dz Fest"    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Déclaration de politique générale du Gouvernement: Une politique sociale "efficiente" et "équitable"    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Médicaments: Aaon évoque avec une délégation du Snapo l'amélioration de l'approvisionnement    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Peaux de banane !    Brèves Omnisports    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    Le plan de Benzema    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Sommet arabe: les dirigeants arabes confirment leur participation    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La France n'a pas encore expurgé son passé colonial en Algérie
Publié dans Algérie Presse Service le 15 - 03 - 2018

, a estimé l'historien français Gilles Manceron, affirmant que la reconnaissance de ce passé est une "nécessité".
"La France n'a pas encore expurgé son passé colonial, sa nostalgie coloniale. En France, on n'a pas cessé de répéter depuis l'indépendance de l'Algérie un certain nombre de mythes", a expliqué l'historien anticolonial lors d'un débat organisé mercredi soir au Centre culturel algérien de Paris autour du livre de Mohand-Tahar Zeggagh "Vérités sur les crimes de l'OAS en Algérie" (ANEP, Alger, 2017).
Pour Gilles Manceron, la reconnaissance du passé douloureux de la colonisation est une "nécessité" pour l'Algérie, les relations entre les deux pays et les Français.
La rencontre, organisée dans le cadre du 56e anniversaire des Accords d'Evian et du cessez-le-feu du 19 mars 1962, a focalisé essentiellement sur les crimes de l'Organisation armée secrète (OAS) qui voulait coûte que coûte faire échec aux négociations entamées par le général De Gaulle et le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA).
L'auteur de "Nostalgérie. L'interminable histoire de l'OAS" (La Découverte, 2015), Alain Ruscio, qui qualifie l'OAS de mouvement fasciste qui a semé la mort, a fait remarquer cette entité terroriste, formée en terre fasciste (l'Espagne franquiste), était dans la population française "comme un poisson dans l'eau", relevant que 60 ans après l'indépendance de l'Algérie, les Français répètent les mêmes faux clichés comme "le massacre des harkis, les disparitions de Français entre le 19 mars et 5 juillet 1962, etc."
C'est-là où Mohand-Tahar Zeggagh, qui a également publié "Prisonniers politiques FLN en France pendant la guerre d'Algérie. La prison, un champ de bataille (Ed. Publisud, 2012), a rappelé qu'après le 19 mars 1962, l'OAS avait intensifié son terrorisme. "Elle est entrée dans la phase de la terre brûlée et de la terreur pour rendre impossible l'application des Accord d'Evian", a-t-il dit.
"Parmi les 11 généraux de l'armée française, 9 ont intégré l'OAS, ainsi que 12 colonels", a-t-il souligné, faisant état du soutien de 80 députés de l'époque à cette entité terroriste, sans compter, a-t-il ajouté, les multiples sympathies dans le gouvernement de Michel Debré.
Mohamed Ghafir, dit Moh Clichy, un des responsables de la Fédération FLN de France, présent au débat, a indiqué que les militants avaient beaucoup souffert durant les trois mois entre la signature des Accords d'Evian et l'indépendance de l'Algérie et vivaient sous les menaces de l'OAS, rappelant auparavant que le gouvernement Debré voulait faire échec aux négociations en étant le premier responsable des massacres du 17 octobre 1961.
Michel Debré, qui avait démissionné juste après la signature des Accords d'Evian, voulait une partition de l'Algérie avec une sorte de bande côtière, où les Européens conserveraient l'autorité et le pouvoir, rappelle-t-on.
"Les violences policières étaient quotidiennes après la signature des Accords d'Evian et nous, militants, activions dans des conditions très difficiles", a encore ajoute Mohamed Ghafir.
Mohand-Tahar Zeggagh a tenu, à la fin de la rencontre, à rendre hommage aux Français qui ont été aux côtés des Algériens dans leur lutte pour l'indépendance. "Je regrette que nous ne parlons pas de cette France anticoloniale qui nous a beaucoup aidés", a-t-il dit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.