L'enjeu des locales et la survie des partis    Fraude électorale: la justice frappe fort    Une ambition en sursis    La connexion électrique    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Qui succédera à Chenine ?    Lavagne met en garde ses joueurs    Suppression officielle début juillet    Le ministère des Moudjahidine rejette toute tentative d'atteinte aux symboles nationaux    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Baccalauréat: les candidats mitigés sur l'épreuve de mathématiques    Suspension des programmes de la chaîne "El Hayat TV" pour une semaine à partir de mercredi    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    4 personnes carbonisées suite à un accident    Les mesures de confinement reconduites dans 14 wilaya    Le Soudan qualifié    Pétrole algérien, les barils de la peur, lecture prospectiviste de l'ouvrage du Dr M. S. Beghoul    Les acteurs politiques en attente des tractations    Relance cherche finances    Actuculte    L'enseignement à distance en débat    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Ligue des champions : Option pour Al Ahly et Kaiser Chiefs    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?!    Tiaret: Hommage au producteur radiophonique Hadjarab    Liste des 851 produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Langue amazigue- académie: il est temps de laisser place aux académiciens
Publié dans Algérie Presse Service le 21 - 06 - 2018

Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, a affirmé, mercredi, devant les députés de l'Assemblée populaire nationale (APN) que le temps était venu pour les politiciens de laisser la question de la langue amazighe et de sa promotion, aux académiciens et spécialistes, indiquant que l'Académie s'appuiera, dans sa composante, sur l'élément scientifique.
Répondant aux députés à l'issue de la séance de débat du projet de loi organique relatif à l'Académie algérienne de la langue amazighe, le ministre a précisé que la composante de cette instance s'appuiera sur l'élément scientifique", ajoutant qu'"il était temps que la langue amazighe soit laissée aux académiciens et spécialistes et que les politiciens y renoncent".
Les détails techniques relèvent de la mission des spécialistes et non des politiciens, a-t-il ajouté.
Après avoir rappelant que la reconnaissance de la langue amazighe est intervenue après une longue lutte, le ministre a souligné que le mérite de la concrétisation de cette reconnaissance revient au président de la République, Abdelaziz Bouteflika qui a également assigné à l'Etat un grand devoir dans la promotion de cette langue, notamment la création d'une académie.
A ce titre, le ministre de l'Enseignement supérieur a affirmé que l'accent sera mis, lors de la sélection des membres de cette académie, sur la composition qui doit comprendre des spécialistes en langues, lesquels doivent représentent les variétés linguistiques de la langue amazighe employée en Algérie, et qui sont au nombre de " 12 variétés linguistiques", d'après le ministre.
Il a estimé que le texte du projet de loi qui prévoit la possibilité d'associer d'autres organismes à l'action de cette instance se veut "positive", et ce afin de tirer profit des expériences d'autres pays, notamment nos pays voisins ayant déjà traité des questions similaires à celle de l'amazighité.
Hadjar a souligné, à ce titre, que l'Académie veillera à la codification de la langue amazighe, ce qui devra probablement exiger un nombre d'années pour sa standardisation afin qu'elle devienne une langue de référence et un élément pour la cohésion du peuple.
Lors d'une séance de débat consacrée au projet de cette loi, les membres de l'APN avaient évoqué la question de l'écriture qui sera utilisée pour la transcription de Tamazight pour laquelle des députés ont opté pour l'écriture en Tifinagh.
Pour leur part, les députés du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) et ceux du Front des forces socialistes (FFS) ont demandé de retirer le projet de cette loi et de le remplacer par le projet de loi organique en vue d'officialiser la langue amazighe.
Les mêmes députés ont considéré que la non-consécration de tamazight comme langue officielle de l'Etat dans l'article 4 de la Constitution révisée en février 2016, comme pour la langue arabe n'est autre qu'"une officialisation avec sursis".
Les députés du parlement ont axé, en outre, sur la composante de l'académie qui doit comporter des experts représentant toutes les diversités linguistiques pour éviter toute forme d'exclusion.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.