Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



APN: L'amazighité doit être à l'abri de l'extrémisme «islamiste» et «séparatiste»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 06 - 2018

  Les parlementaires ont tous insisté sur la nécessité de mettre la question amazighe avec toute sa dimension, à l'abri de tous les calculs et les pressions politiques et idéologiques. C'est ce qu'a recommandé la majorité des partis politiques, que ce soit ceux de l'opposition ou des partis de la majorité, lors des débats sur le projet de loi organique relatif à l'Académie algérienne de la langue amazighe présenté, hier, à l'Assemblée populaire nationale (APN).
Les partis dits «islamistes» ont, par la voix du chef du groupe parlementaire de l'alliance Adala-Bina-Nahda, Lakhdar Benkhalaf, réclamé des définitions claires et explicites des dispositions que compte ce projet et ce, «pour que cette académie et la langue amazighe soient à l'abri de l'opportunisme ou des calculs politiciens, ainsi que de l'extrémisme berbériste séparatiste».
Mieux, Lakhdar Benkhalef a affirmé que le parquet doit s'autosaisir pour engager des poursuites judiciaires contre Ferhat Mehenni qui a appelé, à partir de Londres, les militants du MAK, plutôt la jeunesse kabyle, à créer des milices «en s'engageant dans les corps de contraintes kabyles». Un appel qualifié de dangereux par le député de l'Alliance verte qui, selon ses propos, «peut bien nous reconduire aux années de braises et à la folie terroriste». Le député Slimane Chenit, du même courant politique, abonde dans le même sens en affirmant que la question de la langue amazighe doit être tenue à l'écart de toutes sortes de «provocations politiques» et qu'il ne faudrait plus qu'elle soit utilisée comme un moyen de pression, que ce soit de la part du système ou de ceux qui s'opposent au système. Pour lui, «la langue amazighe doit nous unifier et non pas nous désunir». Il a estimé que la programmation de ce projet de loi, avant la tenue des élections présidentielles, est une bonne chose justement pour éviter la surenchère autour de cette question.
Si les partis dits «islamistes» et ceux des partis majoritaires ont plaidé pour l'écriture de la langue amazighe avec des lettres de la langue arabe, au lieu du latin ou de Tifinagh, le député Djamel Bahloul du FFS a affirmé que la question de son écriture ou celle relative à la linguistique relèvent des prérogatives de l'académie et des experts scientifiques. Et de souligner : «Nous refuserons tout chantage sur cette question». «Ce projet de loi est un pas important, mais il demeure insuffisant, car la langue amazighe a besoin d'une loi organique pour la mise en œuvre de son officialisation. Du point de vue de la Constitution, il y a encore une ambiguïté et un flou, la langue amazighe comme constante nationale n'est pas encore citée dans ladite Constitution», ajoute-t-il.
Le député du FFS, Djamel Bahloul a insisté sur la nécessité d'éloigner ou de mettre à l'abri la langue amazighe de l'extrémisme «islamiste» et «séparatiste». Il conclut : «Les Algériens n'ont pas peur de l'amazighité car c'est une identité, une culture, une langue qui œuvre pour l'unification de l'Algérie et de la région nord-africaine».
Dans ses dispositions générales, le projet de loi définit l'académie comme une institution nationale à caractère scientifique, dotée de la personnalité morale et de l'autonomie financière. Elle constitue l'autorité de référence dans les domaines liés à la langue amazighe, dont le siège est fixé à Alger. Ce projet de loi organique, présenté hier par le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, a fixé les missions, la composition, l'organisation et le fonctionnement de l'Académie algérienne de la langue amazighe. Justement, l'académie aura à mener des recherches dans tous les domaines de la promotion de la langue amazighe à travers la codification et la standardisation de la langue sur la base de l'ancrage social et de la dynamique culturelle dans toutes ses variétés par une approche convergente. Il s'agit notamment de recueillir le corpus national de la langue amazighe dans toutes ses variétés linguistiques, d'établir une normalisation de la langue amazighe à tous les niveaux de description et d'analyse linguistiques, d'établir des listes néologiques et des lexiques spécialisés en privilégiant la convergence. Elle a aussi pour mission d'entreprendre des travaux de recherche, participer au programme national de recherche dans son domaine de compétence, garantir la précision de l'interprétation et de la traduction de notions et concepts dans les domaines spécialisés, d'élaborer et d'éditer un dictionnaire référentiel, de la langue amazighe, de contribuer à la conservation du patrimoine immatériel amazigh notamment par sa numérisation et encourager toute recherche et traduction en langue amazighe visant à préserver le patrimoine lié à la mémoire nationale. Par ailleurs, le projet de loi précise que l'académie est composée de 50 membres au plus, dont le président, désignés et nommés par décret présidentiel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.