Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Chelsea chasse Leicester du podium    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    9 juillet 1962    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Pour quelle réorganisation territoriale ?    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Schizophrénie: la difficulté de la prise en charge face à la complexité de la pathologie (conférenciers)
Publié dans Algérie Presse Service le 16 - 06 - 2019

La prise en charge de la schizophrénie fait face en Algérie à diverses contraintes, notamment en nombre de praticiens spécialisés et en structures, d'autant plus accentuées par la nature complexe de la pathologie, ont relevé, samedi à Alger, des intervenants lors d'une conférence dédiée à la prévention de celle-ci.
Tout en précisant que la tendance universelle de l'évolution de la schizophrénie est de 1 % de la population globale, le Pr Mohamed Chakkali, sous-directeur de la Promotion de la Santé mentale au ministère de la Santé, a révélé, qu'en Algérie, seulement 1 millier de psychiatres et autant de psychologues sont chargés du suivi de prés de 42.000 malades, à l'échelle nationale.
Par ailleurs, un "déficit" est ressenti en termes de lits, le nombre de 5000 actuellement disponibles au niveau des structures de soins étant en-deçà des besoins, a-t-il déploré, soulignant l'importance de la formation spécialisée, face à une maladie nécessitant une "continuité et un rééquilibrage" en soins, aussi bien en hospitalisation qu'en ambulatoire. A ce propos, le même responsable a plaidé pour "une normalisation" du recours à l'électrochoc, tout en insistant sur la notion du respect des droits de l'homme, dans la mesure où il est établi que celle-ci est souvent bafouée dans les services de santé mentale, de par le monde.
Le Pr Chakkali a également évoqué le problème de non application des textes réglementaires et a appelé à la mise en place de "passerelles" entre les secteurs public et privé ainsi qu'à la sensibilisation de la société quant à une "meilleure connaissance" de la maladie. Celle-ci, a-t-il expliqué, étant entourée de "tabous" et faisant l'objet de "discriminations". En outre, il a recommandé la "consolidation de la multi-sectorialité", la schizophrénie interpellant plusieurs secteurs concernés comme ceux de l'Education nationale, de la Solidarité nationale, ainsi que l'application des textes réglementaires inhérents à la prise en charge de cette maladie.
Autant d'axes qui ont été intégrés dans le Plan national de Promotion de la Santé mentale, a-t-il assuré, mais dont la mise en œuvre nécessite un "long chemin" à parcourir, d'autant plus que l'origine de la schizophrénie demeure inconnue et est multiforme. "C'est une maladie très lourde et très invalidante et la seule ou le malade n'a pas envie de se soigner, ce qui rend la tâche très difficile", conclut le Pr Chakkali.
Pour le Professeur en psychiatrie, Farid Kacha, la complexité de la maladie réside dans "la difficulté d'identification" de ses symptômes par le praticien, dés lors que le malade fait face à un "désordre de la perception de la réalité", explicite-t-il, notant l'impératif de lui administrer un "traitement" pour rééquilibrer celui-ci. A ce sujet, il évoquera l'importance pour les parents "d'être proches de leurs enfants dés leur jeune âge afin de détecter" les symptômes révélateurs de troubles mentaux, faisant savoir que les médicaments destinés à la schizophrénie ne font pas partie de ceux pour lesquels les toxicomanes observent une addiction.
La schizophrénie face à la précarité sociale
Présidente de l'Association des parents et amis des malades mentaux (APAMM), Mme Salima Khireddine, a axé son intervention sur la dimension sociale de la maladie, dont la prise en charge est contrariée par la précarité de nombreuses familles, a-t-elle relevé, qualifiant de "dérisoire" l'aide financière octroyée aux malades. Rappelant que tout patient majeur peut bénéficier de 4000 DA, l'intervenante a fait état de nombreuses familles en charge de plus d'un (01) malade mental, évoquant le cas d'enfants issus des mariages consanguins, souvent à l'origine des troubles mentaux, citant l'exemple d'une famille comptant sept (07) enfants tous atteints de schizophrénie, de trisomie, de surdité, de mutisme et autres troubles psychiques.
L'association, qui a vu le jour en 2000 et activant à Alger, s'attèle comme elle le peut, sans subvention étatique aucune et au gré de la générosité de tiers, à aller vers les malades, dont beaucoup ne sont pas déclarés en raison du « "tabou et de la honte" qui entourent toute pathologie mentale, indique Mme Khireddine, faisant savoir que son association compte plus de 500 adhérents.
Aussi, plaide-t-elle pour une "sensibilisation" des parents et des patients eux-mêmes pour appréhender plus correctement la maladie et pour que les parents des concernés acceptent de soigner leur progéniture en souffrance, car, argumente-t-elle, "plus les soins tardent, plus sera lourde la prise en charge médicale". Ceci, poursuit-elle, d'autant plus que celle-ci est "économiquement très coûteuse", sachant que la durée minimum d'une hospitalisation se situe souvent entre 4 et 5 mois au moment des crises.
Se réjouissant de la décision, prise en 2002, de créer des centres intermédiaires dédiés à la santé mentale, à travers le territoire national, elle déplorera néanmoins que seul celui d'Alger, sis à Bouchaoui, est "concrètement fonctionnel", faisant savoir que l'établissement prend en charge les malades sur le plan psychothérapique, "une fois stabilisés" en milieu hospitalier.
Cette rencontre, première du genre, a réuni notamment des spécialistes algériens et étrangers, aux côtés de malades et leurs parents, et a permis aux participants de mieux s'imprégner des caractéristiques et des modalités de prise en charge de la maladie, s'agissant notamment des nouveautés thérapeutiques introduites à l'échelle mondiale.
La schizophrénie est un trouble mental sévère et chronique appartenant à la classe des troubles psychotiques qui apparaît généralement au début de l'âge adulte (entre environ 15 et 20 ans), à la même proportion chez les femmes et les hommes. Ses symptômes s'organisent autour de trois axes que sont la désorganisation ou la dissociation, le délire paranoïde ainsi que les symptômes déficitaires ou négatifs (repli sur soi, désinvestissement, diminution des capacités de penser, de parler, d'agir, etc).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.