Coronavirus : 483 nouveaux cas, 368 guérisons et 7 décès durant les dernières 24h    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    Le Sénat est budgétivore et inutile    MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID19 : Les walis impliqués dans les mécanismes d'application    BENBOUZID ECARTE LE RECOURS AU RECONFINEMENT TOTAL : Le cap des 1000 morts dépassé    TIZI OUZOU : Vers l'ouverture de deux nouveaux services Covid-19    Belhimer: les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    YEMEN: REQUIEM POUR UN PEUPLE    Tamanrasset: un terroriste capturé à In M'guel (MDN)    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Raid policier avant des primaires de l'opposition    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Le RCD s'en prend aux "philistins attitrés"    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Le FFS face au défi du rassemblement    La classe politique sort de sa léthargie    Un recrutement en catimini    Le Chabab défend le recrutement de Benmenni (CABBA)    La nouvelle feuille de route    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    Kafkaien    Le Syndicat des directeurs accuse la tutelle    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    Covid-19: L'Aïd de toutes les incertitudes    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Mauritaniens élisent samedi leur président parmi six candidats en campagne
Publié dans Algérie Presse Service le 17 - 06 - 2019

Les Mauritaniens se préparent à élire samedi prochain leur nouveau président, parmi six candidats en lice, qui succèdera au chef d'Etat sortant Mohamed ould Abdel Aziz, au pouvoir depuis près de 13 ans et qui ne peut plus se représenter au terme d'un second mandat.
Ce scrutin, dont la campagne électorale a débuté officiellement le 7 juin et prendra fin le 20 juin, devrait marquer la première passation de pouvoirs entre un président sortant et son successeur élu, dans ce pays désertique d'Afrique de l'Ouest, qui a connu de nombreux putschs entre 1978 à 2008.
Ancien général arrivé au pouvoir à la faveur d'un coup d'Etat en 2008, élu en 2009, puis réélu en 2014, Mohamed Ould Abdel Aziz ne peut en effet plus se représenter au terme de son second mandat qui s'achève en août.
La liste définitive des candidats dans la course à la présidentielle a été adoptée par le Conseil constitutionnel mauritanien, dont celui du parti au pouvoir, Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed, un proche du président sortant.
Militaire de carrière entré dans l'armée en 1978, il est devenu chef d'état-major en 2008, avant un passage au gouvernement comme ministre de la Défense de novembre à mars 2018.
Face à lui se présente notamment l'ancien chef de gouvernement de transition (2005-2007), Sidi Mohamed Ould Boubacar, soutenu par une coalition comprenant le parti islamiste Tewassoul, principale force d'opposition, et des petites formations dissoutes faute de résultats électoraux suffisants, issues de la majorité.
Arrivé en deuxième position, avec seulement quelque 9% des voix, lors de la présidentielle de 2014, boycottée par les principaux partis d'opposition, le militant antiesclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid est de nouveau candidat.
La liste comprend également Mohamed Ould Mouloud, chef du parti de l'Union des forces du progrès (UFP, gauche). Il est soutenu par l'opposition historique incarnée par Ahmed Ould Daddah, président du Rassemblement des forces démocratiques (RFD), atteint par la limite d'âge (75 ans).
Le Conseil constitutionnel a également validé les candidatures de Baba Hamidou Kane, candidat malheureux à la présidentielle de 2009 (moins de 2%) et journaliste, ainsi que celle d'un nouveau venu, Mohamed Lemine El-Mourteji El-Wavi, expert financier et haut fonctionnaire au Trésor mauritanien.
Pour ce scrutin, l'Union européenne (UE) n'enverra pas de mission d'observation mais deux experts seront présents. La participation de l'Union africaine (UA) quant à elle, reste en suspens. C'est donc la société civile qui aura la charge d'observer la transparence des votes.
Les candidats font campagne de leur programme
Avant de terminer leur campagne jeudi à Nouakchott, les candidats ont sillonné le pays, en commençant par les régions pastorale de l'Est et agricole du Sud-Ouest, viviers convoités d'électeurs dans ce pays de 4,5 millions d'habitants.
A Nouakchott, la capitale, leurs partisans assurent l'animation tous les soirs dans les QG au rythme des chants et danses à la gloire de leurs leaders à la conquête du pouvoir.
Les prétendants ont promis une amélioration des conditions de vie, alors que la croissance économique, de 3,6% en 2018, continue sa reprise progressive tout en restant insuffisante comparée à la croissance démographique, selon la Banque mondiale.
Au QG de l'ancien Premier ministre, Sidi Mohamed ould Boubacar, Med Lemine, a dit soutenir Sidi Mohamed ould Boubacar. "Je vois en lui un homme d'espoir, d'avenir. Il pourra transformer ce pays et opérer des réformes, surtout dans l'enseignement ".
De son côté, le candidat à la présidentielle mauritanienne Mohamed Ould Ghazouni, ex-chef d'état major des armées, a insisté lors d'un meeting sur le devoir de veiller aux populations pauvres. Il a promis aux électeurs la construction de "dix mille logements en faveurs des pauvres".
"Certains ne peuvent pas continuer à s'enrichir et à s'octroyer de voitures et de villas alors que les pauvres n'ont pas d'eau à boire ni de quoi manger", a-t-il dit.
"Les riches mettent beaucoup d'argent dans la scolarité de leurs enfants, mangent à leur faim et voyagent pendant que les pauvres ne peuvent pas assurer les frais de scolarité de leurs enfants", avait aussi dénoncé le candidat.
La présidentielle se déroulera samedi 22 juin. En cas de second tour, celui-ci se tiendra le 6 juillet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.