Le conseil de Darren Bent à Benrahma pour réussir à West Ham    Touba se rattrape bien avec Waalwijk    Rudi Grcia évoque le recrutement de Slimani !    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Slimani, «bon pour le service», signe pour dix-huit mois à Lyon    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Le match à ne pas rater pour les Verts    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Le rabatteur    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projet de loi sur les hydrocarbures: Sonatrach continuera à développer le conventionnel
Publié dans Algérie Presse Service le 11 - 11 - 2019

OUZOU - Le Ministre de l'Energie Mohammed Arkab a indiqué, dimanche à Tizi-Ouzou, que le projet de loi sur les hydrocarbures vise à donner à la compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach, les moyens de continuer à développer l'exploitation des énergies conventionnelles.
S'exprimant lors d'un point de presse qu'il a animé conjointement avec la ministre de l'Industrie et des mines Djamila Tamazirt, en marge d'une visite de travail dans la wilaya, M. Arkab a souligné que l'Algérie dispose d'un domaine minier de 1,5 millions de Km2 dont seulement 38% exploité est développé.
"Le projet de loi sur les hydrocarbures va renforcer la Sonatrach pour qu'elle puisse développer ses activités avec du bon partenariat qui ramènera un plus technologique, financier et de la valeur ajoutée afin que cette entreprise qui gardera sa souveraineté (51/49 et droits de préemption) puisse réaliser ses projets d'exploration et d'exploitation du domaine minier national" a-t-il ajouté.
Dans ce sens le ministre et en réponse à une question sur l'exploitation du gaz de schiste, a observé qu'avant de parler des énergies non conventionnelles, "nous devons encore nous concentrer et nous renforcer dans le conventionnel" relevant que l'Algérie compte 150 champs à explorer ce que "Sonatrach pourra difficilement effectuer dans le cadre de la loi actuelle en raison notamment du poids de la fiscalité parce que l'exploitation de beaucoup de ces périmètres exige la mobilisation de gros moyens", a-t-il insisté.
M. Arkab a ajouté que "l'Algérie compte suffisamment d'énergies conventionnelles qu'il faudra développer avant de penser à celles non conventionnelles". A cet égard il a rappelé le nouveau programme de développement et de promotion des énergies renouvelables lancé dans le cadre du plan national de transition énergétique et qui prévoit, entre autre, la création d'un commissariat national aux énergies renouvelables, a-t-il dit.
"Cette autorité dont l'installation interviendra dans les prochains jours, va assurer une transition énergétique bien élaborée et bien étudiée pour donner aux énergies renouvelables une place utile dans le bouquet énergétique", a souligné le ministre.
De son côté la ministre de l'Industrie et des mines qui a été questionnée sur l'état des zones industrielles et d'activité au niveau national dont le projet de la zone industrielle de Souama (Tizi-Ouzou) bloqué pour un problème d'opposition, a indiqué que "le gouvernement qui a pris en charge cette problématique d'une façon très réactive" a installé un groupe de travail sur ce dossier de réhabilitation des zones.
Ce comité va étudier toutes les questions liées à la relance et à la réhabilitation des zones industrielles et d'activité pour que d'ici la fin de l'année nous allons sortir avec des conclusions qui vont être mises en œuvre sur le terrain".
Répondant à une autre question sur le devenir de l'activité de téléphonie mobile, Mme Tamazirt a rassuré qu'il n'y aura pas de mesures de fermeture mais il est prévu, dans le cadre de la réglementation des activités de montage, la suppression des avantages fiscaux pour ceux qui font dans le commerce.
"Le comité technique qui se déplace pour vérifier l'intégration de cette activité a conclu qu'il n'y a aucune intégration qui est faite dans ce domaine ces dernières années car il n'y a aucun montage dans ce domaine mais plutôt de l'importation de téléphones prêts, ces opérateurs ne pourront donc pas prétendre aux avantages d'une activité de montage mais pourront continuer à activer dans la téléphonie mobile dans le cadre de la commercialisation mais en émargeant à un taux qui est un taux de droit commun et non un taux préférentiel", a-t-elle expliqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.