REVISION DE LA CONSTITUTION : La campagne électorale s'achève aujourd'hui    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    Nouveau rassemblement de soutien à Khaled Drareni    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    Le Président ne sera pas présent à la Grande Mosquée    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    L'Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face et s'en sortir plus forte    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    AGO de la FAF: Les bilans moral et financier approuvés    Real : Kroos n'a jamais douté de Zidane    Juventus : Ronaldo toujours incertain pour le match face au Barça    Rahmoun Yazid en renfort    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Actucult    Lutte antiterroriste : Reddition d'un terroriste à Tamanrasset    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Ghazaouet : Sensibilisation sur le cancer du sein    Coupe de la CAF : Renaissance Berkane remporte le titre    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Festival du film franco-arabe de Noisy-Le-Sec : Une dizaine de films algériens en compétition    Erdogan appelle au boycott des produits français    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    Boukadoum s'entretient avec le Secrétaire général des Nations unies    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    L'Algérie en passe d'opérer un changement sérieux le 1er novembre prochain    BMS Corona    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    8 décès et 276 nouveaux cas    Les agglomérations africaines brillent par leur absence    La 13e édition du Siol 2020 reportée    Un seul bureau de poste pour 11 cités et quartiers    Le projet d'amendement de la Constitution préserve les constantes nationales    Rue Marcel-Bigeard remplacée par rue Maurice-Audin    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    MC Saïda: Un effectif chamboulé    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Massacre d'une famille à Ghaza: la diplomatie palestinienne condamne l'agression israélienne
Publié dans Algérie Presse Service le 15 - 11 - 2019

Le ministère Palestinien des Affaires étrangères et des expatriés a dénoncé jeudi, le silence de la communauté internationale sur le massacre de huit membres d'une même famille dans un bombardement israélien au centre de la bande de Ghaza, appelant à une protection internationale des Palestiniens.
"La maison d'Abu Malhus à Deir al Balah, a été complètement démolie par le bombardement de l'occupation, causant la mort de huit de ses membres, ont des femmes et des enfants", a dénoncé ¨le ministère, cité par l'agence de presse Wafa, qualifiant cet acte de "nouveau génocide qui s'ajoute aux crimes de l'occupation".
Selon la même source, l'occupant israélien "a reconnu sa responsabilité de l'assassinat de cette famille, et la destruction de sa maison, ainsi que le meurtre du dirigeant du Jihad Islamique".
La diplomatie palestinienne a ajouté que "les crimes perpétrés contre cette famille à Ghaza, et les bombardements qui ont entraîné des dizaines de morts et de blessés, sans oublier la destruction massive de maisons et propriétés, imposent la nécessité d'une protection internationale à notre peuple et de responsabiliser les dirigeants politiques et militaires israéliens".
Le ministère des Affaires étrangères a appelé les institutions des droits de l'Homme et humanitaires "d'assumer leurs responsabilités juridiques et morales envers le peuple Palestinien et de responsabiliser l'occupation de ses crimes".
Peu avant l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu, huit palestiniens, membres d'une même famille, dont deux enfants et des femmes ont été tués, et 13 autres blessés tôt jeudi dans un raid israélien mené par un avion (F16) contre leur résidence dans la ville de Deir Al-Balah, selon le correspondant de Wafa.
Des affrontements ont éclaté le soir, dans plusieurs provinces en Cisjordanie occupée, notamment à l'entrée du village de Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah, à Beitlehem, et Tulkarem, selon Wafa.
Citant des sources sécuritaires et le Croissant rouge, Wafa, a également fait savoir que d'autres affrontements se sont déclenchés pendant la répression par l'armée israélienne, d'une marche pacifique en protestation de la dernière agression contre la bande de Ghaza.
Tôt vendredi, au moins deux personnes ont été blessées dans une nouvelle série de raids menés par l'armée d'occupation israélienne contre des sites dans la bande de Ghaza, ont annoncé les autorités palestiniennes.
Ces frappes aériennes, interviennent moins de 24 heures après l'entrée en vigueur d'un fragile cessez-le feu dans l'enclave palestinienne.
L'escalade israélienne a mis fin à l'accord de cessez-le-feu, entré en vigueur, la veille, suite à une médiation égyptienne, qui a été pilotée par l'émissaire de l'ONU pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladeno.
Depuis mardi, Israël a entamé une agression sans précédent sur la bande de Ghaza, entrainant la mort de 34 citoyens, dont six enfants et un important dirigeant palestinien avec son épouse, en plus de 113 autres blessés.
L'Organisation de la coopération islamique (OCI) a fermement condamné les exactions israéliennes dans la bande de Ghaza, y voyant "une violation flagrante du droit international humanitaire et des conventions internationales".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.