Report pour la seconde fois du procès en appel au 1er mars    60.000 étudiants étrangers sont passés par l'Université algérienne    Le Président Tebboune entame une visite d'Etat en Arabie saoudite    COA : Mustapha Berraf confirme sa démission    Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    Nécessité d'identifier les passagers du vol transportant l'italien atteint du coronavirus    Une secousse tellurique de 3 degrés enregistrée ce matin    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    La Libye en tête des préoccupations    À quand l'accès au hall d'attente ?    Seddik Chihab conteste son exclusion    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    Le projet de Jaguar Land Rover    Une boîte automatique intelligente    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Une médaille pour le hirak à Montréal    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    L'Algérie classée dans le Top-10 par Campus France    Le Targui    Dans le désordre    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Tarte pommes, amandes et chocolat    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Synthétisation de l'écosystème digital : Les acteurs du numérique s'organisent    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Baccalauréat professionnel: le projet en phase de détermination des spécialités    Le Brexit obligé de revoir le cadre des échanges dans une année : Vers un nouvel accord de coopération entre l'Algérie et le Royaume-Uni    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    A l'appel de l'UNPEF: Grève à l'Education aujourd'hui    Blida: Un ressortissant malien arrêté pour escroquerie    Les étudiants poursuivent leur mobilisation    Remise des décisions d'affectation: 120.000 souscripteurs AADL convoqués la semaine prochaine    Des individus pas très respectables    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liban : le président convoque une réunion de sécurité, la contestation ne faiblit pas
Publié dans Algérie Presse Service le 21 - 01 - 2020

Le président du Liban, Michel Aoun, a réuni lundi les hauts responsables de la sécurité alors que la contestation contre la classe politique dirigeante ne faiblit pas, des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ayant fait plus de 500 blessés à Beyrouth.
L'objectif de la "réunion de sécurité" est de "discuter des développements sur le plan sécuritaire et des mesures à prendre pour préserver la stabilité et le calme, a indiqué la présidence libanaise.
Le président Aoun a convoqué cette réunion en présence des ministres de la Défense et de l'Intérieur, des hauts gradés de forces de police et de l'armée, a indiqué l'agence de presse ANI.
Deux jours durant, samedi et dimanche, la police anti-émeute a tiré des balles en caoutchouc, des grenades lacrymogènes, et utilisé des canons à eau contre les manifestants rassemblés par centaines dans le centre-ville de Beyrouth, à l'entrée d'une avenue menant au Parlement.
Les contestataires ont lancé pierres, pétards et feux d'artifice contre un barrage de la police bloquant cette avenue, en attaquant parfois les forces de l'ordre à l'aide des poteaux de panneaux de signalisations. Au moins 546 personnes, des manifestants mais aussi des policiers, ont été blessées dans ces heurts, selon les bilans de la croix rouge libanaise et de la défense civile.
Samedi soir, les affrontements ont fait 377 blessés et ont été d'une violence sans précédent depuis le début le 17 octobre d'une contestation qui dénonce une classe politique jugée corrompue et incompétente, sur fond de crise économique et financière.
En trois mois de contestation, la colère n'a fait que croître parmi les manifestants qui fustigent l'apathie des dirigeants: la crise économique s'aggrave avec des licenciements en masse, des restrictions bancaires et une forte dépréciation de la livre libanaise face au dollar.
Le Liban est sous le poids d'une dette avoisinant les 90 milliards de dollars (81 milliards d'euros), soit plus de 150% de son PIB, et la Banque mondiale a averti que le taux de pauvreté pourrait atteindre 50% de la population, contre le tiers actuellement.
Les autorités dénoncent des "infiltrés" parmi les manifestants
Les autorités libanaises ont dénoncé lundi la présence d'"infiltrés" parmi les manifestants et dédouané de toute responsabilité les forces de sécurité.
Les participants, dont les ministres de la Défense et de l'Intérieur notamment, ont évoqué "la présence d'éléments infiltrés parmi les manifestants qui ont recours à des actes de vandalisme et attaquent les forces de l'ordre", selon une source gouvernementale.
Ils ont décidé des "mesures" non précisées pour "protéger les manifestants pacifiques et empêcher les agressions contre les propriétés publiques et privées, et neutraliser les fauteurs de troubles", a indiqué la même source.
Sur Twitter, les forces de sécurité ont appelé les manifestants à ne pas "attaquer" la police.
Le Premier ministre libanais Saad Hariri a démissionné fin octobre et son successeur, Hassan Diab, désigné le 19 décembre, n'a toujours pas formé son équipe, les grands partis politiques se disputant les portefeuilles.
Le mouvement de contestation réclame un cabinet de spécialistes indépendants du sérail politique, une revendication défendue par Hassan Diab, qui a toutefois déclaré subir des "pressions" de la part des partis ayant soutenu sa nomination.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.