PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Valoriser les écosystèmes oasiens pour un développement durable
Publié dans Algérie Presse Service le 03 - 02 - 2020

Les participants au colloque international sur "le cadre bâti dans les milieux oasiens, défis et perspectives de développement durable", ouvert lundi à l'université Mohamed-Khider de Biskra, ont affirmé la nécessité de valoriser les éléments des écosystèmes oasiens pour un développement durable.
Dans sa communication sur les espaces oasiens dans les régions du Sud-est algérien, Abdallah Farhi de l'université de Biskra a estimé que "tout projet à caractère socio-économique en milieu oasien doit prendre en compte l'écosystème de ces espaces pour parvenir à un développement durable qui préserve l'énergie et l'environnement".'
Il a également estimé que "l'écosystème oasien peut être compatible avec un système à la fois écologique et urbain qui ressuscite l'ancien système architectural et engage des projets touristiques qui contribuent au développement économique local".
De son côté, Camélia Kessara de l'institut supérieur des métiers et des arts de Sfax (Tunisie) a considéré que "la valorisation des oasis passent par la mise en valeur des facteurs de leur pérennité au travers des recherches et l'exploitation des ressources locales dont l'artisanat".
Aziz Bentaleb de l'université de Rabat (Maroc) a souligné que le cadre bâti des oasis "doit être utilisé au service du développement durable et la promotion de l'écotourisme générateur de richesses".
Ce colloque organisé par le département d'architecture de la faculté des sciences et technologie de l'université de Biskra a regroupé des universitaires nationaux ainsi que de Libye, Maroc et Tunisie.
La rencontre de trois jours verra la présentation de communications sur l'environnement oasien, l'évaluation du cadre bâti en territoire fragile et des modèles de l'architecture oasienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.