Début de la 179e réunion de la conférence de l'OPEP sous la présidence de l'Algérie    Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Covid-19: plus de 6,7 millions de contaminations et près de 400.000 décès dans le monde    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    MO Béjaïa : Zahir Attia n'est pas le «bienvenu»    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    Reprise des activités économiques et commerciales: l'ANCA salue la décision    BLIDA RESPIRE    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    D'anciens manuscrits et des bâtiments historiques en péril    Violente Amérique !    Le crime de Minneapolis    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    Chlef: La récolte céréalière en baisse    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Espagne: La demande insolite du FC Barcelone    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les conseils de classe convoqués ce lundi    Hommage au personnel médical de l'hôpital d'El-Amria    Ghannouchi fragilisé    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'absence des salles de cinéma, principal obstacle à sa relance
Publié dans Algérie Presse Service le 12 - 02 - 2020

Producteurs, techniciens du cinéma et animateurs de ciné-clubs ont appelé, mardi à Alger, à récupérer les salles de cinéma, à mettre en place des réseaux de distribution de films et à créer des espaces de travail dédiés ciné-clubs en vue de relancer concrètement le cinéma en Algérie.
S'exprimant lors d'une rencontre sur le cinéma, organisée sur trois jours, par le ministère de la Culture et présidée par le secrétaire d'Etat chargé de l'Industrie cinématographique Bachir Youcef Sehairi, des animateurs de ciné-clubs ont pointé l'"absence" de salles de cinéma et la vétusté du matériel de projection qui entravent, estiment-ils toute velléité de relance du secteur.
Les participants ont demandé de meilleures conditions de projection, la réouverture des salles inexploitées actives et la "revitalisation" des espaces existants. Ils préconisent également l'organisation d'ateliers de formation pour les cinéastes amateurs et appellent à "régler sans délais" le problème des visas d'exploitation des films algériens, une procédure qu'il juge "lourde" et restrictive pour la liberté de créer.
Dans une séance dédiée aux producteurs et distributeurs, les participants avaient évoqué la nécessité de récupérer les nombreuses "salles de cinéma gérées par les collectivités locales et celles détournées de leur vocation". Ils souhaitent par ailleurs la mise en place de programme de distribution pour développer une industrie cinématographique "tournée vers la rentabilité".
Bachir Youcef Sehairi avait indiqué que le secrétariat d'Etat œuvrait à "trouver des solutions au problème de récupération et d'exploitation des salles de projection".
Des cinéastes ont également relevé les "procédures administratives et bureaucratiques lourdes" auxquelles obligatoires est astreinte la production cinématographique, citant en particulier les autorisations de tournage exigées aux réalisateurs.
Producteurs et associations activant dans le cinéma ont demandé de leur côté des mécanismes d'encouragement au court métrage et au film documentaire, ainsi que la multiplication des ateliers de formation et d'écriture cinématographiques en associant les professionnels algériens.
Les participants ont regretté l'absence de "grands noms du cinéma" algérien ainsi que l'absence d'une séance dédiée aux réalisateurs, acteurs et scénaristes.
Présente lors de la journée de lundi, la ministre de la Culture Malika Bendouda a réitéré la volonté politique exprimée au plus haut niveau de l'Etat pour développer le cinéma et qui s'est traduite la création du secrétariat d'Etat chargé de l'Industrie cinématographique, a-t-elle rappelé.
Son département-t-elle affirmé, accorde une "attention particulière à la formation".
Aux côtés de la ministre de la Culture et du secrétaire d'Etat chargé de l'Industrie cinématographique, des membres du gouvernement ont assisté à ses rencontres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.