Une feuille de route de sortie "progressive et flexible" du confinement élaborée par le gouvernement    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Processus d'autodétermination au Sahara occidental: les manœuvres de la France déjouées    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elections législatives dimanche au Mali, 1.400 candidats en lice pour 147 sièges
Publié dans Algérie Presse Service le 28 - 03 - 2020

Les Maliens se rendront dimanche aux urnes pour les élections législatives à l'occasion desquelles plus de 1.400 candidats se disputeront les 147 sièges au sein de l'Assemblée nationale. Le scrutin est prévu en deux tours, respectivement le 29 mars et le 19 avril.
Le mandat de l'actuelle Assemblée issue des élections de 2013, qui avaient octroyé une majorité au président malien Ibrahim Boubacar Keïta, était censé s'achever fin 2018. Mais le scrutin a été repoussé à différentes reprises, en raison de la dégradation de la situation sécuritaire.
Au-delà de la bataille électorale qui s'annonce dure, ces législatives présentent surtout un certain nombre d'enjeux pour les différents partis, dans un contexte où la donne semble avoir évolué par rapport à l'environnement politique qui prévalait en 2013, lors des dernières élections des députés à l'Assemblée nationale.
Confronté comme certains pays africains au nouveau coronavirus (Covid-19), un couvre-feu nocturne est en vigueur dans tout le pays afin de lutter contre la propagation de la pandémie.
Le président malien a annoncé mercredi dernier un couvre-feu nocturne dans tout le pays afin de lutter contre la propagation de l'épidémie de coronavirus, mais a indiqué que les élections législatives auraient bien lieu dimanche, comme prévu.
"Ces élections se tiendront le 29 mars, c'est-à-dire ce dimanche, et ce dans le respect scrupuleux des mesures barrières. Le gouvernement fera tout pour qu'il en soit ainsi", a-t-il assuré, alors que des organisations de la société civile et certains candidats réclamaient le report des ces élections à cause de la pandémie.
Pour sa part, le principal parti d'opposition au Mali, l'URD (Union pour la république et la démocratie), a appelé samedi à une "participation massive" aux élections législatives de dimanche, malgré l'enlèvement de son chef Soumaïla Cissé et du nombre croissant de cas de coronavirus dans ce pays où des attaques terroristes sont également enregistrées.
Les législatives sont considérées comme un volet important de l'effort politique devant accompagner l'action militaire face à la dégradation de la situation, et ce malgré la pandémie de covid19.
Onze cas ont été recensés, selon le dernier communiqué du ministère de la Santé. L'interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes et le couvre-feu ont empêché les derniers meetings de se tenir.
Seules quelques réunions publiques ont été organisées pendant la campagne électorale qui a pris fin vendredi soir et qui a été compliquée par les risques sécuritaires et les mesures adoptées par les autorités contre le coronavirus.
== Un scrutin sur fond de défis sécuritaires ==
Lors de son allocution télévisée, le chef de l'Etat malien a appuyé sa décision du maintient des législatives sur l'une des résolutions adoptées à l'issue du dialogue national inclusif de décembre 2019.
Dans le centre et dans le nord du pays, certaines localités sont toujours en proie à une insécurité généralisée, caractérisée par la montée des attaques terroristes et les violences intercommunautaires.
L'organisation des élections législatives dans ces zones est un défi majeur pour l'Etat, qui n'est carrément plus présent dans certaines de ces localités depuis l'éclatement de la crise, en 2012.
Au risque de se retrouver face à un problème de représentativité de l'Assemblée nationale, parce que certaines parties du territoire n'y auront pas de représentants, beaucoup d'observateurs appellent l'Etat à prendre des mesures pour que le scrutin soit "effectif" dans l'ensemble du pays.
"Le gouvernement dans son entièreté, mais plus spécifiquement à travers les ministères concernés, est en train de s'y atteler, a assuré Yaya Sangaré, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement.
Des réels enjeux politiques se dessinent dans ces législatives émanant de la décision du dialogue national inclusif , longtemps attendu sur l'échiquier politique national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.