L'amitié entre l'Algérie et la Hongrie pourra être mieux exploitée    Une exposition collective d'arts plastiques inaugurée à Alger    Coronavirus: la majorité des cas positifs à la PCR ont moins de 50 ans    Le Président Tebboune préside jeudi une séance de travail consacrée à l'examen de l'évolution de la situation sanitaire    L'Algérie s'inquiète de la persistance des déplacements forcés dans le monde    Zones d'ombre: plus de 1,7 milliard de DA pour la réalisation de programmes de développement à Rouiba    NAAMA : Saisie de près de 10 quintaux de kif traité    CONFINEMENT PARTIEL A SETIF : Le ministre du commerce donne des instructions d'urgence    Le parquet requiert 16 ans de prison pour Tahkout, 15 ans pour Sellal et Ouyahia    Le président Tebboune instruit le Gouvernement d'entamer l'exploitation de 2 grands gisements de fer et de zinc    LE WALI DE TIARET RASSURE : ‘'5000 logements seront livrés le 1er Novembre prochain''    DILAPIDATION DU FONCIER A ORAN : Le procès de l'ex directeur de l'agence foncière reporté    "Le procès d'Ali Ghediri est encore loin et nous espérons la liberté provisoire"    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le président Tebboune reçoit l'ambassadrice de Suède en Algérie    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Le CHAN-2022 se jouera en été    «Rien ne va plus»    «Les revendications politiques occultées»    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    L'évolution et les perspectives du marché à l'ordre du jour    Laskri annonce son boycott du congrès    Le MSP pour un régime parlementaire    Saisie de 4 090 comprimés psychotropes    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    Deux PME préparent leur introduction    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Erigées sur le domaine public: Démolition de trois constructions illicites à Sidi El Houari    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aminatou Haidar : l'approche adoptée par l'ONU pour la décolonisation du Sahara occidental n'est pas satisfaisante
Publié dans Algérie Presse Service le 13 - 05 - 2020

AYOUNE OCCUPEE - La militante sahraouie des droits humains, Aminatou Haidar, a vivement critiqué la manière dont les Nations Unies traitent la question de la décolonisation au Sahara occidental, soutenant que "l'approche adoptée par l'ONU pour la décolonisation du Sahara occidental n'a pas pleinement satisfait les aspirations du peuple sahraoui".
Mme Haidar qui était l'invitée mardi soir d'une table ronde virtuelle, organisée via visio-conférence, par la Ligue pour la protection des prisonniers sahraouis dans les prisons marocaines, a expliqué à que "certaines puissances étrangères, notamment la France, l'Espagne et les Etats-Unis,(...) ensemble ou individuellement, ont œuvré pour entraver le processus de décolonisation au Sahara occidental, qui constitue une violation flagrante du droit international et de tous les droits civils, politiques et sociaux".
Le prix Nobel alternatif 2019, Mme Haidar a noté, dans son évaluation des efforts des Nations Unies avec ses divers organes et composantes, de 1963 à nos jours, qu'il "est largement négative", car, souligne t-elle, "l'ONU n'a fait que perpétuer le conflit et prolonger les souffrances des Sahraouis".
D'autre part, la militante sahraouie, a relevé "un ensemble de déséquilibres qui ont caractérisé la manière dont le Conseil de sécurité des Nations Unies a abordé le conflit sahraoui ces dernières années, bien sûr, à la demande de Paris et d'autres régimes qui ont soutenu le Maroc au détriment des droits du peuple sahraoui et le droit international portant atteinte à la légitimité institutionnelle du territoire".
En ce qui concerne la situation dans les territoires occupés du Sahara occidental, Mme Haidar a été "très surprise par la continuation du Conseil de sécurité, à renouveler techniquement le mandat de la mission des Nations Unies pour le référendum au Sahara occidental, la MINURSO, sans introduire aucun mécanisme pour organiser ou faciliter la tenue d'un référendum sur le territoire conformément au plan de règlement de 1991 signé par les deux parties au conflit, le Front Polisario et le Maroc".
La militante sahraouie, Aminatou Haidar a reçu le "Prix Right Livelihood 2019", aussi connu comme "Prix Nobel alternatif", début décembre 2019 à Stockholm, lors d'une cérémonie officielle à laquelle ont assisté plus de 1200 militants du monde entier.
Ce "Prix Nobel alternatif " a été décerné cette année à quatre défenseurs des droits de l'Homme et du climat. C'est la toute première fois que Right Livelihood honore un Lauréat du Sahara occidental.
"Le peuple sahraoui a subi plus de quarante années d'occupation marocaine, toute opposition étant brutalement réprimée. Le courage et la fermeté qu'a manifesté Aminatou Haidar en organisant la résistance pacifique et en haussant de la voix devant la communauté internationale peut inspirer toute personne qui a foi dans la justice ", relève Ole von Uexkull, directeur exécutif de la Fondation.
Se déclarant "honorée" de recevoir le célèbre Prix, Aminatou Haidar a déclaré que cette attribution est "une reconnaissance" de sa "lutte non violente et de la juste cause du peuple sahraoui qui malgré l'occupation militaire et les nombreuses violations des droits de l'homme élémentaires, poursuit son combat pacifique".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.