Le Front Polisario appelle l'ONU à assumer ses responsabilités au Sahara occidental occupé    Culture: une réunion pour examiner les voies d'accompagnement des artistes en période de confinement    Covid-19 : 2314 infractions au confinement en une semaine    Décès du moudjahid Lemtayech Dayekh connu sous le nom de Dayekh Bachagha    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    MIGRATION CLANDESTINE : L'approche algérienne présentée à l'UE    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    CORONAVIRUS : Décès du SG de la wilaya de Relizane    527 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Bechar: l'EPH chahid Tourabi Boudjemaa dédié à la prise en charge des malades de la Covid-19    SITUATION SANITAIRE EN ALGERIE : Djerad accuse des ‘'parties'' d'exploiter la crise du Covid-19    PROTECTION CIVILE DE SIDI BEL ABBES : 551 interventions enregistrées en une semaine    PENSIONS DE RETRAITE : Le nouveau calendrier de versement fixé    DOUANES : Mouvement partiel ciblant 27 inspections divisionnaires    Mars brillera pour Abu Dhabi !    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ennahdha appelle au départ de Fakhfakh    Les états-Unis haussent le ton contre Khalifa Haftar    La ville de Tanger reconfinée    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Ghacha suivi par Malines    L'UEFA prend note de la décision    "J'ai transféré 11,3 milliards de centimes du CSA à la SSPA"    "Je n'ai pas peur de la mort"    Les pistes de relance    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Air Algérie frôle le crash    10 millions d'enfants risquent de ne plus reprendre l'école    Critères pour faire valoir vos droits à la retraite    Distribution de 1 183 logements sociaux locatifs (LSL)    Pourquoi le sacrifice du mouton est dangereux    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Tebboune et Poutine échangent sur la Libye et l'Opep    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Le prénom amazigh Mastan inscrit à l'APC d'El-Biar    Publication inédite de "Printemps d'Alger" d'Emmanuel Roblès    Quand l'art se réfugie dans le monde virtuel    Mon Hebdo est né    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Championnat d'Italie : La Juventus s'approche de son 9e titre d'affilée    Paraguay : La justice rejette une nouvelle demande de libération de Ronaldinho    Foot der des verts    Abderrahmane Benkhalfa: Plaidoyer pour l'ouverture du capital des entreprises publiques    FAF - Reprise du championnat: La réunion de toutes les incertitudes    Le temps de la normalisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle
Publié dans Algérie Presse Service le 01 - 06 - 2020

Déterminée à entraver la marche de l'Algérie vers l'indépendance, la sinistre Organisation Armée secrète (OAS) a mené, entre 1961 et 1962, une action terroriste à grande échelle, mêlant explosions et mitraillages qui ont coûté la vie à environ 2400 Algériens, selon des estimations d'historiens.
Responsable de plusieurs centaines d'attentats et d'exécutions, l'OAS s'en est pris à tous ceux qui ont œuvré pour l'accession de l'Algérie à l'indépendance et qui l'ont soutenu, dans le but de créer la terreur et un climat de violence extrême parmi la population.
Ses commandos Delta procèdent à des assassinats ciblés, mais aussi à des attentats aveugles qui n'ont épargné personne.
"L'OAS aura tué 2700 personnes, dont 2400 Algériens, de mai 1961 à septembre1962", affirmait l'historienne française, Sylvie Thénault en mai 2019.
Témoin de cette période sanglante, Mohamed Laid Lachgar se remémore des souvenirs douloureux, décrivant des scènes d'une violence inouïe comme celles où "des Algériens étaient suspendus au travers d'une rue de Bab El Oued et imbibés d'essence pour les transformer en torches humaines" ou celles où des tueurs des groupes Delta de l'OAS "assassinaient plusieurs Algériens tous les cinquante mètres, d'une seule balle dans la nuque, comme s'il s'agissait d'un concours de tir", en plein centre d'Alger.
Les crimes horribles des membres des groupes Delta, y compris après l'annonce du cessez-le-feu, entre la France et l'Algérie, le 19 mars 1962, ont ciblé même les cortèges funéraires algériens se rendant au cimetière d'El Kattar et qui "étaient soumis à des fusillades par l'OAS à partir de terrasses d'immeubles de Bab El Oued", a ajouté l'ancien moudjahid.
"Une grande majorité des victimes des ‘massacres des routes' perpétrés par de faux officiers de l'armée française, érigeant de faux barrage sur la route reliant Oran et Tlemcen, n'a pas été inscrite sur les registres" de l'Etat civil, a-t-il révélé.
Oran est l'une des villes algériennes où les opérations de l'OAS "furent les plus sanglantes ayant laissé la région dans un état apocalyptique à l'été 1962", a-t-il encore soutenu.
Le 28 février 1962, un attentat à la voiture piégée devant un magasin qui vendait des gâteaux traditionnels algériens et qui connaissait, en cette journée ramadanesque, un certain engouement, a fait plus de 80 morts et une centaine de blessés. Ce fut l'attentat le plus sanglant qu'ait connu cette ville.
Toutefois, les Algériens n'étaient pas la seule cible de l'OAS. Des appelés de l'armée française, des officiers français engagés dans la lutte anti-OAS, des magistrats, des fonctionnaires, des élus, des membres de la société civile, des militants politiques ou syndicaux ont été également la cible des exactions de la sinistre armée terroriste.
Le maire d'Evian, Camille Blanc, fut assassiné dans la ville-même où les accords entre le FLN et la France sont signés, un an plus tard : le 18 mars 1962. L'OAS lui reprochait d'avoir accepté d'accueillir les pourparlers devant mettre fin à la guerre d'Algérie.
Plusieurs attentats sont également perpétrés à Paris par l'OAS pour s'opposer à l'indépendance de l'Algérie. Cette organisation, adepte du terrorisme à grande échelle, a fait sauter le 17 janvier 1962, une vingtaine de bombes dans la capitale française. L'une d'elles vise l'immeuble du vice-président du Sénat français à l'époque, Geoffroy de Montalembert.
Une quinzaine d'attentats seront également commis à Paris, une semaine plus tard.
Le 7 février 1962, l'OAS récidive et mène plusieurs attentats à la bombe en région parisienne. L'un d'eux visait l'appartement d'André Malraux, alors ministre des Affaires culturelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.