Les ports de tous les dangers    Vols, cambriolages, agressions: La police lance une application pour signaler les crimes et délits    Tlemcen: Reprise de l'alimentation en eau dans 20 communes    Sidi Bel-Abbès: Trois clubs officiellement promus    Un protocole sanitaire sera appliqué: Feu vert pour l'ouverture de 4.000 mosquées    Tremblement de terre de 4,3 degrés à Tipaza    Le Pr Mohamed Belhocine: «Le virus affecte l'intégralité du pays »    Ce sur quoi le passé a reposé    Dormir pour nous reposer de vivre !    L'entraîneur Rachid Belhout n'est plus    521 nouveaux cas confirmés et 9 autres décès    La reprise des activités attendue    L'entraineur zeghdoud donne son accord de principe au nahd    L'Afaspa dénonce l'implantation du siège du réseau Afrique de la Francophonie à Dakhla    L'armée de l'occupant israélien bombarde le centre de la bande de Ghaza    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tout crime    12 camions chargés d'aides arrivent à Mila    Constantine: campagne de sensibilisation pour protéger les forêts    Fin de l'isolement pour Rachid Nekkaz    La prière du vendredi reste suspendue    521 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    L'ARPE chargée d'encourager la pluralité de l'information et sa diffusion    Sortie de nouvelles promotions de l'ESNT    EXPLOSION DE BEYROUTH : Le président du Conseil constitutionnel exprime sa solidarité    ORAN : Décès du secrétaire de wilaya de l'ONM, Soumer Abdelkader    Les explosions à Beyrouth ravivent la contestation au Liban    FERMEES DEPUIS LA MI-MARS : Le ministre du transport écarte la réouverture des frontières    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Le suspense perdure    Un activiste du Hirak arrêté    Les pharmaciens saisissent Tebboune    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    LES BAGNES INEDITS    La réunion périodique présidée par Tebboune    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les violations des droits de l'Homme au Sahara occidental occupé sont source de tension dans la région
Publié dans Algérie Presse Service le 01 - 07 - 2020

Les violations des droits de l'Homme au Sahara occidental occupé sont devenues "source de tension" dans la région, a révélé une étude académique espagnole qui a plaidé pour l'élargissement du mandat de la Minurso à la surveillance des droits humains, affirmant que ce point figurait dans le mandat initial de la mission onusienne.
Dans cette étude, menée à l'université espagnole de Cadix, l'auteur déduit que la question des droits de l'Homme est "un facteur pertinent dans la pacification des relations internationales, et lorsqu'ils ne sont pas respectés, la situation peut entraîner une augmentation des tensions, des explosions ou la persistance d'un conflit armé".
Dans le cas du Sahara occidental, dit-il, "les violations des droits de l'homme sont devenues source de tension dans la région", d'où la nécessité, soutient-il, d'élargir le mandat de la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso) à la surveillance du respect des droits de l'Homme.
En consultant la documentation des Nations Unies, l'auteur a constaté que "des fonctions liées à la surveillance des droits de l'homme avaient été prévues dans le mandat initial de la Minurso mais qui ne pouvaient pas être exécutées".
Pour atteindre son objectif, celui d'analyser le rôle que peut jouer la Minurso dans ce sens, le responsable de cette étude, s'est orienté notamment vers les rapports sur les droits de l'homme au Sahara occidental, réalisés par diverses ONG, notamment celui d'Amnesty international publié avril 2019.
Crée en 1991 pour la surveillance du cessez-le feu entre les forces marocaines et le Front Polisario, ainsi que l'organisation d'un référendum au Sahara occidental occupé, "la Minurso est la seule mission de maintien de la paix moderne qui ne dispose pas de pouvoirs incluant les droits de l'homme. Bien que ceux-ci aient été violés et abusés pendant plus de 40 ans d'occupation", a fait remarquer le chercheur dans un compte-rendu publié cette semaine.
Or, selon le rapport de l'ONG consulté par l'auteur, l'expulsion en 2016 par les autorités d'occupation marocaines du personnel civil de la Minurso, a montré "le manque de coopération" du Maroc avec la mission dans la réalisation de son mandat.
Amnesty International a révélé, dans ce contexte, que les autorités d'occupation marocaines "ont continué de soumettre les défenseurs des droits humains sahraouis à des actes d'intimidation, d'interrogatoire, d'arrestation et d'observations rapprochées".
"Les groupes sahraouis de défense des droits de l'homme ont également rencontré des difficultés pour mener à bien leurs activités, le gouvernement marocain ayant systématiquement refusé leurs demandes d'agrément, et donc pas ne jouissant pas de reconnaissance juridique", ajoute-t-on.
Il a été également question, dans cette étude, de formuler quelques propositions pour résoudre "le manque important d'action" des Nations Unies au Sahara occidental. "Ce manque doit être résolu (...), parce qu'il est nécessaire de réparer les victimes, alléger les souffrances de la population".
Dans le dernier rapport du Secrétaire Général de l'ONU du 2 octobre 2019, (volet Minurso), "une plus grande coopération avec le Haut commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH) "a été encouragée", en d'autres termes le SG de l'ONU, "recommande l'extension du mandat pour y inclure le suivi des droits humains", affirme l'auteur.
Cette agence onusienne justement, à savoir, le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, est dans "l'incapacité à garantir pleinement les droits de l'homme de toutes les personnes" dans la région, souligne l'étude, s'appuyant sur le rapport d'Amnesty international.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.