Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    Installation des nouveaux présidents et procureurs généraux aux Cours de justice de Tiaret et Relizane    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    La traque d'un "sulfureux" général    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    11 décès et 495 nouveaux cas en 24 heures    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    La colère de Tebboune    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Suisse bannit les importations agricoles en provenance du Sahara occidental occupé
Publié dans Algérie Presse Service le 05 - 07 - 2020

Les trois plus grands détaillants suisses, Coop, Migros et Denner ont banni de leurs rayons les produits agricoles originaires du Sahara Occidental, refusant d'être complices de l'occupation marocaine.
Des statistiques commerciales suisses consultées par l'observatoire Western Sahara Ressources Watch, révèlent que la Suisse a mis fin en 2019 à ses importations agricoles controversées en provenance du Sahara Occidental.
Selon WSRW, 2019 a été la première année qui n'affiche aucune importation de produits à partir de ce territoire.
Les détaillants Migros et Denner ont tous deux confirmé à l'ONG suisse "Terre des hommes Schweiz" qu'ils n'ont acheté aucun produit du Sahara occidental en 2019 et qu'ils continueront de bannir ces importations.
Migros et Denner ont suivi l'exemple du distributeur Coop, qui a déjà cessé en 2017 de revendre des produits du territoire occupé.
Le détaillant Migros précise qu'après "des clarifications et des avis juridiques approfondis" en 2017, il a décidé "de s'abstenir d'acheter des produits en provenance de zones occupées conformément au droit international", une description qui s'applique sur le territoire du Sahara Occidental.
De son côté, Denner indique que la décision d'arrêter ces importations a été prise en 2017.
En 2012, WSRW a levé le voile sur la façon dont des produits de l'agro-industrie controversée dans le territoire occupé, se retrouvent dans les paniers de clients européens non avertis.
Dans un rapport, intitulé étiquette et responsabilité" WSRW a révélé que ces produits proviennent des plantations détenues par le roi du Maroc ou par des conglomérats franco-marocains. Les bénéfices et les emplois générés par ces terres riches ne bénéficient qu'à la puissance occupante.
C'est toute une industrie florissante qui est bâtie sur une fausse déclaration systématique des pays d'origine, ce qui laisse les clients dans l'ignorance, en violation directe d'une directive clé de l'UE qui donne aux consommateurs le droit d'en être informés correctement.
Selon l'observatoire, les melons et les tomates cultivés dans le territoire occupés sont devenus "des instruments politiques", utilisés par le Maroc pour "gagner implicitement la reconnaissance de sa revendication intenable sur le Sahara occidental".
Cependant la stratégie de Rabat n'a pas fonctionné en Suisse où le Conseil fédéral a déclaré formellement et à maintes reprises, que l'accord de libre-échange liant la Suisse et le Maroc ne s'appliquait pas au territoire du Sahara Occidental occupé.
Il relève que "la clarté" de la Suisse et des autres Etats membres de l'Association européenne de libre-échange (AELE) concernant ce dossier a été évoquée dans la déclaration du 13 septembre 2016 de l'avocat général de la Cour de justice de l'Union européenne dans l'affaire des accords Maroc-UE.
" En décembre 2016, la CJUE a jugé que l'accord commercial UE-Maroc ne pouvait être appliqué au Sahara occidental, le Maroc n'ayant ni souveraineté ni mandat international pour administrer le territoire ", rappelle WSRW.
En 2016, la question a attiré l'attention des médias suisses au moment où le succès de la campagne de "Terre des hommes Schweiz" a incité les supermarchés à changer de position à l'égard de ce commerce.
Durant la même année, les statistiques du commerce extérieur de la Suisse ont introduit la catégorie "Sahara occidental" pour déclarer aux clients l'origine de ces importations provenant des territoires occupés.
L'observatoire estime que dans la pratique il est difficile pour les importateurs suisses de faire une déclaration correcte sur l'origine de ces importations agricoles car le Maroc refuse d'étiqueter correctement les produits provenant du Sahara occidental.
Mais il affirme que les statistiques commerciales montrent que 2019 a été la première année où aucun melon ou tomate du territoire occupé n'a été importé en Suisse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.