Cour de Tipasa : Report au 11 décembre du réexamen de l'affaire de l'ex-wali d'Alger Zoukh    L'Agence nationale du foncier opérationnelle en 2022    Covid-19 : Obligation d'un PCR négatif de 48h pour les passagers à destination de la France    Coupe Arabe : Le Maroc bat la Jordanie et se qualifie pour les quarts    Le président Tebboune préside l'ouverture des travaux de la conférence nationale sur la relance industrielle    FLN-RND, la guerre de tranchées    L'Algérie sollicite l'expertise de la Berd    Plus de 4 000 employeurs récalcitrants à Béjaïa    FMI : "Les perspectives restent difficiles"    Nécessité de renforcer la coopération entre les pays dans le domaine de lutte anti-terroriste    Huit délégués du médiateur de la République remerciés    Le CA Batna récupère les points défalqués    Amar Brahmia, président de la commission des candidatures    Un autre procès attend Mira Moknache à Akbou    Distribution d'équipements à des personnes aux besoins spécifiques    Plusieurs axes routiers fermés    Le spectre d'Omicron    Les Canaris toujours en confinement à Zéralda    Le RCK et le MCEB sur du velours    Amara pour une plus grande représentativité de l'Algérie    10 morts dans une attaque terroriste    Le quota de l'Algérie passera à 972 000 b/j    Lancement du projet avant la fin de l'année    Cherfa exclut tout retour à ce système    Un réseau de voleurs de cuivre neutralisé    Vers la révision des programmes de formation    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Une exposition sur Charles de Foucauld, avant sa prochaine canonisation à Rome    JS Saoura-Heart Of Aok (Ghana) se jouera sans public    MOB – USMan : Faux pas interdit pour les Crabes    A l'arrêt depuis des mois voire des années : Deux entreprises publiques relancées    Bonnes nouvelles d'Afrique    Dbeyba, Seif El Islam et Haftar croisent le fer : Suspense haletant en Libye à la veille de la présidentielle    Aujourd'hui à Librairie du Tiers-Monde : Vente-dédicace de Rachid Benaissa et Abdelkader Djeflat    «Mohamed Lamine Debaghine, un grand intellectuel, un historique»    Ramdane Asselah. Moudjahid et auteur : «Sans l'OS, il n'y aurait pas eu de 1er Novembre 1954»    Après l'affaire Pegasus: Un nouveau scandale d'espionnage marocain    Sursaut de dignité au Maroc    Dar El Beïda : une véritable cour    L'hiver est moins rude    Les leçons d'un scrutin    Une clé pour la relance économique    Goudjil souligne la transparence du vote démocratique    «L'opération Barkhane n'est pas un échec»    Le royaume se disloque    Une plaidoirie pour le tourisme saharien    Gabriel Garcia Marquez en débat    «Sœurs» long métrage de Yamina Benguigui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Amnesty dénonce "une campagne de dénigrement" orchestrée à son encontre par le Maroc
Publié dans Algérie Presse Service le 04 - 07 - 2020

L'ONG Amnesty International a dénoncé samedi dans un communiqué la campagne de dénigrement orchestrée par le gouvernement marocain contre son bureau à Rabat après les révélations sur l'utilisation d'un logiciel israélien pour espionner le journaliste militant Omar Radi.
"Les attaques des autorités marocaines contre la crédibilité d'Amnesty International et la campagne de dénigrement orchestrée contre le bureau d'Amnesty à Rabat montrent à quel point elles sont devenues intolérantes à l'égard de l'examen et des critiques légitimes de leur bilan en matière de droits humains", déplore l'ONG.
Dans une enquête rendue publique le 22 juin dernier, Amnesty International a affirmé qu'un logiciel de la firme israélienne NSO, avait été utilisé par les autorités marocaines pour espionner le journaliste Omar Radi en janvier.
L'organisation a découvert que le téléphone d'Omar Radi avait été la cible de plusieurs attaques au moyen d'une nouvelle technique sophistiquée permettant d'installer de façon invisible Pegasus, logiciel espion produit par la firme NSO Group.
Le Maroc qui a nié ces accusations confirmées, a mené ces derniers jours une campagne calomnieuse contre l'ONG pour la discréditer, rappelant la suspension de leur coopération. Amnesty International indique avoir envoyé vendredi une lettre au gouvernement marocain, confirmant les résultats de son enquête et fournissant des détails supplémentaires sur sa méthodologie.
"Cette campagne de diffamation et les fausses allégations portées à l'encontre d'Amnesty International sont une tentative de discréditer une solide enquête sur les droits de l'homme qui a mis au jour une série d'incidents de surveillance illégaux utilisant des produits du groupe NSO", souligne l'ONG.
Et d'ajouter : "au lieu de s'engager de manière constructive (avec l'ONG) (...) les autorités choisissent de poursuivre l'attaque contre le messager ", s'indigne Heba Morayef, directrice d'Amnesty International pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.
"Ce n'est pas la première fois que des efforts sont déployés pour saper le travail d'Amnesty", relève-t-elle soulignant que ces attaques "coïncident avec une répression croissante dans le pays ".
"Des dizaines de militants des droits de l'homme, de journalistes indépendants et de manifestants sont actuellement en prison ", rappelle l'ONG qui dit avoir été faussement accusée par le gouvernement marocain. Ce dernier a prétendu qu'Amnesty lui a refusé un droit de réponse aux conclusions du rapport.
Amnesty précise que des sources gouvernementales anonymes qui se sont confiées à des médias marocains ont affirmé que le Maroc avait l'intention de fermer son bureau à Rabat.
L'ONG indique qu'elle a informé les autorités marocaines du contenu de l'enquête le 9 juin, soit deux semaines avant sa publication, via une lettre officielle envoyée par e-mail à cinq fonctionnaires du ministère des Droits de l'homme. Dans la même lettre, Amnesty a invité le gouvernement à fournir des commentaires à inclure dans le rapport. Sa demande est restée lettre morte.
L'ONG explique que les éléments de preuve ont été recueillis grâce à une analyse technique de l'iPhone du journaliste Omar Radi qui a révélé des traces d'attaques par " injection réseau ".
Ces résultats sont en ligne avec l'enquête d'octobre 2019 d'Amnesty International, qui a détaillé le ciblage de militants marocains notamment de Maati Monjib et de Abdessadak El Bouchattaoui.
Les preuves techniques extraites du téléphone d'Omar Radi indiquent clairement que Pegasus a été installé avec une forme particulière d'attaque numérique identifiée comme une "injection réseau".
Une attaque par injection réseau nécessite soit de se situer à proximité des personnes ciblées, soit d'avoir accès aux réseaux mobiles du pays – ce que seuls les pouvoirs publics pourraient autoriser.
Il s'agit donc là d'un autre élément qui confirme que les autorités marocaines sont responsables de l'attaque visant Omar Radi. Les conclusions d'Amnesty International sont conformes à celles présentées par d'autres organisations telles que Privacy International et Citizen Lab qui ont documenté l'achat et l'utilisation illégale par le gouvernement marocain de technologies de surveillance.
Les éléments mis au jour par l'ONG indiquent que le gouvernement marocain est resté " un client actif de la firme israélienne NSO et qu'il a pu continuer d'utiliser la technologie de celle-ci pour suivre, intimider et réduire au silence des militants, des journalistes et ses détracteurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.