Retards, blocages et fausses informations de l'administration: Tebboune accuse des «forces d'inertie» de provoquer la «contre-révolution»    Cour d'Alger: Abdelghani Hamel condamné à 12 ans de prison    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    DESCENTE PRESIDENTIELLE    Emigration clandestine: Le rôle des institutions sociales remis en cause    Circulation dans un sens sur les corniches inférieure et supérieure    L'instit, l'obole et la révolution    Report du procès de Tliba    Le Chef de l'Etat révèle le nombre des walis contaminés    Fin de fonction des chefs de Daïras et suspension des P/APC    495 nouveaux cas et 11 décès    La FAF attend la réponse du MJS    Djerad: lutter contre la bureaucratie pour "un avenir meilleur"    Installation de la nouvelle présidente et du nouveau procureur général à la Cour d'Ain Temouchent    Huit ans de prison ferme contre Wassiny Bouazza    Foot: les clubs contestataires de la LNFA et de la LIRF introduisent des recours    Affaire de l'enregistrement sonore: liberté provisoire pour Nassim Saâdaoui    En attendant l'ouverture des plages, les estivants envahissent la Corniche oranaise    495 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    Pléthore de modèles d'ici 2022    10 millions de ventes pour RAV4    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    «L'Algérie fait face à des tentatives de déstabilisation»    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Polémique autour d'une agence naissante    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amnesty répond au Maroc, lui rappelle son sinistre bilan des droits de l'homme
Publié dans Algérie Presse Service le 05 - 07 - 2020

L'ONG Amnesty International a réagi samedi à la campagne de diffamation orchestrée à son encontre par le gouvernement marocain, lui rappelant dans la foulée son sinistre bilan des droits de l'homme.
"Les attaques des autorités marocaines contre la crédibilité d'Amnesty International et la campagne de dénigrement orchestrée contre le bureau d'Amnesty à Rabat montrent à quel point elles (les autorités) sont devenues intolérantes à l'égard de l'examen et des critiques légitimes de leur bilan en matière de droits humains", déplore l'ONG.
Les attaques contre Amnesty se sont accentuées depuis la publication le 22 juin dernier d'une enquête sur le piratage du téléphone d'Omar Radi, journaliste et fervent détracteur du bilan des droits humains au Maroc.
L'ONG a découvert que le téléphone d'Omar Radi avait été la cible de plusieurs attaques au moyen d'une nouvelle technique sophistiquée permettant d'installer de façon invisible Pegasus, logiciel espion produit par la firme israélienne NSO Group.
Lire aussi: Maroc: Amnesty International dénonce la restriction de la liberté d'expression et des procès "iniques"
" Les preuves techniques extraites du téléphone d'Omar Radi indiquent clairement que Pegasus a été installé avec une forme particulière d'attaque numérique identifiée comme une injection réseau ", affirme l'ONG.
Acculé au mur, le gouvernement marocain s'agite pour repousser ces accusations confirmées. Des sources gouvernementales qui se sont confiées à des médias marocains évoquent une prochaine fermeture du bureau d'Amnesty à Rabat, lui rappelant au passage la suspension de leur coopération.
L'ONG dit avoir été faussement accusée par le gouvernement marocain. Ce dernier a prétendu qu'Amnesty lui a refusé un droit de réponse aux conclusions du rapport.
Obstruction aux activités d'Amnesty
Dans son communiqué, l'Organisation révèle qu'elle a informé les autorités marocaines du contenu de l'enquête le 9 juin, soit deux semaines avant sa publication, via une lettre officielle envoyée par e-mail à cinq fonctionnaires du ministère des Droits de l'homme.
Dans la même lettre, Amnesty a invité le gouvernement à fournir des commentaires à inclure dans le rapport. Sa demande est restée lettre morte.
Et rappelle dans la foulée que " ce n'est pas la première fois que des efforts sont déployés pour saper le travail d'Amnesty " au Maroc, soulignant que ces attaques " coïncident avec une répression croissante" dans le pays.
" Des dizaines de militants des droits de l'homme, de journalistes indépendants et de manifestants sont actuellement en prison ", dénonce l'Organisation avant de déplorer une obstruction aux activités de son bureau à Rabat.
Ce n'est pas la première fois que les activités d'Amnesty International sont entravées au Maroc. En juin 2015, deux enquêteurs d'Amnesty International qui documentaient la situation des migrants et des réfugiés ont été expulsés du pays malgré l'assurance du gouvernement que l'organisation pourrait mener des missions sur simple notification.
Les autorités marocaines ont un lourd passé dans l'instauration de mesures punitives pour détourner l'attention de leur sombre bilan en matière de droits humains, précise l'ONG.
" Ce faisant, ils confirment précisément ce que les enquêteurs d'Amnesty International ont révélé au cours de ces derniers mois : la tolérance zéro du gouvernement vis-à-vis de la liberté d'expression ", commente Heba Morayef, directrice d'Amnesty pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.