Comment maintenir un bon flux sanguin ?    Real : Zidane incapable d'expliquer la défaite face à Alaves    Liga : Le Real chute à domicile face à Alaves    LE DECOMPTE DES MORTS    Iran: Rohani accuse Israël de vouloir semer le «chaos» en tuant un scientifique    Générosité exceptionnelle    AADL: Dernière opération de choix du site au profit des souscripteurs    L'asymétrie des idioties    Ligue des champions d'Afrique : CRB - Al Nasr, aujourd'hui à 17h00: Le Chabab pour renouer avec la tradition    Football - Ligue 1: L'ESS, la JSS, l'USB et le NCM s'installent    Ligue des champions d'Afrique: Le MCA impose le nul aux Buffles du Bénin    Chlef: Le deuxième pôle universitaire réceptionné fin janvier    Bouira: Un policier retrouvé pendu    Mercuriale: Des hauts et des bas    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    Droits de l'homme en Algérie: des partis et des organisations nationales condamnent le contenu de la résolution du PE    Le gouvernement déterminé à instaurer un "modèle énergétique durable"    L'impuissance de la communauté internationale    Les souscripteurs invités à choisir leurssites    Des tests PCR à moins de 9.000 DA    1.044 nouveaux cas et 21 mortsen 24 heures    La pénurie persiste    Les vaccins anti Covid-19 dopent le marché des hydrocarbures    Covid-19: des contacts en cours pour l'acquisition du vaccin dés sa disponibilité    15 ans de prison requis contre Zoukh pour octroi d'indus privilèges à la famille Hamel    Le documentaire "Objectif Hirak" primé en Inde    Football / Ligue 1 : cinq autres clubs signent la convention tripartite    Le Maroc veut perturber une manifestation dénonçant l'agression à El Guerguerat    Energie: le gouvernement déterminé à instaurer un modèle énergétique durable    Lutte contre l'Islamophobie: L'Algérie réaffirme sa position "immuable"    Groupe parlementaire FLN : la résolution du Parlement européen dépourvue du moindre fondement diplomatique    Abiy Ahmed rencontre les envoyés spéciaux de l'UA    L'affaire de l'automobile sera rejugée    «Tant que le virus est là, il n'y aura pas de reprise»    Une vie de tumultes pour un bonheur inabouti !    La semaine des procès en appel à la cour d'Alger    Beyoncé en tête avec 9 nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Réparation du grand orgue de Notre-Dame, un chantier très délicat    Cambridge lance un appel pour retrouver des carnets de Darwin «volés»    "La persistance des déficits éliminera toute marge de manœuvre"    Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    L'armée s'implique dans la lutte anti-Covid    Parfaite lune de miel dans un climat de tempête géopolitique    Sit-in de soutien à Walid Nekkiche et aux détenus d'opinion    Vers la réalisation d'un théâtre de verdure et d'une bibliothèque    Lancement du concours "Ungal" du meilleur roman en tamazight    Les actrices intensifient la sensibilisation citoyenne    Suppression de visas pour les Emirats: Le ministère des Affaires étrangères dément    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amnesty répond au Maroc, lui rappelle son sinistre bilan des droits de l'homme
Publié dans Algérie Presse Service le 05 - 07 - 2020

L'ONG Amnesty International a réagi samedi à la campagne de diffamation orchestrée à son encontre par le gouvernement marocain, lui rappelant dans la foulée son sinistre bilan des droits de l'homme.
"Les attaques des autorités marocaines contre la crédibilité d'Amnesty International et la campagne de dénigrement orchestrée contre le bureau d'Amnesty à Rabat montrent à quel point elles (les autorités) sont devenues intolérantes à l'égard de l'examen et des critiques légitimes de leur bilan en matière de droits humains", déplore l'ONG.
Les attaques contre Amnesty se sont accentuées depuis la publication le 22 juin dernier d'une enquête sur le piratage du téléphone d'Omar Radi, journaliste et fervent détracteur du bilan des droits humains au Maroc.
L'ONG a découvert que le téléphone d'Omar Radi avait été la cible de plusieurs attaques au moyen d'une nouvelle technique sophistiquée permettant d'installer de façon invisible Pegasus, logiciel espion produit par la firme israélienne NSO Group.
Lire aussi: Maroc: Amnesty International dénonce la restriction de la liberté d'expression et des procès "iniques"
" Les preuves techniques extraites du téléphone d'Omar Radi indiquent clairement que Pegasus a été installé avec une forme particulière d'attaque numérique identifiée comme une injection réseau ", affirme l'ONG.
Acculé au mur, le gouvernement marocain s'agite pour repousser ces accusations confirmées. Des sources gouvernementales qui se sont confiées à des médias marocains évoquent une prochaine fermeture du bureau d'Amnesty à Rabat, lui rappelant au passage la suspension de leur coopération.
L'ONG dit avoir été faussement accusée par le gouvernement marocain. Ce dernier a prétendu qu'Amnesty lui a refusé un droit de réponse aux conclusions du rapport.
Obstruction aux activités d'Amnesty
Dans son communiqué, l'Organisation révèle qu'elle a informé les autorités marocaines du contenu de l'enquête le 9 juin, soit deux semaines avant sa publication, via une lettre officielle envoyée par e-mail à cinq fonctionnaires du ministère des Droits de l'homme.
Dans la même lettre, Amnesty a invité le gouvernement à fournir des commentaires à inclure dans le rapport. Sa demande est restée lettre morte.
Et rappelle dans la foulée que " ce n'est pas la première fois que des efforts sont déployés pour saper le travail d'Amnesty " au Maroc, soulignant que ces attaques " coïncident avec une répression croissante" dans le pays.
" Des dizaines de militants des droits de l'homme, de journalistes indépendants et de manifestants sont actuellement en prison ", dénonce l'Organisation avant de déplorer une obstruction aux activités de son bureau à Rabat.
Ce n'est pas la première fois que les activités d'Amnesty International sont entravées au Maroc. En juin 2015, deux enquêteurs d'Amnesty International qui documentaient la situation des migrants et des réfugiés ont été expulsés du pays malgré l'assurance du gouvernement que l'organisation pourrait mener des missions sur simple notification.
Les autorités marocaines ont un lourd passé dans l'instauration de mesures punitives pour détourner l'attention de leur sombre bilan en matière de droits humains, précise l'ONG.
" Ce faisant, ils confirment précisément ce que les enquêteurs d'Amnesty International ont révélé au cours de ces derniers mois : la tolérance zéro du gouvernement vis-à-vis de la liberté d'expression ", commente Heba Morayef, directrice d'Amnesty pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.