PSG : Di Maria écope d'une lourde sanction pour son crachat    Le Président Tebboune met en avant l'impératif de "faire avancer" le dossier de la réforme globale de l'ONU    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de psychotropes    Covid-19 : Nécessite d'adopter de "nouveaux modes d'enseignement" dans le Monde arabe    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Algérie/Italie: le comité technique chargé de la délimitation des frontières maritimes installé    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    Un terroriste abattu, 4 éléments de soutien et 11 narcotrafiquants arrêtés en une semaine    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Accords économiques: L'Algérie prend en compte ses intérêts    Neghiz face à la presse    Report de la 1re édition de la Foire nationale des produits de l'agriculture et de l'agroalimentaire    Les frères Kouninef condamnés à des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Spectaculaire rebond de l'émigration clandestine    Pascades    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    L'Odyssée de Hamdi Benani    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    La cour d'appel allège la peine de Fouzia Argoub    "La France doit aider l'Algérie à nettoyer les sites des essais nucléaires"    Condoléances    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    La fille des Aurès    Prorogation des promotions au 30 septembre    Les souscripteurs AADL protestent    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Enfin l'électricité et le gaz    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    Je n'ai pas voulu regarder le reportage de M6 sur le Hirak    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    PAIX ET SERENITE    "La sanction pourrait aller jusqu' à la peine de mort"    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    La mesure étendue aux transporteurs de voyageurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zones d'ombre : près de 12.000 projets de développement enregistrés avec une enveloppe de plus de 200 milliards DA
Publié dans Algérie Presse Service le 13 - 08 - 2020

Quelque 11.815 projets de développement ont été inscrits, les six derniers mois, au profit des zones d'ombre, avec une enveloppe de 207 milliards DA, selon un rapport présenté jeudi lors de la réunion Gouvernement-walis.
Selon le rapport final de l'Atelier consacré à "l'évaluation des phases de mise en œuvre du programme de développement des zones d'ombre", ces projets de développement concernent 9.502 zones d'ombre avec une incidence sur plus de 8,4 millions de citoyens.
Le nombre total des opérations achevées, dans ce cadre, s'élève à 1.256 projets d'un montant de 15,95 milliards DZD au niveau de 1.014 zones d'ombre et au profit de 716.000 citoyens.
Ces projets achevées concernent plusieurs domaines, à savoir l'eau potable (208), l'assainissement (293), le désenclavement (170), l'amélioration des conditions de scolarisation (136), le raccordement en électricité et gaz naturel (91), l'éclairage public (73), la prise en charge de la santé de proximité (60), et l'aménagement des espaces sportifs et récréatifs pour les jeunes (31).
Quant aux opérations en cours de réalisation, le même rapport avance le chiffre de 5.280 projets, pour un montant total de 95,66 milliards de DA au niveau de 4.205 zones d'ombre et au profit de plus de 3,8 millions de citoyens, précisant que la plupart de ces projets devront être réceptionnés en octobre prochain, et pour certains au cours du premier trimestre de l'année 2021.
Pour ce qui est des opérations en voie de lancement ou devant être lancées avant la fin de l'année, le document fait état de 5.279 projets pour un montant total de 95,5 milliards de DA, au niveau de 4.283 zones, et au profit de près de 3,9 millions de citoyens. Leur réception sera progressive à partir de la fin du 1er trimestre de l'année prochaine, ajoute la même source.
Lire aussi: Zones d'ombre : mettre en place un calendrier précis des projets de développement
S'agissant des obstacles et difficultés entravant la réalisation de ces projets de développement, l'atelier, présidé par le ministre de l'Energie, Abdelmadjid Attar a formulé plusieurs observations, notamment le manque de coordination intersectorielle et la nécessaire identification des spécificités des zones d'ombre, des conditions d'éligibilité aux projets de développement et des projets urgents.
De même qu'il a été relevé l'inscription de grands projets ne permettant pas la prise en charge rapide des besoins urgents des citoyens et que la priorité dans le choix des projets ne répond, parfois pas, aux attentes des habitants des zones d'ombre. La lourdeur des procédures administratives ou de l'incapacité des entreprises de réalisation ont été pointées dans le retard du parachèvement de certains petits projets.
Par ailleurs, les mesures préventives contre la propagation du Coronavirus ont impacté la démarche de prise en charge des zones d'ombre, a-t-on noté de même source.
Dans le but de recadrer le programme de prise en charge du développement des zones d'ombre pour réduire les disparités entre les régions du pays, il faudra, selon le rapport, axer les projets sur quatre objectifs stratégiques, à savoir la généralisation du raccordement de la population réseaux (eau, électricité, gaz et assainissement) le désenclavement des régions éloignées et des zones montagneuses isolées, l'amélioration des services de santé, d'enseignement et de jeunesse, outre la diversification des capacités économiques et artisanales des régions enclavées.
Pour atteindre ces objectifs, les travaux de l'atelier ont conclu à plusieurs recommandations, dont l'actualisation de la cartographie des zones d'ombre, l'adaptation des projets inscrits à la nature de la région, la satisfaction des besoins exprimés par la population et la priorisation des projets qui ne demandent pas un grand financement et de longs délais de réalisation.
Concernant la diversification des ressources de financement, il a été préconisé la mobilisation des différentes ressources locales ou centrales disponibles, la création d'un Fonds national dédie aux zones d'ombre, l'affectation d'un programme spécial au titre des Plans de développement communaux à hauteur de 50 Mds de DA dans le cadre des lois de Finances 2021 et 2022, exclusivement destiné à la prise en charge des zones d'ombre.
De même qu'a été recommandée la contribution du secteur de l'Habitat à la réalisation des réseaux au niveau des agglomérations.
Concernant l'association des composantes de la société civile à la prise en charge des besoins des zones d'ombre, l'accent a été mise sur la nécessité d'activer la participation des habitants des zones d'ombre à la détermination des priorités des projets, d'encourager les initiatives de gestion participative des projets réalisés et d'élargir la couverture sociale et la prise en charge sanitaire au niveau de ces zones.
Lire aussi: Un fonds spécial pour le développement des zones d'ombre
Pour ce qui est du suivi et de la vigilance, l'atelier a conclu de la nécessité de mettre en place un système de suivi au niveau de chaque wilaya, à même de veiller au suivi et à la mise en œuvre des projets, de créer un mécanisme sous l'autorité des walis de la République, avec la participation des services techniques, chargé de veiller au suivi continu de la mise en œuvre des projets.
S'agissant de la création des activités économiques et de postes d'emploi dans les zones d'ombre, les participants de l'atelier ont proposé la levée de gel sur les autorisations de transport collectif, dans le but de créer des lignes au profit des zones d'ombre et la création d'activités économiques et artisanales, notamment à travers l'appui aux crédits sans intérêts octroyés par les dispositifs de l'Etat.
L'atelier a souligné que la prise en charge des zones d'ombre, telle que soulignée par le Président de la République, requiert la mobilisation de tous les secteurs, les ressources de financement disponibles et des différents appareils de l'Etat, notamment au niveau des secteurs ministériels concernés, et ce, dans le but d'une intervention rapide et efficiente, en associant de manière efficace la société civile afin de mener à son terme le programme d'urgence au profit des zones d'ombre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.