Opep: poursuite des discussions mardi autour d'une prolongation des réductions de production en vigueur    Santé du président : La présidence rassure et annonce que Tebboune rentrera dans les jours prochains    Covid-19 : mise en garde contre la consommation "anarchique" des anticoagulants    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    USMA : l'entraineur François Ciccolini suspendu deux ans par la LFP    Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme    Energies renouvelables: le CEREFE analyse les raisons d'échec des programmes précédents    Covid-19: le confinement partiel à domicile élargi à 34 wilayas    Résolution du PE: la décision politique indépendante de l'Algérie "dérange" les parties étrangères    Tribunal de Koléa : une peine de trois ans de prison ferme requise contre Karim Tabou    Tipasa : report au 7 décembre du procès de "Mme Maya"    Coronavirus: 978 nouveaux cas, 605 guérisons et 21 décès ces dernières 24    REPRISE DU TRAFIC FERROVIAIRE : La SNTF apporte des précisions    TIN ZAOUATINE (TAMANRASSET) : Un terroriste armé se rend aux autorités militaires    Reprise des vols vers la France le 27 décembre    COVID-19 : Premières opérations de vaccination en janvier    Le confinement partiel prolongé de 15 jours, sauf pour les mosquées    SCOLARISATION A DOUBLE VACATION : Annulation des cours du samedi    Jeux olympiques et paralympiques 2020: versement de subventions financières à trois disciplines    Liga : Des statisitiques peu flatteuses pour Zidane et le Real Madrid    ASSE: Boudebouz a vu des Lillois "timides"    Ligue des champions: victoire du CRB devant Al-Nasr 2-0    Guardiola réagit au hat-trick de Mahrez    Talaie el Hourriyet regrette les «tâtonnements» et les «effets d'annonce» du gouvernement    Ouyahia et Sellal condamnés à cinq ans de prison    L'Iran réfléchit à sa riposte    Bouzidi à la rescousse, Abdeslam fait «demi-tour» !    Le barrage de Beni-Haroun rempli à 90%    Saisie de marchandises prohibées à travers plusieurs wilayas par la gendarmerie    Début de semaine agité sur le front social    Place au numérique    Un Goncourt et un Renaudot pas comme les autres remis aujourd'hui    Pas de majorité législative pour le président Kaboré    Abus de fonction, clientélisme et rapine    Repli historique du dinar face à l'euro    L'Eniem en arrêt technique à partir du 1er décembre    Plusieurs blessés lors de la "marche des liberté"    L'opposition maintient la pression sur Loukachenko    La sociologie et la Guerre d'Algérie revisitées    La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour    Réflexion sur les violences faites aux femmes    Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante    Décès du Professeur Tarek Bouktir, enseignant-chercheur à l'université Sétif 1    Aménagements extérieurs des 8700 logements sociaux d'Oued Tlelat: Les entreprises retardataires menacées de résiliation de contrats    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Troubles au Mali: seconde rencontre entre la Cédéao et les militaires mutins
Publié dans Algérie Presse Service le 23 - 08 - 2020

La délégation de la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), conduite par le médiateur dans la crise malienne, l'ex-président nigérian Goodluck Jonathan, a eu dimanche une seconde rencontre avec les militaires mutins du "Comite nationale pour le salut du peuple", rapportent des médias locaux.
Les discussions "se déroulent dans un climat très ouvert", a dit Goodluck Jonathan, mandaté pour "assurer le retour immédiat de l'ordre constitutionnel" dans le pays sahélien. "Les entretiens se passent bien", a-t-il encore assuré.
"La solution que nous devons trouver, et je crois que tout le monde est d'accord, c'est une solution qui satisfasse les Maliens d'abord et qui soit aussi bénéfique pour tous les pays de la sous-région", a-t-il souligné à ce propos.
Selon une source proche du dossier, la délégation de la Cédéao aurait fait une proposition au CNSP avant de se retirer de la salle de réunion pour leur donner le temps de l'étudier.
Dans le cadre des discussions visant à apaiser la situation au Mali, la délégation de la Cédéao doit rencontrer également dimanche les ambassadeurs des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (France, Etats-Unis, Russie, Grande-Bretagne et Chine), a-t-on indiqué auprès de la délégation.
"Très optimiste", Goodluck Jonathan, a résumé en deux mots les pourparlers engagés avec les militaires au pouvoir au Mali. "Nous avons vu le président Keïta, il va très bien", a-t-il dit.
A l'issue de la rencontre avec les membres du CNSP, dont le colonel Assimi Goïta, le président de la Commission de la Cédéao, Jean-Claude Kassi Brou, a de son côté, fait part d'une "volonté de vraiment aller de l'avant".
Lire aussi: L'instabilité au Mali entraînera un changement d'approche sécuritaire au Sahel
Du côté des militaires, leur porte-parole, Ismaël Wagué a indiqué que "les échanges avec la Cédéao se passent très bien".
"Nous avons compris que des chefs d'Etat, comme l'Ivoirien Alassane Ouattara, travaillent pour une décrispation, pour une solution pacifique, même s'ils ont fermement condamné notre prise de pouvoir. Nous sommes ouverts aux discussions", a dit une autre source proche des militaires.
Outre le président Keita, les envoyés ouest-africains se sont également rendus à Kati, ville-garnison de la banlieue de Bamako, où ils ont rencontré les personnalités arrêtées par les militaires, parmi lesquelles le Premier ministre Boubou Cissé, le président de l'Assemblée nationale Moussa Timbiné, et le chef d'état-major de l'armée, le général Abdoulaye Coulibaly.
Pour rappel, les pays voisins du Mali, réunis en sommet extraordinaire jeudi dernier, avaient réclamé le "rétablissement" immédiat du président Keïta et décidé d'envoyer cette délégation à Bamako, la quatrième de l'ex-président Goodluck Jonathan depuis le début de la crise socio-politique qui ébranle le Mali depuis les législatives de mars-avril.
Le départ forcé du président du Mali a été fermement condamné par plusieurs pays et organisations régionales et internationales qui se sont opposées à toute tentative de changement anticonstitutionnel de gouvernement au Mali.
L'Algérie a réitéré mercredi dernier son "ferme rejet" de tout changement anticonstitutionnel de gouvernement au Mali, affirmant que " la doctrine de l'UA en matière de respect de l'ordre constitutionnel ne "peut faire l'objet d'aucune violation", selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères
L'Union africaine (UA) a quant elle suspendu le Mali après le changement anticonstitutionnel opéré par les militaires, demandant aussi la libération d'IBK.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.