Adopter une "approche réfléchie" pour adapter la formation aux nouveaux défis et enjeux    8e session de la haute commission mixte algéro-égyptienne: le Premier ministre égyptien à Alger    JM: le programme des épreuves d'athlétisme    JM /Boxe : les Algériens Mordjane et Benlaribi en demi-finale, Bouloudinats éliminé    JM: quatre soirées du festival international de danse populaire programmées à El Bahia    Le président Tebboune reçoit le Secrétaire général de l'UGCAA    Infirmières agressées à proximité du CHU de Beni Messous: le suspect arrêté    JM/Cyclisme: ''Nous visons le podium de la course en ligne'' (Reda Kehlal)    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans le secteur d'al Farsia    Cour d'Alger: L'ancien ministre Abdelwahid Temmar condamné à 4 ans de prison ferme    Mise en échec d'introduction d'énormes quantités de drogue par les frontières marocaines    Un plan d'urgence pour la relance de l'activité du port de Ténès en partenariat avec le groupe Gica    Festival de la musique et de la chanson oranaise: clôture en apothéose    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Surfer prudent, surfer intelligent    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Le mot de Lamamra à la diaspora    Ces obstacles à franchir    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    La session prolongée au 15 juillet    Loukal rattrapé par la justice    562 véhicules livrés    Luis Suarez à River Plate?    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Hamidouche, le chanteur à la voix douce    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    8 ans pour Tliba, 6 pour Ould Abbès    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Procès de Nachinachi Zoulikha dite "Maya": Fin de l'audition des accusés et témoins
Publié dans Algérie Presse Service le 08 - 10 - 2020

Le procès de Nachinachi Zoulikha-Chafika dite "Maya", poursuivie dans des affaires liées à la corruption, qui se déroule au tribunal de Cheraga (Alger) a vu l'audition du reste des accusés et témoins impliqués dans cette affaire dans laquelle d'anciens responsables sont poursuivis et à leur tête, Abdelghani Zaalane et Mohamed Ghazi en leurs qualités respectives de walis d'Oran et de Chlef ainsi que l'ancien Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdelaghani Hamel.
Les griefs retenus contre les accusés sont notamment "blanchiment d'argent", "trafic d'influence", "octroi d'indus avantages", "dilapidation de deniers publics", "incitation d'agents publics pour l'octroi d'indus avantages" et "transfert illicite de devises vers l'étranger".
Après avoir auditionné l'accusée principale "Maya", la séance de l'après-midi a été consacrée à l'audition du reste des prévenus. Il s'agit de Mohamed Ghazi qui a nié toutes les charges retenues contre lui, les qualifiant d'"infondées", expliquant que Mohamed Rougab, ancien secrétaire particulier de l'ex-Président de la République, Abdelaziz Bouteflika lui avait présenté Mme Maya.
Il a précisé que M. Rougab lui avait demandé d'aider la famille de cette femme, en tant que proche de l'ex-Président. A ce titre, un "projet de restauration d'un parc d'attraction à Chlef" a été attribué à cette femme,orsqu'il était le wali de cette wilaya.
Parmi les privilèges accordés également à la principale prévenue, il y a lieu de citer un lot de terrain à la localité d'Oum Drou à Chlef.
M.Ghazi a fait savoir qu'il traitait avec elle en sa qualité de proche de l'ex-Président et qu'il ignorait son vrai nom et sa véritable identité.
Il était également intervenu auprès du wali d'Oran en 2017 (Abdelghani Zaalane) à sa demande (Maya) pour régulariser les dossiers d'investissement de ses proches et lorsqu'il avait découvert qu'elle n'avait aucun lien avec l'ex-Président, il avait entamé les procédures d'annulation des contrats de concession qu'elle a obtenus à Chlef, a-t-il dit
Quant à l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, il a dit au cours de son audition qu'il était victime et que la première fois qu'il a vu cette femme, c'était dans la maison de l'ancien ministre du Travail et ancien wali de Chlef, Mohamed Ghazi qui lui avait demandé de procurer des caméras de surveillance à cette femme, présentée en tant que "fille de l'ex-Président" pour les installer à sa maison à Moretti dans la capitale.
Le mis en cause Hamel a nié par ailleurs avoir donné des instructions pour assurer une sécurité permanente à Mme Maya.
Pour sa part, l'ancien wali d'Oran, devenu par la suite ministre des Transports, puis des Travaux publics, Abdelghani Zaalane a confirmé ses déclarations devant le conseiller enquêteur près la Cour suprême concernant ce dossier, affirmant avoir rencontré Mme Maya dans les couloirs des tribunaux.
Il a réaffirmé avoir reçu en janvier 2017, alors qu'il était wali d'Oran, un appel téléphonique de Mohamed Ghazi qui lui demandait d'accueillir des membres de la famille de l'ancien président, en application des instructions de son secrétaire particulier à l'époque, Mohamed Rougab pour la régularisation de leurs dossiers d'investissement en suspens depuis 2011.
Lire aussi: Le procès de Nachinachi Zoulikha-Chafika dite "Maya" reporté au 7 octobre
Effectivement Zaalane avait accueilli les dénommés Belaïd Abdelghani et Mohamed Benaïcha, en tant que proches de la famille du président à l'époque. Ces derniers lui avaient demandé de régulariser leurs dossiers et ont obtenu des contrats d'exploitation de la zone d'activité industrielle dans les régions de Tafraoui et Sidi Chahmi.
L'accusé Abdelghani Zaalane a affirmé que le comportement inconvenant et l'audace de Belaïd Abdelghani a éveillé ses soupçons au sujet des deux individus, ce qui l'a amené à appeler directement le conseiller de l'ancien président «Saïd Bouteflika» qui avait nié avoir donné une quelconque instruction pour la prise en charge des dossiers de ces deux accusés.
Après avoir réalisé qu'il s'agissait d'une opération d'escroquerie, le wali d'Oran a annulé les décisions signées le 5 janvier 2017.Le juge a écouté par la suite le témoignage de Mohamed Rougab, secrétaire particulier de l'ex président Bouteflika qui a affirmé à son tour ignorer le véritable nom de la dénommée Maya, et que c'était dans la presse qu'il avait entendu pour la première fois le nom de « Nachinachi Zoulikha ».
Il a affirmé être intervenu une seule fois auprès du wali de Chlef «Ghazi » pour la prise en charge des revendications de la principale accusée, et ce en application des instructions du président de la République à l'époque.
Ensuite, d'autres témoignages ont été écoutés, dont ceux des femmes de ménage de l'accusée qui étaient rémunérées par le ministère du Travail, et des agents de police choisis pour assurer la sécurité du domicile de cette dernière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.