Ligue 1: Le programme des rencontres de la 15ème journée    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    «La pensée libre» à la barre    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    LDC : Mendy libère le Real Madrid face à l'Atalanta    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Référendum sur la révision de la Constitution: une étape pour l'édification de la l'Algérie nouvelle
Publié dans Algérie Presse Service le 08 - 10 - 2020

L'ambition de créer une "Algérie nouvelle" au sein de laquelle se renforceront les droits et les libertés, à l'occasion de cette étape d'amendement de la Constitution, initiée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, ont été les thèmes développés jeudi par les animateurs de cette campagne référendaire.
Le président du Mouvement El Islah, Filali Ghouini, a réitéré à Bouira le soutien de son parti au projet d'amendement constitutionnel qu'il a qualifié de "pas important pour l'édification de l'Algérie nouvelle et pour sortir le pays de l'impasse".
"Notre parti soutient et adhère aux changements constitutionnels opérés et votera +Oui+ pour cette nouvelle constitution, car elle est issue de plusieurs rencontres de consultation auxquelles nous avons participé avec une série de propositions, dont plusieurs ont été prises en considération", a expliqué M. Ghouini.
Pour sa part, le secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), Abou El Fadhl Baadji, a estimé, depuis Mila, que le succès de ce référendum signifierait la "victoire du front interne" et une "réponse aux tentatives extérieures de déstabilisation du pays, au regard des situations sécuritaires dangereuses prévalant dans certains pays voisins".
Il a appelé, dans ce sillage, à saluer le contenu du projet, du fait notamment qu'il contient une "Révolution de lois" reflétant les réformes accordées aux différentes autorités pour exercer leurs rôles convenablement.
Le projet d'amendement de la Constitution qui sera soumis, le 1er novembre prochain, à référendum populaire, instaure les "fondements d'une approche plus globale" de la gestion des affaires de l'Etat, a affirmé, pour sa part, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad.
M. Djerad a relevé que l'amendement proposé "élargit considérablement le rôle du Parlement mais aussi de l'opposition, consacre les libertés individuelles et collectives de manière plus claire et confirme fermement le principe du contrôle à tous les niveaux".
Ce projet ouvre également de "nouveaux horizons" à la société civile et au mouvement associatif et libère le potentiel créatif et l'initiative privée dans le cadre d'une économie sociale de marché, tout en confiant la mission de contrôle à l'Etat, a-t-il ajouté.
Lire aussi: La Constitution incarne une approche globale de la gestion des affaires de l'Etat
Après avoir rappelé que depuis l'élection du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, l'Algérie "s'est engagée résolument dans un large projet de réformes politique et économique, le Premier ministre a souligné que le Président s'emploie à promouvoir le sursaut national légitime du peuple algérien, le 22 février 2019" afin de permettre aux forces vives de la société, notamment aux générations montantes, de prendre l'avenir du Pays en main".
De son côté, le conseiller auprès du Président de la République, chargé du mouvement associatif et de la communauté nationale à l'étranger, Nazih Berramdane, a indiqué à Bouira qu'il s'agissait du premier engagement du président Tebboune pour aller vers "une nouvelle ère" et pour bâtir un état "de droit et de démocratie".
"Cet amendement est le plus important dans l'histoire de l'Algérie, car il accorde pour la première fois une importance particulière à la société civile via la création d'un observatoire national en qualité d'organe consultatif placé auprès du président de la République", a-t-il expliqué.
Le parti "El-Fadjr El-Djadid" de Tahar Benbaïbeche a estimé, quant à lui, que voter "Oui" lors du référendum sur le projet d'amendement de la Constitution était le choix "le plus judicieux" car "il nous met à l'abri des soubresauts pouvant affaiblir le pays".
Pour "El-Fadjr El-Djadid" qui dit avoir étudié toutes les options, "l'appel au boycott s'apparente au néant et le néant ne mène à rien".
Le parti considère aussi que "l'appel à voter +Non+ peut relancer la bande et ses relais" et "nous ramènera à la Constitution de 2016, ce qui affaiblira la position de notre pays".
Le Secrétaire général de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Salim Labatcha, a soutenu depuis Skikda que le projet d'amendement constitutionnelle garantirait "plus de droits pour le changement", appelant à cette occasion, le peuple à voter "massivement" pour l'édification de "l'Algérie Nouvelle".
Il a ajouté que voter "Oui" lors du référendum sur le projet d'amendement de la Constitution était le choix qui préserverait les acquis du Hirak et les changements qui y ont découlé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.