Cité des 1046 logements (Douéra) : Dégradation et absence d'entretien    Chetaïbia (Ouled Chebel) : Absence de structures sportives    EPH d'Akbou : Trois services dédiés à la covid-19    Béchar : Cap sur le reboisement    Oran : Le théâtre La Fourmi est fin prêt !    Mostaganem : Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    Barça : Griezmann a mis les choses au clair avec Messi    Ligue des champions d'Europe: Le PSG au pied du mur    USMA - Limogeage de François Ciccolini: Des faits mais aussi des non-dits    A l'initiative de l'ambassade des Pays-Bas: Lancement du programme «Orange Corner» destiné aux startups    L'INVICIBILITE DU TEMPS    Maroc-Sahara Occidental: Vive tension dans la région    A l'appel de l'UNPEF: Protestation annoncée dans les écoles    900 comprimés psychotropes saisis, deux arrestations    Trois autres dans un état grave: Six personnes tuées par de l'alcool frelaté à Tiaret    Gestion des risques majeurs: Une nouvelle loi en préparation    CAF : Ahmad Ahmad suspendu cinq ans par la Fifa    Les laboratoires privés pointés du doigt    1.005 nouveaux cas et 19 décès    Le spectre de la sécheresse s'éloigne    Rahabi s'attend à une relance du processus politique    Le Conseil de la nation entame le débat du PLF 2021    Le président mauritanien reçoit le MAE sahraoui, émissaire de Brahim Ghali    FLN: l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental, seule solution pour le règlement du conflit    AADL: Lancement à la fin du mois en cours des travaux de réalisation de 140.000 logements    Affaire contre le quotidien El Watan: demande d'une enquête complémentaire    Algérie-Turquie: 5 milliards de dollars d'échanges commerciaux    USMA: Benaraïbi Bouziane nouvel entraîneur    Mandat d'arrêt international émis contre Abdou Semmar    Merkel soutient l'autodétermination des Sahraouis    Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, suspendu cinq ans par la FIFA    L'ancien député Khaled Tazaghart acquitté    La justice otage du virus    L'armée menace la capitale du Tigré d'un assaut    Plus de 400 enfants arrêtés par les forces d'occupation en 2020    Les clubs de la Ligue 2 dans l'expectative    Cinq joueurs ménagés    Le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre    Les opérateurs fixés sur les taux d'intégration    Versailles : le street art fait son apparition dans cette ville historique    L'Opéra de Paris va lancer une plateforme numérique de spectacles et masterclass    «Une société qui méprise la femme est une société morte»    Le silence assourdissant des partis du pouvoir    Le verdict attendu le 30 novembre    Les marcheurs du 5 octobre devant la cour d'appel    Les travaux de réhabilitation encore retardés    Décès de la journaliste britannique Jan Morris    Pour "une société et une économie plus durables"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara Occidental: une association africaine dénonce les violations flagrantes des droits de l'homme par le Maroc
Publié dans Algérie Presse Service le 24 - 10 - 2020

La membre de l'Alliance des médias et des juristes africains, Latifa Dib, a déploré, samedi à Alger, les violations flagrantes par le régime d'occupation marocain des droits de l'homme au Sahara Occidental, dénonçant l'augmentation du nombre d'arrestations des militants à Laayoune occupée et le pillage des ressources naturelles sahraouies susceptible de menacer la stabilité de la région entière.
"Le Makhzen n'a pas cessé, une seule seconde, ses violations des résolutions onusiennes au Sahara Occidental notamment à Laayoune occupée qui enregistre quotidiennement de larges campagnes d'arrestation des militants sahraouis", a fait savoir Mme Latifa Dib dans une déclaration à l'APS.
Evoquant ces violations, la même responsable a soutenu que l'occupation marocaine "oeuvre à étendre les domaines de violation du territoire sahraoui et conclure des conventions internationales visant le pillage des richesses du peuple sahraoui".
"Le mur de séparation construit par les autorités d'occupation marocaines a empêché des familles sahraouies de rencontrer leur proches quatre décennies durant, un mur qui est toujours là en dépit des chartes internationales qui le qualifient de crime contre l'humanité", a-t-elle soutenu.
Et d'ajouter :"l'occupation marocaine a planté un total de 7 millions de mines tout au long de ce mur qui ont fait plusieurs morts selon les rapports onusiens".
Insistant sur l'impératif d'élargir le mandat de la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO) pour inclure "la surveillance des droits de l'homme en vue de détecter les violations marocaines, d'autant que le rapport d'Amnesty international du mois d'avril 2019 avait dénoncé des violations flagrantes de toutes les lois internationales", Mme Dib a souligné que le Maroc avait expulsé les fonctionnaires civils de la Minurso dans l'objectif de semer l'anarchie et occulter la situation des droits de l'homme au Sahara Occidental".
Elle a plaidé, en outre, pour l'examen de "nouveaux mécanismes de contrôle de la situation des droits de l'homme au Sahara Occidental", appelant la communauté internationale à l'impératif "d'exercer des pressions sur le Maroc afin de l'amener à libérer les détenus sahraouis".
Elle a imputé au Conseil de sécurité la responsabilité de l'entrave du processus de décolonisation de la dernière colonie en Afrique, en dépit du fait que le Sahara Occidental soit classé parmi les 16 territoires concernés par la décolonisation en vertu de la résolution 1514 de 1960, qu'il fasse l'objet de débat annuel à la quatrième Commission de l'ONU et en dépit de la mise en place, en 1991, d'un mécanisme diplomatique et politique pour le règlement du conflit dans le territoire occupé ».
Par ailleurs, elle a expliqué l'inaction et l'inertie du Conseil de sécurité à rendre justice au peuple sahraoui par la dictature marquant l'élaboration de la politique sécuritaire mondiale, une politique qui serve les intérêts des pays titulaires du droit de véto», condamnant « la complicité de la France avec le Maroc visant à entraver le processus d'organisation du référendum d'autodétermination au Sahara Occidental occupé ».
L'occupation marocaine appréhende fortement l'organisation d'un référendum, étant convaincue que le peuple sahraoui votera pour l'indépendance, ce qui ne sert pas ses orientations et ses visées coloniales qui ne cessent de s'accroitre jour après jour».
« En dépit du fait que l'ONU ait échoué à réprimer l'occupation marocaine et à rendre justice au peuple sahraoui, les peuples du monde se rallient à la cause sahraouie et la considèrent comme étant l'une des questions fondamentales des droits de l'Homme dans le monde», a-t-elle mis en garde.
Evoquant la position de l'Algérie à l'égard de la question sahraouie, elle a indiqué qu'«elle milite pour rétablir les principes de la légalité internationale, convaincue du nécessaire triomphe des droits de l'Homme", soulignant que «la question sahraouie et même palestinienne s'inscrivent parmi les batailles que l'Algérie mènent contre la colonisation ».
Elle exhorte le Conseil de sécurité à « assumer ses responsabilités, à mettre fin à la tragédie que vit le peuple sahraoui due aux violations flagrantes du makhzen qui porte atteinte à l'histoire, à l'identité et à la géographie du Sahara Occidental ».
Elle appelle à désigner un nouvel envoyé personnel onusien au Sahara Occidental et à «accélérer l'organisation d'un référendum pour la décolonisation au Sahara Occidental en vue de restituer le droit historique du peuple sahraoui occupé à l'autodétermination».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.