Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    Le Polisario bombarde la zone de Guerguerat    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Les saillies d'une réforme prévue "avant la fin de l'année"    La terre a tremblé à Batna et Tizi-Ouzou    227 nouveaux cas et 2 décès en 24h    Timides avancées et grandes désillusions    Arsenal : La réaction d'Arteta au départ d'Özil    Tournoi de l'UNAF (U17): l'Algérie valide son billet pour la CAN 2021    Arsenal : Mikel Arteta évoque le dossier Martin Odegaard    Le parquet demande la confirmation de la peine de trois ans de prison contre Kechida    La sardine et le charlatan    Un ministre au cœur de la polémique    Les propositions du mouvement El-Islah    L'AG élective fixée au 2 février    Madoui prend le relais    Toujours pas de conclusions    La situation sanitaire s'aggrave    La RASD exprime sa gratitude à la Namibie    Masque anti-âge avec de la vaseline    Régime et hypertension artérielle    139 corps découverts dans les charniers de Tarhounah    Flâneries, émerveillement et regrets !    Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés    Vente d'un manuscrit unique sur la bataille d'Austerlitz annoté par Napoléon    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    "Nous ne sommes pas encore au maximum"    Les joueurs de nouveau en grève    Mourad Karouf, nouvel entraîneur    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Visite d'inspection du ministre des Travaux publics : Mise en service de plusieurs infrastructures    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Le procès commencera la deuxième semaine de février    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Les souscripteurs AADL 1 crient leur ras-le-bol    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Un an de prison ferme requis    "Nous avons gagné la guerre, nous ne sommes pas demandeurs d'excuses..."    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Quand un vol de bétail se termine par un drame    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    La pâleur d'une façade    Vingt-cinq doses de vaccin Covid-19    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Autodétermination : les Sahraouis en ont assez d'attendre un "mirage" promis par l'ONU
Publié dans Algérie Presse Service le 25 - 11 - 2020

Kamal Fadel, représentant du Front Polisario en Australie, a indiqué que les Sahraouis en ont assez d'attendre un "mirage" promis par l'ONU en référence au référendum d'autodétermination, alors que la communauté internationale est accusée de n'avoir apporté aucune réponse à la violation du cessez-le-feu par le Maroc à El Guerguarat au sud-ouest du Sahara occidental.
Interrogé par Middle Est Eye (MEE), sur "l'insistance du Maroc à maintenir le statu quo au Sahara occidental", Fadel répond que cela entre dans la "stratégie de Rabat, qui donne également l'impression d'un processus politique en cours et qui mise sur le temps pour enraciner l'occupation, utiliser les ressources et créer des faits sur le terrain".
"Mais les Sahraouis sont bien conscients de cette stratégie et ne vont pas s'y laisser prendre une fois de plus", ajoute Fadel, soulignant que "les Sahraouis en ont assez d'attendre dans le désert un mirage promis par l'ONU qui s'éloigne avec le temps".
Le Polisario, qui réclame l'indépendance du Sahara occidental, a dénoncé une violation flagrante de l'accord de cessez-le-feu de 1991 en déclarant un retour à la lutte armée, pour la deuxième fois depuis sa création en 1973.
Kamal Fadel relève que l'accord militaire signé entre le deux partis au conflit, le Front Polisario et le Maroc, stipule que "toutes les infractions sont considérées comme une rupture de l'accord lui-même et de l'esprit du plan de paix".
"L'accord militaire n 1 établit une zone tampon de 5 kilomètres de large au sud et à l'est du mur de sable marocain, où l'entrée des troupes ou d'équipement par les deux parties, par voie terrestre ou aérienne, et l'utilisation d'armes dans ou contre ces zones sont interdites en tout temps et constituent une infraction", explique Fadel à MEE, un site d'informations spécialisé dans les questions du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord.
La reprise de la lutte armée par le Polisario a été largement saluée par la population sahraouie. Des décennies d'impasse ont épuisé la population, aucun envoyé spécial de l'ONU n'a pu se rendre au Sahara occidental depuis plus d'un an maintenant, commente Middle East Eye.
Pendant ce temps, le Maroc essaie d'atténuer l'impact des opérations du Polisario le long du mur, en ayant recours à un tapage médiatique, alors que les tensions sont toujours vives une semaine après le lancement de son agression militaire pour tenter de rouvrir une brèche illégale dans la zone tampon.
Lire aussi: Les événements d'El-Guerguerat, un "manquement" du Maroc à son obligation de ne pas entraver le processus de règlement onusien
Pour Jacob Mundy, assistant professeur à l'université de Colgate et coauteur d'un ouvrage sur le Sahara occidental, cité par MEE, la récente agression militaire du Maroc dans la zone tampon n'est pas la première.
"Le Maroc a commencé à construire une route goudronnée pour relier Guerguerat à la Mauritanie en 2016, ce qui fut l'une des plus significatives infractions au cessez-le-feu de l'ONU constatée en plusieurs décennies, et le Maroc n'a pas été sanctionné par le Conseil de sécurité pour cela".
"Le Maroc a agi plus ou moins en impunité depuis l'invasion du Sahara occidental tenu par les espagnols en 1975 ", relate Jacob Mundy, qui souligne que ces dernières années, le Maroc a stoppé le processus de paix et n'a pas subi la "moindre conséquence pour avoir mis dans l'impasse et empêché le travail des deux précédents envoyés du secrétaire général de l'ONU" .
Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental dispose d'importantes réserves de "pétrole offshore" et ressources minérales. Le Maroc n'a pas cessé d'exploiter les ressources naturelles du territoire non autonome, tandis que la moitié de sa population attend un référendum d'autodétermination.
Stephen Zunes, auteur et professeur de sciences politiques à l'université de San Francisco, a déclaré à MEE que la solution au conflit au Sahara occidental est "entre les mains de la France et des Etats-Unis".
Alors que les combats continuent à el Guerguarat, la communauté internationale n'a apporté "aucune véritable réponse pour endiguer la situation née de la violation du cessez-le-feu par le Maroc, qui a lancé une agression militaire contre les civils sahraouis", déplore-t-il.La France, principal soutien du Maroc, s'est contentée, a-t-il dit, de demander un "retour aux pourparlers de paix sans exercer de pression particulière", a-t-il indiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.