La "liste ouverte" pour contrer la "chkara"    L'Algérie "tenace face aux ennemis d'hier et d'aujourd'hui"    7 longues années d'attente    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Tournoi de l'UNAF (U17): entame réussie pour les Verts    Mondial 2021 de handball. Portugal 26 – Algérie 19 : Réaction encourageante du sept national    Barca : Lionel Messi ne sera pas lourdement sanctionné !    Saisie de 376 millions de centimes en faux billets à Annaba    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Session de formation aux métiers de l'export    "Les étudiants doivent éviter les fausses déclarations"    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Arrêt prématuré d'un test des moteurs de la fusée géante SLS    Les Européens appellent Téhéran à la raison    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Prolongation de mandat    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    "Le plus difficile reste à venir"    Enquête    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    Un mort et 14 blessés dans un accident de la circulation    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Une quête de l'Histoire d'un peuple    Un citoyen tombe du 5èm étage d'un immeuble en construction    Mostaganem: Incendie sur un bateau de pêche    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    Principes et autres considérations    LA TRITURE    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Est-ce la bonne statue?    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La guerre de libération "ne s'arrêtera qu'avec la fin de l'occupation marocaine"
Publié dans Algérie Presse Service le 03 - 12 - 2020

HAFED- Le Ministre conseiller auprès de la présidence sahraouie, chargé des Affaires politiques, Bachir Mustapha Sayed a indiqué mardi que "le 13 novembre 2020 marque un changement important dans la lutte de notre peuple, traduit par les attaques de l'Armée de libération nationale et l'immense mobilisation, en soutien à la décision du Front populaire de reprendre la lutte armée" contre l'occupation marocaine.
Le responsable sahraoui a évoqué, dans une interview accordée à l'agence de presse sahraouie SPS, que la guerre de libération "s'est déclenchée dans la brèche illégale d'El-Guerguerat en réponse à la violation du Maroc de l'accord de cessez-le-feu et l'inertie de l'ONU", ajoutant que "nous sommes au point de non-retour jusqu'à anéantir l'occupation marocaine et la libération de nos territoires occupés".
En réponse à une question à propos de l'ouverture par quelques pays des "consulats" dans les territoires occupés du Sahara occidental, M. Sayed a soutenu que cette opération "vise à détourner l'opinion publique marocaine des échecs que subit le royaume sur le plan diplomatique et militaire, pour alimenter aussi sa politique expansionniste, hormis le fait que cette mesure est dépourvue de toute légitimité au regard de statu juridique du conflit dans la loi internationale".
M.Sayed a relevé, d'autre part, que "la porte reste ouverte aux efforts onusiens, mais en tenant compte de la nouvelle logique de la partie sahraouie, basée sur l'implication dans toute initiative pacifique, en parallèle avec la poursuite de la lutte armée". Et d'ajouter qu'"il y a une seule condition à la trêve, le retrait de l'occupation marocaine du Sahara occidental".
Lire aussi : Le ministre sahraoui des Eaux et de l'Environnement reçoit une délégation du HCR
En réaction à l'immobilisme de l'ONU dans cette situation, M. Sayed a précisé que "l'immobilisme des Nations Unies est du à trois raisons: en premier, la situation délicate dans laquelle se trouve l'Organisation après avoir échoué à tenir sa promesse d'organiser un referendum d'autodétermination du peuple sahraoui en l'espace de six mois et s'est vu allonger cette période à 30 années à cause du blocage du Maroc, puis elle a buté sur l'alignement de la France à la thèse marocaine malgré les dernières déclarations du président Macron de réunir les parties au conflit, le Front Polisario et Rabat, pour de négociations.
Il y a aussi la situation que traverse les Etats Unis d'Amérique".Autre question sur la présence de la MINURSO, ile ministre sahraoui a souligné que le Front Polisario "n'a pas demandé aux membres de la mission onusienne de partir". "Ils restent nos hôtes mais sans mission, malgré quelques dépassements dans la gestion de la situation qui a éclaté à El Guerguerat au sud-ouest du Sahara occidental le 13 novembre dernier", a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.