Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Barça : Iniesta cite les trois joueurs clés pour remporter le Clasico    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Chengriha réclame la décontamination des sites    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Le Hirak maintient la pression    Regroupement en tête    Charef Eddine Amara, candidat unique    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Djabou, le retour    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Assemblée élective de la Fédération algérienne de football : Belmadi réaffirme sa "neutralité"    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Tlemcen: Plaidoyer pour une «communauté d'entrepreneurs»    Allégations d'agression sexuelle sur un mineur: De graves accusations contre six individus     Grave escalade à nos frontières    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    8700 logements sociaux distribués    «Elles sont profondes et particulières»    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    Pourquoi voulait-on piéger Hanoune ?    La note de Ouadjaout    La thyroïde, apprendre à la connaître    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





James Baker: la position de Trump sur le dossier sahraoui risque de créer des tensions en Afrique du Nord
Publié dans Algérie Presse Service le 18 - 12 - 2020

La reconnaissance, par le président sortant Donald Trump, de la prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara occidental risque de créer un climat d'instabilité en Afrique du Nord dont pourrait profiter Al-Qaïda au Maghreb islamique et d'autres groupes terroristes, a indiqué, jeudi, l'ancien secrétaire d'Etat américain, James Baker.
Dans une tribune publiée dans le Washington Post, M. Baker n'a pas écarté "la possibilité d'une montée des hostilités entre le Maroc et le Front Polisario redoutant qu'Al-Qaïda au Maghreb islamique et d'autres groupes (terroristes) puissent exploiter la situation ".
M.Baker qui a occupé le poste d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara occidental, a estimé aussi que la décision "téméraire" du président américain sortant pourrait ainsi avoir de "sérieuses répercussions". Trump avait annoncé, le 10 décembre courant, reconnaître le Sahara occidental comme faisant partie du territoire marocain en contrepartie de la normalisation des relations entre le Maroc et Israël.
D'autre part, cette décision pourrait, selon lui, "compliquer" les relations entre les Etats-Unis et l'Algérie "un important partenaire stratégique". "La détérioration de nos relations avec l'Algérie, principal défenseur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination pourrait affecter l'avenir de nos relations commerciales ainsi que notre coopération militaire et en matière de lutte anti-terroriste", a-t-il soutenu.
James Baker a considéré la reconnaissance de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental comme "un étonnant abandon des principes du Droit international par les Etats-Unis ainsi que ses propres principes diplomatiques ".
"L'action téméraire (de Trump) présentée comme une (démarche) diplomatique aggravera une situation déjà dans l'impasse, celle du règlement du long conflit opposant le Maroc au peuple sahraoui autour du territoire (sahraoui)", a déploré l'ancien émissaire de l'ONU.
Il a relevé, néanmoins, que Trump a eu le mérite d'essayer de changer la situation au Moyent-Orient tout en affirmant que cet objectif ne devait pas être atteint "en abandonnant l'engagement des Etats-Unis en faveur du principe d'autodétermination, un principe de base sur lequel notre pays a été bâti et auquel il devrait rester fidèle".
Qualifiant la décision prise par Trump de "cynique", Baker a insisté sur le fait que les Etats-Unis ne devaient pas tourner le dos au peuple sahraoui en tentant de rendre meilleures les relations entre Israël et ses voisins.
"Dès 1975, lorsque le Maroc a pris le contrôle du Sahara occidental par la force après le retrait de l'Espagne, les Etats-Unis et la plupart des membres de la communauté internationale ont refusé de reconnaître la légitimité de cette revendication ( la souveraineté sur le Sahara occidental)", a rappelé l'ancien secrétaire d'Etat.
"La reconnaissance de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental par l'administration Trump est un revirement majeur et regrettable dans une politique américaine au long cours défendue aussi bien par les Démocrates que par les Républicains", a-t-il signalé notant que l'annonce faite par Trump pourrait affecter l'image des Etats-Unis et mettre en doute ses engagements sur le plan international.
"Les Etats-Unis ont abandonné de manière imprudente leurs principes pour quelque chose qui ne changera rien à la position de la communauté internationale en ce qui concerne la résolution du conflit", a-t-il assuré, appelant le président Biden à annuler cette décision téméraire et cynique".
Le président Joe Biden occupera ses fonctions de président des Etats-Unis à partir du 20 janvier prochain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.