Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme
Publié dans Algérie Presse Service le 05 - 03 - 2021

Le journaliste marocain, Ali Lahrouchi, a appelé à un procès contre le régime marocain pour "grave violation" des droits de l'Homme et "transgression des conventions internationales" pertinentes, dénonçant "la féroce campagne" menée par les forces du régime du Makhzen contre les journalistes et les militants des droits de l'Homme, à travers "l'intensification des campagnes d'arrestations systématiques et de répression contre les voix qui s'opposent à la normalisation avec l'entité sioniste".
"Au moment où la majorité des pays dans le monde enregistrent une profonde mutation vers le renforcement du bien-être de l'être humain en garantissant l'exercice des droits légitimes, à leur tête le droit à la vie, à la sécurité, à la manifestation et à la liberté d'expression, le régime marocain persiste dans la violation de ces droits et dans la transgression de toutes les conventions internationales pertinentes", a-t-il déploré dans une déclaration à l'APS depuis Amsterdam.
Pour cet ancien détenu dans les prisons marocaines "le régime de Mohamed VI n'hésite pas à piétiner, publiquement et secrètement, les conventions internationales relatives à la protection des droits de l'Homme qu'il a pourtant signées", citant entre autres la convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale (1970), le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (1979), le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (1966), la convention relative aux droits de l'enfant (1989), la convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes et la convention des Nations unies contre la torture.
Pour ce journalise, les pratiques "répressives" de la police marocaine confirment son non-respect des Conventions internationales auxquelles il est astreint de par leur entérinement, évoquant "les graves violations" des droits de l'Homme à travers "les interpellations politiques pour des accusations montées de toutes pièces, les tortures barbares et les discriminations". Le plus grave, a-t-il ajouté, "c'est que ces crimes sont perpétrés sur injonction du régime qui protège les auteurs contre les poursuites judiciaires".
Le journaliste Ali Lahrouchi estimé, par ailleurs, que toutes les manifestations populaires au Maroc sont légitimes en revendication d'une vie décente et de l'amélioration des conditions de vie, notamment le pouvoir d'achat et l'accès à l'emploi.
Déplorant l'arrestation de mineurs ne dépassant pas les 15 ans au seul motif d'avoir participer à des manifestations revendiquant légitimement de simples droits, il a condamné la répression des non-voyants en violation flagrante des droits de l'Homme.
Les opposants à la normalisation avec l'entité sioniste "n'ont pas échappés non plus à la barbarie du régime marocain alors qu'ils ne sont sortis que pour dénoncer la trahison vis-à-vis de la cause palestinienne et l'ouverture de la région maghrébine aux Sionistes", a-t-il poursuivi.
Pour ce journaliste marocain, "le plus douloureux c'est la diabolisation et l'accusation de trahison de tous ceux qui rejettent la normalisation" ajoutant, que le système du Makhzen "est celui qui menace la sécurité et la stabilité du grand Maghreb arabe, après avoir établi des relations à part entière avec l'entité sioniste".
Soulignant les crimes du régime marocain au Sahara occidental, il a mis en avant le bouclage des villes occupées, les descentes, la torture même des femmes et les enlèvements des jeunes.
Il a regretté, à ce propos, "l'implication des soldats marocains dans une guerre sans intérêt pour eux, d'autant qu'ils subissent d'importantes pertes quotidiennement face à l'armée sahraouie".
En conclusion, le journaliste Ali Lahrouchi a appelé la communauté internationale, et en particulier les institutions juridiques internationales, à poursuivre le régime marocain pour transgression des conventions internationales et violation des droits de l'homme, d'autant, a-t-il relevé que ces crimes "sont documentés".
Il a également appelé à l'application de la légalité internationale au Sahara Occidental à travers la tenue d'un référendum libre et transparent garantissant au peuple sahraoui son droit à l'autodétermination.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.