Nous assistons à une dégradation des habitats côtiers et une baisse de la biodiversité    Conflit du Sahara Occidental : Le tweet de Biden qui a rendu malade le Maroc    JO-2020 : lutte Fin de parcours pour Bachir Sid Azara    Commission d'éthique de la FIFA : Issa Hayatou suspendu un an pour absence de «loyauté»    Amir Sayoud bientôt en Arabie Saoudite    Comment jouer avec la vie    Le comédien Saïd Hilmi tire sa révérence    Abominable Delta    Ould Kaddour extradé vers Alger    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Exporter des médecins ou importer des malades ?    Records et hiérarchies: Les impitoyables circonvolutions des compétitions sportives    Jeux Olympiques de Tokyo: L'Algérien Boughera El Ouafi, médaille d'or du marathon des Jeux olympiques d'Amsterdam en 1928 : qui s'en souvient ?    Les élections locales en novembre    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Enseignements tunisiens    Résumer le présent et reconstruire le futur    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    «L'Algérie ne se soumettra jamais!»    Baâdji passe à l'action    Le paiement électronique effectif    L'Italie Championne olympique    Pas de demi-finale pour Kheris    Espagne - Brésil en finale    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    La diaspora au rendez-vous    Le gang d'Ali Mendjeli tombe    Le confinement partiel se précise    Plusieurs opérations menées en une semaine    Le FFS demande la levée des contraintes    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    "Le Maroc fait chanter des pays pour les amener à s'aligner sur la décision de Trump"    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    Les divas arabes à l'honneur    La scène artistique kabyle en deuil    Les poèmes de Mohamed Benhanafi enfin édités    Des mesures pour stabiliser le marché    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    C'est plus pire !    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    La date bientôt fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée
Publié dans Algérie Presse Service le 15 - 04 - 2021

Le Mouvement nigérian pour la libération du Sahara occidental (NMLWS) a fermement condamné la décision "honteuse" du parti présidentiel français "La République en Marche" (LREM) d'ouvrir une antenne dans la ville sahraouie occupée, Dakhla, a indiqué un communiqué du Mouvement.
Dans son communiqué, le NMLWS a tenu à rappeler que la question du Sahara occidental reste une question de "décolonisation" malgré l'insistance de la France à "continuer de soutenir l'occupation marocaine du Sahara
occidental, en contradiction flagrante avec les principes que la France prône tels que la liberté, l'égalité et la fraternité, qui demeurent de simples slogans".
Le mouvement nigérian a, à cet effet, déploré "le soutien continu de la France à l'occupation marocaine" y voyant "un déni des principes de liberté, d'égalité et de fraternité". Il a également accusé la France de "toujours chercher à faire obstacle à l'organisation du référendum sur l'autodétermination du peuple sahraoui en utilisant le droit de veto au sein du Conseil de sécurité de l'ONU".
A travers sa décision, poursuit le NMLWS dans son communiqué publié mercredi, le parti présidentiel en France cherche aussi à "reconnaître l'occupation marocaine illégale du Sahara occidental", ce qui constitue "une violation flagrante du droit international et des chartes et résolutions des Nations unies".
Ainsi, la décision de "La République en Marche" d'ouvrir une antenne dans la ville sahraouie occupée, Dakhla "doit être condamnée par tous les gouvernements et les défenseurs des droits des peuples à l'autodétermination et à l'indépendance", a encore souligné le NMLWS.
"Cette décision honteuse avait été prise par un parti politique appelant à aller de l'avant alors qu'au fait il marche dans la mauvaise direction", estime encore le Mouvement nigérian pour la libération du Sahara occidental.
Le Mouvement a précisé que la décision du parti au pouvoir en France "intervient en pleine guerre et au moment où les violations des droits de l'Homme par l'occupant marocain ont considérablement augmenté dans les zones occupées du Sahara occidental".
De ce fait, "les populations du monde entier et tous les pays et peuples épris de paix et de liberté devraient condamner ces violations et crimes, commis par le Maroc contre le peuple sahraoui", a-t-on ajouté de même source.
"L'histoire est aux côtés du peuple sahraoui et le peuple sahraoui gagnera la guerre de libération", a conclu le NMLWS dans son communiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.