Coupe de la CAF/Coton Sport-JSK: les "Canaris" pour faire un pas vers la finale    Iran : Raïssi élu président avec 62% des voix, selon des résultats partiels    Hongrie-France : Les compositions d'équipes    BAC : Plus de 731.000 candidats attendus dimanche aux preuves du Baccalauréat    Le gouvernement s'engage à la mise en œuvre de l'accord d'Alger    Le droit à l'indépendance du Sahara Occidental    Le ministre interpellé sur la qualité de l'eau    De l'électricité algérienne pour la Libye    Coup de poker, coup de maître !    Glody Kilangalanga libéré    Les Canaris à pied d'œuvre à Yaoundé    Tahar Khaoua et Arezki Berraki sous mandat de dépôt    43 millions de dollars pour subventionner le Barrage vert    Actuculte    Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire    L'Algérie veut relancer son accession à l'OMC    Le Cnese appelle à exploiter davantage les traités bilatéraux    Cinq étudiants primés    Hamid Lounaouci nommé conseiller à la Présidence    SEPT PERSONNES PLACEES SOUS MANDAT DE DEPÔT    Raouraoua garde son poste    "La future APN aggravera la crise"    Espagne : une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU    Quelque 3 millions de quintaux attendus    D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER    L'Ethiopie aux urnes lundi pour des élections législatives    TAKFARINAS,DANSE AVEC L'HISTOIRE    LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE    Deux morts déplorés à Zéralda    RCA – MOB : Décisif pour les play-offs    Mouloudia d'Alger : Bensaha, Allati et Rebiai lynchés à l'entraînement    Ath Kouffi (Tizi Ouzou) : Les villageois réalisent un projet d'AEP    Héliopolis a été le théâtre d'un génocide    DES CHOIX ET DES ACTES    Infrastructures scolaires, centres de santé, sûretés urbaines...: D'importants équipements publics dans les nouveaux pôles urbains    Logements promotionnels publics: Ouverture de l'opération de souscription dans 39 wilayas    Journaliste: être ou ne pas être (II/II)    Bengrina souffle le chaud et le froid    Le dialogue comme seule alternative    Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement    La cybercriminalité dans le viseur de l'Algérie    Chanegriha reçoit une délégation russe    Le Niger rouvre ses frontières terrestres    Trois personnes tuées dans une attaque armée dans l'Est du pays    Une édition sous le signe de l'espoir    L'activité culturelle reprend de plus belle    Un programme artistique riche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les réserves d'eau du pays "suffisantes jusqu'à l'automne prochain"
Publié dans Algérie Presse Service le 07 - 05 - 2021

Les réserves d'eau du pays "seront suffisantes jusqu'à l'automne prochain", a rassuré, jeudi à Beni-Slimane, à l'est de Médéa, le ministre des Ressources en eau, Mustapha Kamel Mihoubi.
"Pour le moment, nous avons des réserve d'eau qui nous permettent d'assurer une alimentation régulière en eau potable jusqu'à l'automne prochain, mais il faut qu'il y ait une économie d'eau et mieux gérer ces réserves de façon à éviter de graves perturbations", a ajouté M. Mihoubi,en marge de sa visite au barrage de Beni-Slimane.
Dans l'optique d'une rationalisation des réserves d'eau du pays, le ministre a évoqué les alternatives qui s'offrent au secteur en matière d'approvisionnement, que ce soit garce aux eaux souterraines, conventionnelles ou superficielles, susceptibles de "réduire les effets du manque de pluviométrie", a-t-il affirmé.
"Nous avons trois alternatives et nous devons les mettre en pratique à chaque fois que la possibilité nous est offerte pour transcender le problème du manque de ressources hydriques", a indiqué à l'APS, M. Mihoubi, assurant que la première alternative consiste en la construction de retenues et d'ouvrages hydrauliques pour capter les eaux pluviales et celles des embouchures pour les transférer par la suite vers les barrages.
Le ministre a cité une expériences récente au niveau de l'Oued Sibaou (Tizi Ouzou), expliquant qu'au lieu que les eaux pluviales soient perdues en mer, ce type de transfert a permis d'apporter un volume d'eau de 60.000 m3 d'eau/jour au barrage de Taksebt, alimenté à partir de ce cours d'eau, ajoutant que "c'est cette solution que son département est entrain de suivre afin de s'adapter au changement climatique et à la rareté des pluies".
Lire aussi : Inondations de Beni-Slimane : construction d'une ceinture de protection au nord de la ville
La deuxième alternative que le secteur des Ressources en eau "explore" également, les transferts inter-barrages, quand les réserves le permettent et ne mettent pas en cause toute la stratégie nationale de distribution d'eau, a noté M. Mihoubi qui a évoqué une troisième alternative, celle du recours au dessalement d'eau de mer.
Cette dernière option "pourra être généralisée au profit de régions, situées dans un large couloir de 150 km, loin de la bande côtière, qui pourraient être confronter à un grave problème d'alimentation en eau potable, a signalé le ministre, qui a fait observer que la conjugaison de ces trois alternatives est en mesure d'assurer un volume additif de plus d'un milliard de m3 d'eau.
Interrogé sur la probabilité de recourir à des restrictions, au cas où les réserves des barrages viendraient à baisser, Mustapha Kamel Mihoubi, n'a pas écarté le recours à des "restrictions", précisant que "quand il y a un manque d'eau, les restrictions s'imposent, le temps que de nouveaux projets entrent en service".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.