Ali Ghediri : «où est l'atteinte au moral de l'armée ?»    Abdelkader Bensalah n'est plus    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Avis contrastés sur le déroulement de la rentrée scolaire    Sauce aux fines herbes    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Le baril s'envole    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Lumière sur les zones d'ombre    Les préoccupations locales dominent    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Démarrage des soldes    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Abdelkader Bensalah n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mali: Maïga insiste sur la mise en œuvre "intelligente" de l'accord d'Alger
Publié dans Algérie Presse Service le 30 - 06 - 2021

Le Premier ministre malien, Choguel Maïga, a réaffirmé mardi la volonté des autorités de la transition de réussir la mise en œuvre "intelligente" de l'Accord de paix et de réconciliation, issu du processus d'Alger, soulignant l'importance de préserver l'unité nationale et l'intégrité du territoire.
Lors de la 44e session du Comité de Suivi de l'Accord (CSA), à laquelle l'ambassadeur de l'Algérie au Mali, Boualem Chébihi a participé ainsi que des membres du gouvernement, malien, des représentants des mouvements signataires de l'Accord et ceux de la communauté internationale, M. Maïga a indiqué que "la mise en œuvre intelligente" de l'accord pour la paix et la réconciliation est une "nécessité", réaffirmant la volonté des autorités de la transition de réussir la mise en œuvre intelligente de l'Accord.
Il a, à cette occasion, souligné les priorités de la transition à savoir, l'organisation des élections, la mise en œuvre "intelligente" de l'Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d'Alger, et les réformes politiques et institutionnelles ainsi que la refondation de l'Etat.
"Le plus important, a fait remarquer le Premier ministre, est le respect strict des lignes rouges à préserver notamment l'unité nationale et l'intégrité du territoire, la forme républicaine et la laïcité de l'Etat".
Il a fait savoir que ces principes ne sont pas négociables. "Il s'agit là des dispositions qui ne sauraient nullement être occultées", a-t-il dit, ajoutant que c'est sur cette base que les parties maliennes se sont engagées pour le règlement pacifique du conflit.
M. Maïga a, ainsi, précisé que le succès de la transition sera évalué à l'aune de la mise en œuvre de l'Accord de paix, et que les solutions doivent provenir des Maliens avant de les soumettre à la communauté internationale invitant à cette occasion, les différents acteurs à s'engager pour réussir la mission.
"Notre pays traverse des moments tumultueux qui nécessitent la cohésion, la solidarité de tous ses enfants sans exclusion pour poser les vrais jalons des réformes politiques et institutionnelles". A ce propos, le Premier ministre a engagé le gouvernement, avec l'appui du bureau du Haut représentant du président de la Transition pour la mise en œuvre de l'Accord, à renforcer le portage politique de l'Accord à travers sa vulgarisation.
Se félicitant de la tenue de cette session qui "permet aux maliens de se parler, de tracer les voies futures du Mali en paix", M. Maïga a assuré que des dispositions seront prises le plus tôt possible et insisté sur l'accélération du processus "Désarmement, Démobilisation et Réinsertion" et la finalisation de l'intégration des ex-combattants des mouvements.
Il a, par ailleurs, invité les mouvements signataires à faciliter la mise en œuvre diligente de leurs engagements constants auprès du gouvernement.
Tout en restant attentifs aux soucis et inquiétudes des autres composantes de la nation malienne quant à la préservation dans la durée de la cohésion et de l'unité nationale.
Tour à tour, les représentants des mouvements signataires ont apprécié l'engagement des autorités de la Transition et réaffirmé leur accompagnement dans la mise en œuvre de l'Accord. Ils ont, en outre, saisi l'occasion pour exprimer des préoccupations, qui tournent essentiellement autour de l'insécurité, de l'école et des conditions de vie des populations du Nord.
Cette 44e session du CSA intervient au moment où la 3e compagnie du bataillon de l'armée reconstituée est arrivée à Kidal. La réunion devait avoir lieu le 20 mai dernier, mais s'est vue reporter à la demande des autorités maliennes jusqu'à la formation du nouveau gouvernement.
Au terme des travaux, le président du CSA a indiqué que l'objectif principal de la rencontre était de faire le point sur ce qui a été réalisé en termes de mise en œuvre de l'Accord depuis les deux dernières réunions, tenues respectivement à Kidal et Kayes.
"Il y avait des engagements qui ont été pris au cours de ces deux sessions pour accélérer la mise en œuvre de l'Accord", a rappelé Boualem Chébihi, signalant que l'ambiance était bonne au cours de la session. Il a aussi noté un engagement renouvelé des parties et une détermination à faire mieux et accélérer le rythme de la cadence de la mise en œuvre du document. Le diplomate algérien n'a pas manqué de réaffirmer l'accompagnement de la communauté internationale.
La 43ème session ordinaire qui s'est tenue le 30 mars dernier dans la ville de Kayes dans l'ouest du Mali a été présidée par l'Algérie, en présence des autorités administratives, et des organisations de la société civile de la première région du Mali.
Les discussions ont porté sur les développements intervenus dans la mise en œuvre de l'accord de paix depuis la session de haut niveau, tenue à Kidal le 9 février dernier, et sur le huitième rapport de l'Observateur Indépendant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.