Contrôle commercial: Plus de 145.000 affaires devant la justice en 2021    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle (DAIP): Plus de 2.500 bénéficiaires titularisés dans leurs postes d'emploi    Diplomatie olympique    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    Suite à un «raz-de-marée» de contaminations dans les universités: Suspension des cours en présentiel jusqu'au 29 janvier    Affaire de l'escroquerie d'étudiants algériens: 11 mis en cause placés en détention    Covid-19 : une urgence nationale    «Dhakhira» Implosée    L'UA adopte le «plan Tebboune»    Pas avant le ramadhan    L'ANP trône sur le Maghreb    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Les Verts se projettent sur le Qatar    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Le nouveau challenge de Nasri    N'est pas influenceur qui veut!    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Bouslimani affiche ses intentions    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Mohamed Chafaa n'est plus    Algérie : Le Roy explique le fiasco    Oran: décès du moudjahid et chef d'entreprise Cherif Athmane    Diplomate sahraoui: l'occupant marocain essuie un nouveau revers    Crise malienne: l'Union africaine salue et soutient l'initiative du Président Tebboune    19 joueurs de l'EN ont quitté Douala pour rejoindre leurs clubs    Abderrezak Sebgag: "L'élimination de la sélection algérienne ne diminue en rien de sa valeur"    Maroc : craintes d'une aggravation de l'endettement des ménages    Libye: début de réunification de la banque centrale    Le décret exécutif fixant les missions de la CRTF publié dans le Journal officiel    Le wali d'Alger prend des mesures préventives contre la propagation du Coronavirus    Covid-19 : l'affluence sur le dépistage pourrait briser la chaîne de transmission du virus    L'Hôpital militaire universitaire d'Oran unique à l'échelle nationale et arabe à pratiquer la chirurgie mini invasive    Le Mali veut réviser ses accords de défense avec la France    Khalida Toumi, une femme à bout...    503 dossiers de candidature déposés    Le procès en appel de Hamel reporté au 9 février    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Plus de 80 auteurs maintenus au concours littéraire Mohammed-Dib dans sa 8e édition    La pièce Habibi : une synergie à trois voix pour dénoncer les violences de genre    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    Il y a soixante huit ans naissait la Révolution algérienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une organisation équatorienne dénonce les violations flagrantes des droits de l'homme au Sahara occidental
Publié dans Algérie Presse Service le 03 - 12 - 2021

La coordination équatorienne "Paix, souveraineté, complémentarité et non-ingérence" a dénoncé, vendredi, les violations systématiques commises par les forces de l'ordre marocaines à l'encontre des femmes sahraouies.
La Coordination équatorienne a condamné les agressions physiques et verbales sans compter les intimidations, le chantage et la violence sexuelle exercés par les forces de sécurité marocaines contre les femmes sahraouies.
Cette Coordination sud-américaine a affirmé rejoindre les appels lancés par des parties sahraouies et de la communauté internationale pour l'observation de la situation aux territoires occupés, soulignant l'acharnement mené contre la militante Sultana Khaya et les membres de sa famille à Boudjdour, soumis aux perquisitions, la destruction de leurs biens, les agressions physiques, verbales et sexuelles.
L'organisme a évoqué, à cette occasion, les parties sahraouies et internationales ayant signalé à la communauté internationale les affres que subit Sultana Khaya, à l'image des dirigeants de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), le Front Polisario, les organisations populaires telles que l'Union nationale de la femme sahraouie, le Comité sahraoui des droits de l'homme, l'Instance Sahraouie contre l'occupation marocaine (ISACOM), Front line defenders, la Fondation Robert Kennedy pour les droits de l'homme, Amnesty et la Ligue internationale des juristes démocrates.
La coordination a dénoncé, en outre, "la passivité" de la Communauté internationale en dépit de toutes ces invitations, à leur tête l'Espagne, étant chargée de l'administration du Sahara occidental.
Le communiqué a rappelé l'expulsion d'une mission internationale composée du médecin sahraouie Raboub Mohamed El-Amine et des deux avocates espagnoles, Flora Ramos et Ines Miranda en octobre dernier par les autorités marocaines en leur interdisant de rendre une visite à la militante Sultana Khaya, assignée à résidence depuis le 19 novembre dernier.
La coordination a appelé, dans ce sens, les autorités nationales équatoriennes, notamment le ministre des Affaires étrangères, Mauricio Montalvo Samaniego, à la dénonciation de la situation critique et instable que traverse le peuple sahraoui dans les territoires occupés.
Lire aussi: Agressions marocaines contre Sultana Khaya: JFA exprime sa "profonde indignation"
La République d'Equateur a reconnu la RASD en date du 14 novembre 1983, sur la base du droit des peuples à l'autodétermination, étant l'un des fondements de la Charte des Nations unies, a rappelé la coordination.
L'Equateur a présidé, à trois reprises, le Comité spécial de la décolonisation qui inscrit le Sahara occidental comme territoire non autonome à son ordre du jour.
Enfin, ladite coordination a réitéré sa solidarité avec le peuple sahraoui et les braves femmes qui constituent une partie de l'opération d'édification de l'Etat sahraoui sous une agression militaire israélo-marocaine, exprimant sa conviction quant à la victoire de sa cause juste et son accompagnement à toutes les démarches nécessaires pour assurer l'indépendance du peuple sahraoui et de recouvrer sa souveraineté nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.