Le Président Tebboune regagne Alger après une visite de travail en Egypte    Visite du Président Tebboune en Egypte : activer les mécanismes de concertation et de coordination    Faki: "l'UA et ses partenaires se mobiliseront pour soutenir le Mali" dans sa transition    Les concessionnaires s'impatientent, ils font appel à Tebboune    L'Algérie condamne    Real : Une date pour le retour de Benzema    Annulation des procédures de suspension et de retrait à compter du 1er février    «Le variant Omicron représente 60 % des contaminations»    JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    La CAF sanctionne la FAF d'une amende de 5 000 dollars    Les pharmacies d'officine désormais ouvertes jusqu'à minuit    CAN: Mahrez répond aux critiques après l'élimination de l'Algérie    Un jeune de 24 ans succombe au monoxyde de carbone    L'Algérie participe avec plus de 600 ouvrages    L'Algérie envoie une deuxième cargaison d'aides humanitaires au Mali    Ligue 1 : Le live des matches de la 15e journée    Une députée britannique affirme avoir été évincée du gouvernement car musulmane    Ce n'était pas mission impossible pour les Aigles de Carthage    Des chutes de neige sur les reliefs de l'Ouest à partir de demain mercredi    Le Brent à plus de 87 dollars    Les notaires en colère    Le sélectionneur se plaint des conditions d'hébergement    Bruits de bottes aux portes de Kiev    Les horaires de distribution réaménagés    Plus de 60 000 m2 pour abriter la première mini-zone d'activités    Vers le dénouement !    Sellal écope de 5 ans de prison ferme et Metidji de 8 ans    Plusieurs arrêtés de fermeture signés par le wali de Jijel    Le gouvernement admet la gravité de la situation    Danger sur les non-vaccinés    La police recrute dans les nouvelles wilayas    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Un homme apparemment déséquilibré fait 3 blessés dans un tram à Tunis    Victoire de l'ASMO devant le MC Saïda    Un malheureux «chibani» à la croisée des chemins    Numérisation de 40 œuvres    Quarante millions d'entraîneurs pour aider Belmadi    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    L'enjeu céréalier    Eloge de l'amitié    «Les Algériens découvrent leur Sahara»    Comment avoir les ripoux?    Les Emirats interceptent deux nouveaux missiles houthis    Des juges qui ont le vertige...    TAM renoue avec le tourisme    «Fouroulou était chacun de nous»    Ce patrimoine qu'on nous envie    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Crisis Group: Washington doit intégrer dans son discours le droit des Sahraouis à l'autodétermination
Publié dans Algérie Presse Service le 05 - 12 - 2021

Les Etats-Unis doivent intégrer un nouveau discours faisant référence au droit des Sahraouis à l'autodétermination, indique International Crisis Group (ICG) dans un récent rapport, relevant qu'une telle initiative diplomatique suffirait à ouvrir la voie à la résolution du conflit au Sahara Occidental.
"Plus d'un an après la reprise des hostilités au Sahara occidental, les efforts internationaux pour ramener le Maroc et le Front Polisario à la table des négociations ont été vains", constate l'ONG engagée dans la résolution et la prévention des conflits dans ce rapport intitulé "Relancer les négociations sur le Sahara occidental".
Pour sortir de l'ornière diplomatique, "le nouvel envoyé spécial des Nations unies (Staffan de Mistura) devrait encourager la désescalade rapide et proposer des mesures de renforcement de la confiance qui permettraient un retour à la table des négociations", soutient Crisis Group.
L'émissaire onusien, avec le soutien des Etats-Unis au Conseil de sécurité, "devra convaincre le Maroc et le Front Polisario de suspendre leurs activités militaires et persuader Rabat de mettre fin aux mauvais traitements des militants des droits humains et de l'indépendance au Sahara occidental", préconise l'ONG.
Et les Etats-Unis "devraient l'accompagner par des démarches diplomatiques qui accéléreraient les efforts de conclusion d'un accord (...) Washington devrait aussi intégrer un nouveau discours faisant référence au droit des Sahraouis à l'autodétermination. Une telle initiative diplomatique pourrait suffire à ouvrir la voie à de nouveaux efforts de résolution du conflit", vieux de 46 ans, estime Crisis Group.
Le Rapport note que le président Joe Biden "ne souhaite pas clarifier sa position" sur la décision de Trump de reconnaitre la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental qui, en fait "va à l'encontre de la politique des Etats-Unis".
Sous-estimer le conflit au Sahara Occidental serait une erreur
Par ailleurs, l'ONG met le désintérêt diplomatique à l'égard du conflit au Sahara occidental qui "risque de pousser les deux camps vers l'escalade militaire. Et les tensions pourraient également s'étendre au reste de l'Afrique du Nord et au-delà".
Pour l'organisation, sous-estimer le conflit au Sahara occidental "serait une erreur". "Les tensions diplomatiques entre le Maroc et ses partenaires européens et le risque d'une escalade militaire entre le Front Polisario et le Royaume marocain illustrent bien que les acteurs étrangers ne devraient pas minimiser les répercussions de ce conflit", souligne Crisis Group dans le rapport.
Tandis que les puissances étrangères se demandent encore comment agir, "le Maroc a changé d'attitude pour adopter une position intraitable sur le conflit". Ces derniers mois, le Royaume s'est retrouvé au cœur d'une série de crises diplomatiques avec l'Allemagne, l'Espagne et l'Algérie, relève encore Crisis Group.
"Le Royaume s'est opposé à plusieurs gouvernements africains critiques à son égard et refuse de négocier directement avec l'Union africaine (UA)", déplore l'organisation.
Aux yeux de Crisis Group, les puissances étrangères peuvent apporter leur aide. "A la lumière d'un verdict de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) datant de septembre 2021, qui qualifie l'intégration du Sahara occidental dans l'accord commercial de 2012 entre le Maroc et l'Union européenne d'illégale, Bruxelles devrait revoir sa politique et retirer les produits et la pêche provenant du Sahara occidental de l'accord avec Rabat plutôt que de tenter de contourner ce verdict", affirme ICG.
De leurs côtés, "les Etats-Unis et l'Union européenne devraient envisager la création d'un fonds international de développement pour le Sahara occidental qui ne pourrait être employé que si les deux camps concluent un accord de paix", recommande Crisis Group.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.