LE SILENCE TUE ENCORE PLUS LES ENFANTS YEMENITES    Renouvellement des membres du Conseil de la Nation : Le collège électoral convoqué pour le 29 décembre    Louisa Hanoune fustige les partisans de la «continuité»    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    Ould-Abbès passe la main    La sous-traitance représente 10% de l'activité    Marchés pétroliers : La surabondance annonce-t-elle une mauvaise année ?    Un dialogue pour désamorcer la crise    La démission surprise d'Ould Abbès    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Votre week-end sportif    Violences dans les gradins du 5-Juillet    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    Campagne d'information pour expliquer le projet    Plus de 33 000 pétards saisis à Djimla    Des dizaines de villageois de Souk-Lekhmis bloquent le CW15    Six millions d'Algériens sont diabétiques    Zombies-Land !    Logements sociaux : Les recalés des listes des bénéficiaires protestent    Assassinat par la DST en novembre 1954 de Kacem Zeddour Mohammed-Brahim Une affaire d'Etat    WA Tlemcen: Biskra, un cap important pour le Widad    USM Bel-Abbès: Un exploit qui en appelle d'autres    Le pétrole, toujours    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    Présidentielle : on se perd en conjectures !    Skikda: Saisie de kif, 8 arrestations    Suite aux nombreuses opérations de relogement: Des terrains combinés de proximité pour les nouveaux pôles urbains    Lycée Dergham Hanifi: La police sensibilise les élèves sur les dangers de l'Internet    FLN: Ould Abbès démissionne    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Le virus des primaires    Est-il Halal de prier à la grande mosquée d'Alger ?    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Situation économique et sociale alarmante dans la wilaya de Khenchela :    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    Les assiettes foncières inexploitées seront mises à la disposition des porteurs de projets    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    L'étape d'Alger a coûté 5 MD    «Nous allons à Lomé pour la gagne»    L'échec programmé de Rome    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nécessité de donner plus de visibilité au Melhoun selon un chercheur
Publié dans Algérie Presse Service le 02 - 12 - 2010

L'auteur et chercheur dans le domaine du patrimoine, Mohamed Benamar Zerhouni a souligné, jeudi à Oran, la nécessité de "donner plus
de visibilité" au Melhoun dans sa double dimension arabe et amazighe "en mobilisant tous les supports pour sa large diffusion au sein de la société".
"Il est indispensable de réconcilier le peuple algérien avec cette importante composante du patrimoine national", a indiqué l'ex-ministre de la
communication, au cours d'une table-ronde sur le patrimoine immatériel, qu'il a animée au Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC).
Pour le conférencier, "recueillir, vérifier, éditer et diffuser à large échelle la production du Melhoun est une affaire nationale, car il s'agit de réhabiliter ce riche patrimoine pour le mettre à la disposition pas seulement du chercheur ou du passionné mais aussi de toutes les franges de la société". M. Mohamed Benamar Zerhouni s'est félicité de l'attention particulière accordée, ces dernières années, par les pouvoirs publics à la défense et à la promotion du Melhoun dans toutes ses expressions ainsi qu'à sa diffusion.
Il a estimé, toutefois, qu'un "travail passionnant et de longue haleine" reste à faire car, "il s'agit de faire face à des difficultés qui entravent
le travail des chercheurs". Dans ce sens, il s'est élevé contre "ceux qui détiennent une partie de ce patrimoine et qui refusent de le mettre à la disposition des chercheurs et des spécialistes désireux faire connaître et diffuser ces textes". M. Mohamed Benamar Zerhouni a également souligné "la responsabilité
de tous" dans l'exaltante tâche de défense de ce patrimoine en affirmant que "les pouvoirs publics, les secteurs concernés, les chercheurs déploient de louables efforts dans ce sens"."Les collectivités locales peuvent entreprendre des actions de collecte du patrimoine de leur région. Le Melhoun doit faire son entrée dans les programmes de l'éducation nationale afin qu'il soit étudié et enseigné comme partie intégrante de la littérature et de la poésie algérienne", a-t-il ajouté.
D'autre part, l'orateur a souligné la nécessité d'une "transcription correcte du Melhoun en prenant en considération les règles orthographiques de
la langue arabe académique" et ce, "dans le souci de transmettre aux générations futures des oeuvres d'une valeur irréprochable et loin de toute dénaturation de leur forme". Le débat ayant suivi cette intervention a pris la forme d'une joute poétique qui a permis à l'assistance composée d'universitaires et de chercheurs du CRASC d'apprécier quelques pièces de ce patrimoine immatériel national.
Des intervenants ont souligné la nécessité d'entreprendre des démarches pour inscrire le Melhoun comme patrimoine mondial, tout comme l'Ahelil, classé
en tant que tel par l'Unesco ou encore l'exerce d'un droit de préemption par les pouvoirs publics pour défendre et récupérer ce patrimoine.
Mohamed Benamar Zerhouni, invité par l'équipe de recherche du CRASC "Groupe d'étude et de recherche sur le Melhoun", est l'auteur de nombreux ouvrages consacrés aux figures marquantes du Melhoun comme Cheikh Tlemçani Boumedienne Bensahla, Cheikh Abdelkader El Khaldi et Si Idriss Benrahal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.