Situation des prisonniers sahraouis: le Polisario alerte Human Rights Watch    PSG : La condition de la femme d'Icardi    Le président du CNDH fait don d'un mois de son salaire    Le général Kaidi nommé à la tête du DEP    COMMUNICATION : Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    LA SPECULATION ET LA FRAUDE : Rezig annonce la radiation des commerçants coupables    MESURES PREVENTIVES CONTRE LECOVID-19 : Les visites dans les maisons de retraite interdites    45 nouveaux cas confirmés et 20 nouveaux décès en Algérie    Report des examens d'attestation de niveau    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    Lutte antiterroriste: découverte d'un pistolet mitrailleur et trois bombes artisanale à Boumerdes et Djelfa    Plus de 186.000 entreprises dotées d'un NIS au premier semestre 2019    Ouargla/Covid-19: divers programmes à distance au profit des enfants durant le confinement    Chay : "La JSK a toujours fait preuve de solidarité dans les moments difficiles"    Moscou et Riyad "proches" d'un accord    Les avocats demandent l'annulation du verdict de la Cour d'Alger    Abdelouahab Fersaoui condamné à une année de prison ferme    Les feuilles de l'automne    Les écoles privées aux abonnés absents    L'infrangible lien…    Des dizaines d'artistes prennent part à la campagne #WeAreItaly    Diffusion d'un riche programme pour petits et grands    Report du colloque national sur les balcons du Ghoufi    JS Kabylie : Solidarité au profit des communes    Onu : Guterres exhorte les Etats à protéger les femmes    Les réfugiés embauchés dans l'agriculture    Impact de la pandémie de coronavirus sur les Etats africains : Les sombres prévisions du Quai d'Orsay    Industrie et pandémie de Covid-19 : Les groupes économiques publics augmentent leurs capacités de production    Impact de la pandémie de Covid-19 : Allégement des mesures fiscales pour les entreprises    Elle était la première femme parachutiste de l'Algérie post-indépendance : Décès de Mme El Moussaoui Fatima    Larbi Ounoughi installé à la tête de l'anep    Arabie Saoudite : Sanction financière pour le défenseur Benlamri    NAHD : Pas de ponctions sur salaires    Festival du film virtuel : Appel à candidature    Concours de Photographie : En connexion directe avec l'Espagne    Oran : Concours du meilleur conte pour enfants sur internet    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Le président du RAJ condamné à un an de prison    Blida: Le lourd tribut payé par le corps médical    Les horaires des administrations fixés de 8 h à 14 h dans neuf wilayas    90 kilogrammes de kif saisis après une course-poursuite    Division nationale amateur - Ouest: Entre satisfactions et déceptions    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Les prix flambent sur les marchés internationaux    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Artisanat et traditions : Le métier de dinandier au creux de la vague
Publié dans El Watan le 02 - 08 - 2008

De nombreux artisans, activant dans le secteur de la dinanderie, se disent inquiets face à la brusque flambée des prix de la matière première. Déjà que le marché au niveau du nouveau Remblai et celui du centre de l'artisanat du Polygone « battent de l'aile », voilà que les prix de la matière première connaissent, ces derniers temps, une hausse vertigineuse susceptible de mettre en péril le métier.
L'on apprend, en effet, que le prix du kilo de cuivre a atteint ces jours-ci la barre des 900 DA. Tous les prix des ustensiles fabriqués avec cette matière, sont, par conséquent, continuellement revus à la hausse. Un dinandier du centre de l'artisanat du Polygone nous dira à ce propos : « Si les prix continuent de grimper de la sorte, on ne voit pas comment on pourrait s'en sortir. Il fut un temps, ajoutera-t-il, quand le métier avait le vent en poupe, où de véritables unités employaient jusqu'à 20 ouvriers. Même les marchands ambulants originaires des wilayas de l'ouest du pays, et qui achetaient en grande quantité du cuivre aux artisans dinandiers du nouveau Remblai, se font rares désormais ». En désespoir de cause, et face à la cherté de la matière première, et à la raréfaction de la clientèle, les artisans avouent multiplier les stratagèmes pour garder les prix à la limite du raisonnable, mais la qualité s'en ressent forcément, comme le fera remarquer un dinandier.
Celui-ci nous parlera du processus de fabrication des ustensiles, affirmant qu'aujourd'hui, pour faire face à cette hausse des prix, les artisans jouent sur la rémunération de la main- d'œuvre à bon marché. La sculpture des plateaux de différentes dimensions, allant de 60 cm de diamètre à 1m, se fait désormais, à titre d'exemple, de manière sommaire, d'autant que ces ustensiles de « bataille », selon le jargon des dinandiers nécessitent peu de temps à la confection, contrairement aux ustensiles appelés « Tloue », (faits sur commande) de qualité supérieure, lesquels inondent aujourd'hui le marché. Des professionnels nous expliquent, à ce propos, que les plateaux ou encore les sucriers et autres nébuliseurs ( à l'effet de contenir de l'eau de fleur d'oranger) dont les prix sont encore abordables, sont de qualité douteuse. D'abord, ils présentent un nickelage défaillant qui, au bout d'un certains temps, perd de son éclat, alors que traditionnellement ces objets sont faits pour durer. Ensuite, la décoration de ces objets laisse beaucoup à désirer puisqu'ils présentent un fil de sculpture décousu et des dessins réalisés à la hâte, n'ayant rien à voir avec le doigté des artisans dinandiers. L'on apprend d'ailleurs des gens du métier que les ouvriers qui réalisent ces sculptures sommaires sont payés à la pièce et à moindre coût, sacrifiant donc la qualité à la quantité. Pour d'autres artisans dinandiers, qui ont préféré garder intacte la qualité de leurs produits, la seule manière de s'en sortir est de jouer sur le poids de la matière première. Ainsi, des plateaux de 1 m, vendus sur le marché, ne dépassent pas les 5/10 de millimètre et ne pèsent pas plus de 3 kg, alors que normalement, pour garder toute leur rigidité, ils doivent être réalisés dans du cuivre de 10 mm, au minimum.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.