Chlef : La Journée des Douanes célébrée au nouveau siège    Autoroutes à étages et relance du système de régulation du trafic : Des projets réalisables ou simple effet d'annonce    Microcrédit à Tizi Ouzou : Cri de détresse d'un jeune promoteur    FAF : Une coupe de la Ligue à 20 clubs    MO Béjaïa : Le stage de Chlef annulé    Mouloudia d'Alger : El Mouaden libéré, Ibara en stand-by    Budget des communes à Bouira : La moitié des PCD pour les zones d'ombre    Tizi Ouzou : Drame à Aït Yahia Moussa    Boumerdès : Quatre projets pour le chef-lieu de wilaya    Sidi Naâmane : Une maison historique menace ruine    Milan AC : Pioli commente l'exclusion d'Ibrahimovic    Barça : La famille de Messi dément prendre des cours de Français    Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie    Pour «incitation à l'insurrection»: L'acte d'accusation de Trump déposé au Sénat    Football - Ligue 1: L'étau se resserre en tête, le CSC dans le rouge    Football - Cadors européens: Que signifie cette baisse de régime ?    Mort d'un Algérien en Belgique: Les curieux dérapages de la presse belge    Le président de la Confédération du patronat citoyen: «La bureaucratie, un vrai danger pour le pays»    L'urgence de la 2ème tranche du projet et son raccordement avec Oran-ouest: La pénétrante portuaire amorce sa dernière ligne droite    LE BOUT DU FIL    Selon une étude menée par Sonelgaz- Covid-19 : le tabagisme, un important facteur de risque    La clé de tous les soucis    Traque des exploitants frauduleux de l'espace public: Des panneaux publicitaires et des kiosques illicites démantelés au centre-ville    "Un travailleur a besoin d'un salaire de 75.000 dinars    Alain Portes décide de poursuivre son aventure avec l'Algérie    243 nouveaux cas positifs et 5 décès en 24 heures    L'Etat attaché à la moralisation de l'action politique    "Une dérobade historiquement indigne"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Charfi répond aux «petits» partis    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    Longue attente et grande confusion    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    "Le rapport Stora est loin de la réalité"    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Dans un mur de la chapelle, le message attendait depuis 165 ans    Mesures à l'encontre des coupables    Le monde en bref...    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le designer de la haute couture
Abdul'Krim Benchoubane
Publié dans El Watan le 30 - 12 - 2004

A l'âge de 21 ans, Abdul'krim Benchoubane choisit de s'installer en France pour exercer le métier de styliste. Il avait ce besoin vital d'aller respirer l'air artistique et d'apprendre les secrets de la mode parisienne. Deux possibilités s'offraient à lui : soit réussir, soit reprendre le chemin du bercail.
Après avoir suivi des stages, il devient styliste de mode. Dès le départ, il mise pour la création de sa propre maison de couture, marquant ainsi son empreinte artistique. Il y réussira d'ailleurs avec beaucoup de succès. Au départ, dit-il, il n'était pas facile de rivaliser avec le monde de la mode. Pour ce faire, il s'est entouré de techniciens de grandes valeurs et s'est attelé à apprendre la technique. Christian Dior lui a été d'un apport moral appréciable avec ses conseils alors que Benchoubane venait à peine de faire ses premiers pas dans la haute couture. Il était, pour ainsi dire, le premier couturier à développer l'idée du prêt-à-porter. « Mon souci était de démocratiser la haute couture et la mettre à la portée des bourses moyennes. L'idée du prêt-à-porter était de permettre à une simple dame ou à une secrétaire de bénéficier de nos talents, tout en gardant l'esprit de création », dit-il. En 1966, il ouvre, à la rue François, sa boutique, spécialisée dans le vêtement de femme, sous la griffe Marc Vaughan. Benchoubane n'est le disciple de personne. Il est le reflet de lui-même. Il est, comme il le dit si bien, le reflet de sa propre inspiration. Parmi sa clientèle figuraient des personnalités, à l'image de la princesse Marie-Clotilde Napoléon ou la comtesse Waleska. Il a également réalisé les uniformes de la compagnie Havas et la firme Thompson. Au cours des années soixante, il a réalisé un modèle de base sur le volume quadrangulaire, une forme géométrique qui a connu un succès de par le monde. « Je tiens à inscrire mes compositions dans la durabilité. » Les critiques de mode l'ont classé dans la ligne du style pur et rigoureux. Le secret de la réussite de Abdul'krim Benchoubane réside dans le travail bien architecturé. « Néanmoins, la conception d'un modèle commence avec la page blanche et un crayon. L'idée germe au fil des semaines. En fait, le travail de création de mode se résume à 150% d'inspiration et 99% de transpiration ». Après 50 ans de travail dans la création, le couturier porte une appréciation négative concernant la mode actuelle. Il estime que la mode est en perpétuelle effervescence, qui ne cesse de subir des influences ; cependant, il dénonce l'instrusion du rythme de la technologie. Cette dernière porte un coup sérieux à la création artistique. « Je trouve qu'il y a une séquestration de l'esprit au profit de l'esprit mercantile. » Après un parcours auréolé de succès, Benchoubane ressent une certaine satisfaction, car il a réussi sur les plans intellectuels et artistiques. « Le créateur de mode est avant tout un homme d'art ». Bien que s'étant retiré du milieu de la couture, Abdul'krim Benchoubane souhaite s'occuper de la beauté de son pays, en servant sa patrie et en apportant son expérience aux jeunes. En outre, il reste disposé à offrir ses services aux firmes et autres institutions algériennes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.