Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Scandale des 32 milliards de dinars détournés de la BNA
Achour Abderrahmane, banquiers et policiers devant le tribunal criminel
Publié dans El Watan le 25 - 12 - 2008

La Cour suprême a rejeté hier tous les pourvois en cassation introduits par les 32 mis en cause dans le scandale des 32 milliards de dinars, confirmant ainsi les décisions de la chambre d'accusation près la cour d'Alger rendues au mois de juillet 2007.
Celle-ci avait retenu les qualifications relevant du tribunal criminel, ce que les avocats, notamment de Achour Abderrahmane, ont réfuté, du fait que la convention d'extradition judiciaire, entre l'Algérie et le Maroc, ne permet pas d'ajouter d'autres griefs que ceux pour lesquels il a été extradé vers l'Algérie. Cette confirmation intervient alors que le principal accusé dans cette affaire, Achour Abderrahmane, avait été transféré d'Alger vers le tribunal de Koléa, pour être entendu sur une nouvelle affaire de chèque sans provision. La Cour suprême a également rejeté les pourvois en cassation introduits dans le cadre de l'affaire de l'ancien chef de sûreté de la wilaya de Tipaza, Hachemi Zouai, l'ex-chef de la police judiciaire de cette même wilaya, Kalikha, et son adjoint ainsi que l'ex-directeur de la clinique des Glycines, Sbih, poursuivis pour corruption, abus d'autorité, faux et usage de faux.
Ils sont accusés d'avoir rédigé et remis (contre de l'argent) un faux document à Achour Abderrahmane pour le blanchir de tous les faits qui lui sont reprochés et se défendre au Maroc (où il s'est réfugié) contre son extradition vers l'Algérie. Le juge d'instruction a placé l'ex-chef de la sûreté de wilaya de Tipaza, Zouai, en liberté provisoire, et l'ex-directeur de la clinique des Glycines, Sbih, sous contrôle judiciaire, alors que l'ancien commissaire de Koléa, Gherzouli, a eu un non-lieu et Kalikha, adjoint du chef de la police judiciaire, maintenu sous mandat de dépôt. Décisions qui ont fait l'objet d'un pourvoi en cassation rejeté hier par la Cour suprême, laquelle a renvoyé l'affaire devant le tribunal criminel. Pour de nombreux avocats, ce volumineux dossier, lié à des jeux de traites creuses et croisées, de chèque de cavalerie et d'escroquerie, est étroitement lié à celui du faux document (établi par les officiers de la police) du fait que ce dernier a été rédigé dans le but évident de blanchir Achour Abderrahmane des faits qui lui sont reprochés par la BNA. Pour nos interlocuteurs, les intérêts des deux affaires se rejoignent et peuvent constituer un seul dossier.
A signaler que ce scandale historique a éclaté en octobre 2005, mais en dépit de la longue instruction judiciaire, une grande partie du voile n'a pu être levée sur les importants mouvements de chèques de cavalerie, les colossaux crédits non garantis et les jeux de traites creuses et croisées qui ont saigné la BNA de 2001 jusqu'à novembre 2005. Le pot aux roses n'a pu être découvert que grâce à une lettre anonyme envoyée en octobre 2005 aux plus hautes autorités. Une plainte a été déposée par la BNA et l'instruction s'est soldée par l'inculpation de 32 personnes, dont les associés de Achour Abderrahmane, sa secrétaire et son épouse. Le juge a également inculpé les responsables des agences BNA de Bouzaréah, de Zighoud Youcef, de Cherchell, de Koléa, ainsi que l'ex-PDG de la BNA, Chikhi, son inspecteur général, le directeur régional et celui du réseau exploitation, deux commissaires aux comptes, deux experts-comptables, le directeur du service informatique pour, entre autres, association de malfaiteurs, dilapidation de deniers publics, faux en écriture bancaire, escroquerie et chèques sans provision. Parmi les mis en cause, 15 ont été mis sous mandat de dépôt, notamment les responsables des agences, alors que deux autres sont concernés par des mandats d'arrêt, dont un international à l'encontre de l'ex-directeur de l'agence BNA de Bouzaréah, actuellement réfugié en Grande-Bretagne. Il y a quelques jours, un avocat a été radié du barreau, après avoir été mis en cause par un des associés de Achour Abderrahmane dans une affaire de corruption. Il a été inculpé par le tribunal de Chéraga près la cour de Blida.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.