Les femmes-mères travailleuses entre le four et le moulin    1 500 milliards de DA hors circuit    Pas d'impacts de la crise financière    Pour l'annulation des poursuites judiciaires    Varsovie attend des excuses d'Israël    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Pauvre Finkielkraut    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Feghouli et Bennacer dans le Onze type africain de la semaine    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Le plan de Benghabrit pour faire face à la grève    Violences contre les femmes et trafic de drogue en hausse    Gâteau renversé aux agrumes    La « main étrangère » au service du régime illégitime d'Alger durant la « sale guerre ».    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Liberté de la presse : Le Maroc renoue avec les méthodes de barbouzes    Aïn El Hammam : Un commerce informel encombrant    Boufarik : 32 Omras octroyées par l'association Ennour    Opposition unie, un rêve ?    Tiaret: Un réseau de vol de véhicules démantelé    EN - La liste des joueurs à retenir: Un casse-tête pour Belmadi    Ligue 2 - Probabilités de relégation: Le temps de la calculette est arrivé !    UMA et sociétés civiles: «Laisser le règlement du problème du Sahara Occidental aux Nations unies»    Le vendredi de tous les dangers    Boumerdès: Un véhicule de transport de fonds attaqué, 15 milliards volés    Le mot du Chahid à ces gens-là...    Sebaâ et Haniched renforcent la DTS    Les acteurs politiques face aux risques de dérapages    «L'assiette destinée au centre de formation du club est prête»    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Le développement de l'Afrique, un enjeu géostratégique au XXIe siècle»    Avec Ooredoo, suivez votre consommation d'eau sur votre mobile grâce au nouveau service exclusif «SEAAL Mobile»    Comment renforcer les capacités des bureaux d'hygiène    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Retour des «djihadistes», un vrai casse-tête pour les autorités françaises    Où est le programme ?    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Exportation de 860.000 œufs vers la Libye    Influence de la cuisine orientale sur la cuisine européenne du Moyen-âge    Bedoui dénonce des tentatives de "gâcher" l'élection    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    17 personnes décédées et 1.242 autres blessées en une semaine    Déclaration de politique générale : M. Ouyahia la présentera lundi prochain devant l'APN    Augmentation de la bourse et suppression des réfectoires    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La planche à billets en roue libre
Le montant plafonné largement dépassé
Publié dans El Watan le 21 - 06 - 2018

Alors que les besoins pour 2017 étaient estimés à 570 milliards de dinars, les tirages de monnaie se sont chiffrés à 2185 milliards de dinars au 31 décembre 2017 avant que la valeur de la masse créée ne grimpe à 3585 milliards de dinars au 31 mars 2018.
La planche à billets carbure à plein régime ! Le montant des tirages effectués par la Banque d'Algérie au 31 mars dernier s'élève à 3585 milliards de dinars. Les projections de départ sont ainsi nettement dépassées, raison pour laquelle les économistes et les institutions de Bretton Woods sont opposés au dispositif dit de financement non conventionnel, proposé en septembre 2017 au vote des deux Chambres du Parlement. L'Exécutif jurait alors ses grands dieux qu'il ne s'agissait que d'une option provisoire et que les besoins de financement étaient clairement définis.
Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouia, avait évalué alors les besoins de financement à 570 milliards de dinars pour 2017, à 1815 milliards de dinars pour 2018 et à 580 milliards de dinars pour 2019. Cependant, les situations mensuelles communiquées par la Banque d'Algérie, publiées au Journal officiel (JO), font état d'un usage pour le moins excessif de la planche à billets. Alors que les besoins pour 2017 étaient estimés à 570 milliards de dinars, les tirages de monnaie se sont chiffrés à 2185 milliards de dinars au 31 décembre 2017 avant que la valeur de la masse créée ne grimpe à 3585 milliards de dinars au 31 mars 2018.
Pour l'ensemble de l'exercice en cours, les besoins de financement par le moyen de la planche à billets étaient estimés à 1815 milliards de dinars. En un seul trimestre, la Banque d'Algérie a tiré 1400 milliards de dinars. La lecture des situations mensuelles de la Banque centrale, publiées dans le JO, montre des contrastes saisissants entre les prévisions de départ et les montants réels des tirages. Une situation préoccupante, alors que nombre d'économistes, voire d'institutions financières multilatérales, appellent à la retenue et à la relance des réformes structurelles.
Les 3585 milliards de dinars ont été tirés, rappelons-le, dans le cadre de l'article 45 bis de la loi relative à la monnaie et au crédit de 2003 modifiée et complétée en octobre 2017. L'article en question stipule que «la Banque Algérie procède, à titre exceptionnel et durant une période de cinq années, à l'achat directement auprès du Trésor, de titres émis par celui-ci, à l'effet de participer, notamment à la couverture des besoins de financement du Trésor, au financement de la dette publique interne et au financement du Fonds national d'investissement (FNI).»
En outre, l'article 45 bis note que «ce dispositif est mis en œuvre pour accompagner la réalisation d'un programme de réformes structurelles économiques et budgétaires devant aboutir, au plus tard, à l'issue de la période susvisée, notamment, au rétablissement des équilibres de la trésorerie de l'Etat et de l'équilibre de la balance des paiements».
Les institutions de Bretton Woods ont alerté maintes fois sur le risque d'un retour de manivelle si le gouvernement venait à recourir exagérément à la planche à billets. Dans son plus récent rapport d'appréciation sur l'évolution de l'économie algérienne, diffusé la semaine dernière, le Fonds monétaire international (FMI) suggère «l'arrêt du financement monétaire dès cette année», même s'il «note que le gouvernement reste engagé dans son plan de consolidation budgétaire qu'il compte reprendre dès 2019 pour rétablir l'équilibre extérieur et budgétaire dans les délais».
«Le gouvernement est convaincu que cette stratégie de financement», allusion faite à la planche à billets, «est moins risquée que le recours aux emprunts extérieurs», rapporte le FMI dans son dernier rapport sanctionnant la visite de ses experts en Algérie au titre de l'article 4 de ses statuts.
Cependant, au vu des quantités d'argent créées par la Banque d'Algérie, l'effort de stérilisation des liquidités injectées risque de montrer rapidement ses limites. Le montant des tirages risque de grimper davantage compte tenu du poids de la dette interne et des besoins de financement. Selon des indiscrétions, le gouvernement se prépare à se retirer progressivement de cette option de financement au profit d'emprunts extérieurs qu'il compte négocier dès le second semestre de 2019.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.