Tournoi de l'UNAF (U17): entame réussie pour les Verts    Barca : Lionel Messi ne sera pas lourdement sanctionné !    Mondial 2021 de handball. Portugal 26 – Algérie 19 : Réaction encourageante du sept national    Saisie de 376 millions de centimes en faux billets à Annaba    Enquête    Relaxe pour sept activistes du Hirak    Le projet discuté au conseil national fin janvier    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Session de formation aux métiers de l'export    "Les étudiants doivent éviter les fausses déclarations"    Le prix du pétrole continuera d'augmenter en 2021    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Arrêt prématuré d'un test des moteurs de la fusée géante SLS    Les Européens appellent Téhéran à la raison    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    "Le plus difficile reste à venir"    Prolongation de mandat    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    Un mort et 14 blessés dans un accident de la circulation    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Une quête de l'Histoire d'un peuple    Un citoyen tombe du 5èm étage d'un immeuble en construction    Mostaganem: Incendie sur un bateau de pêche    Formation professionnelle: Les ingénieurs-enseignants paralysent les instituts spécialisés    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    Principes et autres considérations    LA TRITURE    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    Est-ce la bonne statue?    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour l'amour de la cuisine algérienne
La Chef Shérazade présente son livre à Alger
Publié dans El Watan le 31 - 07 - 2018

Connue à l'international pour sa cuisine raffinée, la chef Shérazade, a fait escale à Alger pour le lancement en Algérie de son nouveau livre Ma cuisine algérienne.
Edité en mai 2017 aux éditions françaises Solar, la chef Shérazade a choisi de présenter son dernier-né, samedi dernier, au niveau de l'hôtel Val d'Hydra, à Alger. Outre la présence de la presse nationale, des invités de marque sont venus se greffer à cette rencontre conviviale, dont, entre autres, la célèbre chef française Mercotte, ou encore le chef, Cyril Lignac, de l'émission Le meilleur pâtissier, diffusée sur M6.
Organisée par ITN Communication, les présents ont été conviés à assister à un événement au concept original. En effet, la chef Shérazade s'est prêtée à la série de questions des journalistes, tout en mijotant un plat, el «barania». Il s'agit d'un plat traditionnel -à base d'aubergines, de pois chiches et de viande d'agneau- consommé dans la région oranaise, particulièrement à Tlemcen. Considérée comme l'une des ambassadrices de la gastronomie algérienne en France, Fatma-Zhora Laoudedj, alias chef Shérazade, a su se faire connaître à travers les réseaux sociaux. Elle est présentatrice culinaire sur une chaîne de télévision algérienne et auteure depuis 2013 d'un blog cuisine à succès «Les joyaux de Shérazade». Sa page facebook est suivie par 1,8 million de fans. De même qu'elle intervient régulièrement sur France 2, comme chroniqueuse culinaire. Médecin de formation, la chef Shérazade, avec un sourire qui ne l'a quitte jamais, a déroulé le fil de sa passion pour la cuisine algérienne. Elle rappelle qu'elle a été élevée entre Oran et Tlemcen. Elle s'est installée en France, suite à son mariage, à l'âge de 23 ans. Elle précise que la sortie de son deuxième livre en France n'est qu'un prétexte pour faire de la promotion à la cuisine algérienne à l'étranger. L'auteure a mis un an pour réaliser ce deuxième livre. Elle avoue que le choix dans la sélection des recettes n'a pas été facile. En collaboration avec sa maison d'édition, Shérazade a eu envie d'utiliser la vaisselle algérienne pour présenter des plats algériens et raconter cette belle histoire millénaire à travers les papilles. Chaque recette est rehaussée par un petit aperçu de son histoire et de l'ingrédient qui est utilisé. Le livre se referme sur des préparations anciennes faites maison. D'une voix pleine de reconnaissance, la chef Shérazade indique qu'elle a été influencée par sa grand-mère, qui avait l'art et la manière de lui raconter l'historique des plats algériens. Pour la conférencière, «si on a envie que les autres aiment ce que l'on fait, qu'il adopte ce que l'on est en train de faire dans une démarche de transmission, il faut savoir leur faire aimer en leur racontant et partageant cet amour pour la cuisine algérienne», dit-elle. La chef Shérazade poursuit son discours en disant qu'elle s'est lancée dans cette écriture spécialisée dans l'art culinaire suite au constat suivant : les livres sur la cuisine algérienne sont absents des étals des librairies étrangères. «Lorsqu'on fait, dit-elle, la promotion de la cuisine d'un pays, c'est la promotion du pays lui-même qu'on fait, car la cuisine fait partie intégrante de notre identité. A travers cette démarche dans l'univers de l'écriture, j'ai voulu raconter l'Algérie et l'histoire de cette cuisine. Je demeure convaincue que nous avons une cuisine millénaire, mais, hélas, personne ne la connaît, mis à part nous. A l'ère de la mondialisation, la cuisine algérienne n'a pas la place qu'elle mérite. Nous détenons un certain savoir-faire, mais il nous faut aussi le faire savoir», précise telle. Et d'ajouter : «Il est de notre devoir de faire connaître la richesse de notre patrimoine, qu'il soit culinaire ou de tout autre domaine. A l'unisson, nous pouvons œuvrer à faire rayonner notre cuisine et notre pays. La demande existe. Les gens sont friands de découvrir les cuisines d'autres pays. Je suis sûre que la cuisine algérienne peut apporter énormément de par son histoire, son savoir-faire et ses saveurs.» Selon elle, la cuisine est la résultante d'un partage, d'un échange et de l'émotion à volonté. La chef Shérazade compte concrétiser plusieurs projets, dont, entre autres, voyager à travers le monde pour conter la cuisine algérienne, faire la promotion des produits du terroir, continuer ses émissions télévisuelles et ouvrir un restaurant algérien à Montparnasse, à Paris.
Il est à noter que la chef Shérazade a proposé, dans la soirée, un dîner caritatif à l'hôtel du Val. Une partie de la recette de ce dîner sera reversée au réseau Nada, le réseau algérien pour la défense des droits de l'enfant, qui, rappelons-le, a pour objectif de créer un foyer pour les enfants à Alger. Il en est de même pour la recette des deux ventes-dédicace, organisées à Alger, lesquelles seront intégralement versées au réseau Nada.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.