JM Oran-2022 : "Aucune restriction sur le budget du COJM"    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    L'empire Haddad s'écroule    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Karim Tabbou sera-t-il libéré ?    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    Installation des colonnes mobiles pour la lutte contre les feux de forêt    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Ali Laskri se rallie à l'option du congrès extraordinaire    Le schiste américain dans le rouge    3 ans de prison ferme requis    12 terroristes éliminés et 05 autres arrêtés durant le premier semestre 2020    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    Communiqué de l'AJSA    On vous le dit    Du sens du patriotisme en Algérie    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Covid19: possible recours aux infrastructures hôtelières pour couvrir le déficit enregistré par certains établissements hospitaliers    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Nouveau pôle urbain d'Oued Tlélat: Des dispositions pour livrer 8.000 logements LPL    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    La mère des batailles    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    Vu à Tizi Ouzou    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    L'épreuve    L'infrangible lien...    Répression contre l'opposition à Hong Kong    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour l'amour de la cuisine algérienne
La Chef Shérazade présente son livre à Alger
Publié dans El Watan le 31 - 07 - 2018

Connue à l'international pour sa cuisine raffinée, la chef Shérazade, a fait escale à Alger pour le lancement en Algérie de son nouveau livre Ma cuisine algérienne.
Edité en mai 2017 aux éditions françaises Solar, la chef Shérazade a choisi de présenter son dernier-né, samedi dernier, au niveau de l'hôtel Val d'Hydra, à Alger. Outre la présence de la presse nationale, des invités de marque sont venus se greffer à cette rencontre conviviale, dont, entre autres, la célèbre chef française Mercotte, ou encore le chef, Cyril Lignac, de l'émission Le meilleur pâtissier, diffusée sur M6.
Organisée par ITN Communication, les présents ont été conviés à assister à un événement au concept original. En effet, la chef Shérazade s'est prêtée à la série de questions des journalistes, tout en mijotant un plat, el «barania». Il s'agit d'un plat traditionnel -à base d'aubergines, de pois chiches et de viande d'agneau- consommé dans la région oranaise, particulièrement à Tlemcen. Considérée comme l'une des ambassadrices de la gastronomie algérienne en France, Fatma-Zhora Laoudedj, alias chef Shérazade, a su se faire connaître à travers les réseaux sociaux. Elle est présentatrice culinaire sur une chaîne de télévision algérienne et auteure depuis 2013 d'un blog cuisine à succès «Les joyaux de Shérazade». Sa page facebook est suivie par 1,8 million de fans. De même qu'elle intervient régulièrement sur France 2, comme chroniqueuse culinaire. Médecin de formation, la chef Shérazade, avec un sourire qui ne l'a quitte jamais, a déroulé le fil de sa passion pour la cuisine algérienne. Elle rappelle qu'elle a été élevée entre Oran et Tlemcen. Elle s'est installée en France, suite à son mariage, à l'âge de 23 ans. Elle précise que la sortie de son deuxième livre en France n'est qu'un prétexte pour faire de la promotion à la cuisine algérienne à l'étranger. L'auteure a mis un an pour réaliser ce deuxième livre. Elle avoue que le choix dans la sélection des recettes n'a pas été facile. En collaboration avec sa maison d'édition, Shérazade a eu envie d'utiliser la vaisselle algérienne pour présenter des plats algériens et raconter cette belle histoire millénaire à travers les papilles. Chaque recette est rehaussée par un petit aperçu de son histoire et de l'ingrédient qui est utilisé. Le livre se referme sur des préparations anciennes faites maison. D'une voix pleine de reconnaissance, la chef Shérazade indique qu'elle a été influencée par sa grand-mère, qui avait l'art et la manière de lui raconter l'historique des plats algériens. Pour la conférencière, «si on a envie que les autres aiment ce que l'on fait, qu'il adopte ce que l'on est en train de faire dans une démarche de transmission, il faut savoir leur faire aimer en leur racontant et partageant cet amour pour la cuisine algérienne», dit-elle. La chef Shérazade poursuit son discours en disant qu'elle s'est lancée dans cette écriture spécialisée dans l'art culinaire suite au constat suivant : les livres sur la cuisine algérienne sont absents des étals des librairies étrangères. «Lorsqu'on fait, dit-elle, la promotion de la cuisine d'un pays, c'est la promotion du pays lui-même qu'on fait, car la cuisine fait partie intégrante de notre identité. A travers cette démarche dans l'univers de l'écriture, j'ai voulu raconter l'Algérie et l'histoire de cette cuisine. Je demeure convaincue que nous avons une cuisine millénaire, mais, hélas, personne ne la connaît, mis à part nous. A l'ère de la mondialisation, la cuisine algérienne n'a pas la place qu'elle mérite. Nous détenons un certain savoir-faire, mais il nous faut aussi le faire savoir», précise telle. Et d'ajouter : «Il est de notre devoir de faire connaître la richesse de notre patrimoine, qu'il soit culinaire ou de tout autre domaine. A l'unisson, nous pouvons œuvrer à faire rayonner notre cuisine et notre pays. La demande existe. Les gens sont friands de découvrir les cuisines d'autres pays. Je suis sûre que la cuisine algérienne peut apporter énormément de par son histoire, son savoir-faire et ses saveurs.» Selon elle, la cuisine est la résultante d'un partage, d'un échange et de l'émotion à volonté. La chef Shérazade compte concrétiser plusieurs projets, dont, entre autres, voyager à travers le monde pour conter la cuisine algérienne, faire la promotion des produits du terroir, continuer ses émissions télévisuelles et ouvrir un restaurant algérien à Montparnasse, à Paris.
Il est à noter que la chef Shérazade a proposé, dans la soirée, un dîner caritatif à l'hôtel du Val. Une partie de la recette de ce dîner sera reversée au réseau Nada, le réseau algérien pour la défense des droits de l'enfant, qui, rappelons-le, a pour objectif de créer un foyer pour les enfants à Alger. Il en est de même pour la recette des deux ventes-dédicace, organisées à Alger, lesquelles seront intégralement versées au réseau Nada.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.