Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Beji Caïd Essebsi met les islamistes d'Ennahdha à l'épreuve
Les libertés et l'égalité au centre de polémiques en Tunisie
Publié dans El Watan le 12 - 08 - 2018

La présidente de la Commission des libertés individuelles et de l'égalité (Colibe), Bochra Belhaj Hmida, a indiqué, dans une récente déclaration sur Diwan FM, que le président d'Ennahdha, Rached Ghannouchi, a refusé de rencontrer les membres de la commission.
L'idée de la rencontre était envisagée dans le cadre d'une demande adressée à tous les partis politiques pour donner leur avis sur le rapport de ladite commission. Ils ont tous accepté à l'exception du mouvement islamiste, qui a refusé de donner son avis, toujours selon la députée du bloc nationaliste. Cette dernière n'a pas donné les raisons de ce rejet, se limitant à mettre l'accent sur ce refus.
«Cela ne nécessite pas d'être sorcier pour comprendre. La raison est évidente», s'est limitée à dire la députée. Le leader des islamistes d'Ennahdha, Rached Ghannouchi, refuse de parler du rapport de la Colibe pour ne pas se dévoiler sur les questions des libertés et de l'égalité, et préserver l'image, plutôt positive, des islamistes tunisiens aux yeux de l'Occident.
Enjeux
Ce n'est pas un hasard, si le président Beji Caïd Essebsi a attendu la troisième année de son mandat pour annoncer, le 13 août de l'année dernière, la création de la Colibe. Ce n'est pas, non plus, innocent que le rapport de la commission ait été remis au Président en juin dernier, soit deux mois avant la Fête de la femme du 13 août, soit un temps suffisant pour préparer les décisions envisagées suite aux recommandations du rapport.
Il est clair que Beji Caïd Essebsi veut mettre Ennahdha à l'épreuve à la veille d'une année d'élections générales, à travers des décisions embêtantes pour la direction du mouvement islamiste. Si Ghannouchi accepte ce que va décider Beji Caïd Essebsi, cela créerait une zizanie au sein des islamistes. Si Ghannouchi refuse, cela le discréditerait aux yeux de l'Occident. C'est la raison pour laquelle le leader d'Ennahdha demande au président de la République de trouver des compromis.
Toutefois, ce n'est pas l'objectif du président de la République qui essaie, plutôt, de montrer à l'opinion publique, locale et internationale, qu'il a essayé, en vain, de transformer le mouvement religieux en parti civil. L'objet du rapport de la Colibe sied à merveille avec les visées du Président, puisqu'il traite des questions des libertés et de l'égalité, très chères à l'Occident et très révélatrices sur l'évolution d'Ennahdha.
Dilemme
Les islamistes d'Ennahdha se trouvent face à un véritable dilemme avec ce rapport de la Colibe qui traite de questions aussi délicates que l'égalité d'héritage, l'homosexualité ou la peine de mort, considérées comme tranchées par la religion.
D'une part, la base attachée à la religion, des islamistes, considère que c'est une atteinte à la religion que de débattre de telles problématiques et il ne faut pas perdre ses sympathisants. D'autre part, le souci de montrer la «modernisation» du mouvement Ennahdha, notamment pour l'Occident, pousse à l'ouverture.
Par ailleurs, le débat sur le rapport de la Colibe rappelle étrangement des débats antérieurs à l'adoption de la Constitution du 27 janvier 2014, notamment en 2012 et 2013.
Ennahdha a essayé, durant ces tiraillements, de ne pas se prononcer sur les questions litigieuses, tout en défendant le droit des islamistes radicaux à s'exprimer et ne pas se sentir «opprimés». Les manifestations étaient organisées par Ansar Chariaa et Hizb Ettahrir, pas Ennahdha. L'histoire se répète de nouveau en ce moment.
La clique à Noureddine Khadmi, ex-ministre des Affaires religieuses de la troïka, Ridha Jaouadi, l'imam radical de Sfax, limogé suite à ses excès, et Abdelmagid Najjar, le membre de l'Assemblée nationale constituante, a multiplié les conférences et organisé quelques manifestations contre le rapport de la Colibe. Des sympathisants d'Ennahdha ont certes animé ces marches et conférences, mais le mouvement ne s'est pas, officiellement, prononcé sur la question.
Le porte-parole d'Ennahdha s'est limité à dire que les questions posées par le rapport nécessitent un véritable débat. Le problème, c'est que l'issue ne dépend pas d'eux. Mais, plutôt, du président Beji Caïd Essebsi, à l'origine de la Colibe et le décideur des suites à donner à son rapport.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.