El Tarf: la décision de confinement partiel dans les communes d'El Kala et El Chatt saluée par les citoyens    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Chelsea chasse Leicester du podium    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    9 juillet 1962    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Se sauver ou sombrer    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    En attendant un autre ordre de mission    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Cap sur un nouveau plan de relance    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Beji Caïd Essebsi met les islamistes d'Ennahdha à l'épreuve
Les libertés et l'égalité au centre de polémiques en Tunisie
Publié dans El Watan le 12 - 08 - 2018

La présidente de la Commission des libertés individuelles et de l'égalité (Colibe), Bochra Belhaj Hmida, a indiqué, dans une récente déclaration sur Diwan FM, que le président d'Ennahdha, Rached Ghannouchi, a refusé de rencontrer les membres de la commission.
L'idée de la rencontre était envisagée dans le cadre d'une demande adressée à tous les partis politiques pour donner leur avis sur le rapport de ladite commission. Ils ont tous accepté à l'exception du mouvement islamiste, qui a refusé de donner son avis, toujours selon la députée du bloc nationaliste. Cette dernière n'a pas donné les raisons de ce rejet, se limitant à mettre l'accent sur ce refus.
«Cela ne nécessite pas d'être sorcier pour comprendre. La raison est évidente», s'est limitée à dire la députée. Le leader des islamistes d'Ennahdha, Rached Ghannouchi, refuse de parler du rapport de la Colibe pour ne pas se dévoiler sur les questions des libertés et de l'égalité, et préserver l'image, plutôt positive, des islamistes tunisiens aux yeux de l'Occident.
Enjeux
Ce n'est pas un hasard, si le président Beji Caïd Essebsi a attendu la troisième année de son mandat pour annoncer, le 13 août de l'année dernière, la création de la Colibe. Ce n'est pas, non plus, innocent que le rapport de la commission ait été remis au Président en juin dernier, soit deux mois avant la Fête de la femme du 13 août, soit un temps suffisant pour préparer les décisions envisagées suite aux recommandations du rapport.
Il est clair que Beji Caïd Essebsi veut mettre Ennahdha à l'épreuve à la veille d'une année d'élections générales, à travers des décisions embêtantes pour la direction du mouvement islamiste. Si Ghannouchi accepte ce que va décider Beji Caïd Essebsi, cela créerait une zizanie au sein des islamistes. Si Ghannouchi refuse, cela le discréditerait aux yeux de l'Occident. C'est la raison pour laquelle le leader d'Ennahdha demande au président de la République de trouver des compromis.
Toutefois, ce n'est pas l'objectif du président de la République qui essaie, plutôt, de montrer à l'opinion publique, locale et internationale, qu'il a essayé, en vain, de transformer le mouvement religieux en parti civil. L'objet du rapport de la Colibe sied à merveille avec les visées du Président, puisqu'il traite des questions des libertés et de l'égalité, très chères à l'Occident et très révélatrices sur l'évolution d'Ennahdha.
Dilemme
Les islamistes d'Ennahdha se trouvent face à un véritable dilemme avec ce rapport de la Colibe qui traite de questions aussi délicates que l'égalité d'héritage, l'homosexualité ou la peine de mort, considérées comme tranchées par la religion.
D'une part, la base attachée à la religion, des islamistes, considère que c'est une atteinte à la religion que de débattre de telles problématiques et il ne faut pas perdre ses sympathisants. D'autre part, le souci de montrer la «modernisation» du mouvement Ennahdha, notamment pour l'Occident, pousse à l'ouverture.
Par ailleurs, le débat sur le rapport de la Colibe rappelle étrangement des débats antérieurs à l'adoption de la Constitution du 27 janvier 2014, notamment en 2012 et 2013.
Ennahdha a essayé, durant ces tiraillements, de ne pas se prononcer sur les questions litigieuses, tout en défendant le droit des islamistes radicaux à s'exprimer et ne pas se sentir «opprimés». Les manifestations étaient organisées par Ansar Chariaa et Hizb Ettahrir, pas Ennahdha. L'histoire se répète de nouveau en ce moment.
La clique à Noureddine Khadmi, ex-ministre des Affaires religieuses de la troïka, Ridha Jaouadi, l'imam radical de Sfax, limogé suite à ses excès, et Abdelmagid Najjar, le membre de l'Assemblée nationale constituante, a multiplié les conférences et organisé quelques manifestations contre le rapport de la Colibe. Des sympathisants d'Ennahdha ont certes animé ces marches et conférences, mais le mouvement ne s'est pas, officiellement, prononcé sur la question.
Le porte-parole d'Ennahdha s'est limité à dire que les questions posées par le rapport nécessitent un véritable débat. Le problème, c'est que l'issue ne dépend pas d'eux. Mais, plutôt, du président Beji Caïd Essebsi, à l'origine de la Colibe et le décideur des suites à donner à son rapport.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.