Des forces non-constitutionnelles gèrent le pays    ANNONÇANT SON SOUTIEN AU MOUVEMENT POPULAIRE : Bouchareb dit que le FLN est une victime    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    Le logement rural groupé comme solution à la crise    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Mise en vente des billets mercredi    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Italie fustige la France sur son rôle dans le chaos libyen
Alors que les combats ont repris à Tripoli
Publié dans El Watan le 05 - 09 - 2018

Le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, s'est dit hier prêt à retourner «bientôt» à Tripoli, où les combats ont repris, rapportent des médias. Comme il a lancé une nouvelle critique sur le rôle de la France dans le chaos dans le pays.
«L'Italie doit rester protagoniste du processus de stabilisation en Méditerranée», a déclaré le patron de l'extrême-droite sur Twitter à propos de la Libye. «Je suis personnellement disponible pour courir quelques risques et y retourner bientôt».
La veille, il a soutenu qu'«évidemment il y a quelqu'un derrière (les combats actuels). Cela n'arrive pas par hasard. Ma crainte, c'est que quelqu'un, pour des motifs économiques nationaux, mette en péril la stabilité de toute l'Afrique du Nord et par conséquent de l'Europe». Et d'ajouter : «Je pense à quelqu'un qui est allé faire la guerre alors qu'il ne devait pas le faire.
A quelqu'un qui fixe des dates pour les élections sans prévenir les alliés, l'ONU et les Libyens». Interrogé si la Libye constitue un endroit suffisamment sûr pour y raccompagner les migrants secourus en mer, il a répondu : «Demandez-le à Paris
Lundi, la ministre italienne de la Défense, Elisabetta Trenta, a reproché à la France d'être en partie responsable du chaos dans lequel se retrouve la Libye actuellement. A son avis, Paris a lancé une intervention militaire sans penser aux conséquences. «La France, de ce point de vue, a une responsabilité», a déclaré la ministre sur sa page Facebook, en évoquant l'intervention militaire de la France (et d'autres pays) en 2011 contre le régime du colonel El Gueddafi. «Evidemment, il est indéniable qu'aujourd'hui ce pays se retrouve dans cette situation parce que quelqu'un, en 2011, a privilégié ses intérêts par raport à ceux des Libyens et de l'Europe elle-même», a écrit la ministre.
«Le président (de l'Assemblée nationale, Roberto Fico) a raison : la France, de ce point de vue, a une responsabilité», ajoute-t-elle. La situation en Libye est un «problème grave que nous a laissé la France, sans aucun doute», avait déclaré plus tôt Roberto Fico. Mme Trenta a estimé néanmoins nécessaire d'«agir tous ensemble pour le bien et la paix du peuple libyen».
Elle a exclu, comme Matteo Salvini, une intervention des forces spéciales italiennes à Tripoli, alors que l'Italie compte actuellement plus de 300 militaires en Libye, chargés de protéger un hôpital de Misrata et l'ambassade à Tripoli, ainsi que d'apporter un soutien logistique aux garde-côtes libyens. Dans un communiqué rendu public lundi soir, le ministre des Affaires étrangères, Enzo Moavero Milanesi, a condamné les violences et réaffirmé «le plein soutien italien aux institutions libyennes légitimes et au plan d'action des Nations unies». Il a eu ce même jour «une longue conversation téléphonique» avec l'émissaire de l'ONU, Ghassan Salamé, en prévision de la conférence internationale sur la Libye, projetée cet automne en Italie.
Les affrontements entre milices ont éclaté le 27 août, quand la 7e brigade, qui affirme dépendre du ministère de la Défense du Gouvernement d'union nationale (GNA) de la ville de Tarhouna, située au sud-est de Tripoli, a tenté de marcher sur la capitale, elle s'est heurtée alors à des milices tripolitaines, notamment la brigade des révolutionnaires de Tripoli, qui font partie du ministère de l'Intérieur du GNA.
La 7e brigade reproche à ses rivales de Tripoli d'avoir accaparé la capitale et toutes ses sources de richesse. Le chef du GNA, Fayez Al-Sarraj (gouvernement reconnu par la communauté internationale), a déclaré que la milice «7e brigade» ne dépend plus de l'Etat depuis le mois d'avril dernier. Les autorités libyennes ont décrété dimanche l'état d'urgence dans la capitale et sa périphérie, après six jours d'affrontements qui ont fait au moins une quarantaine de morts.
Incertitudes sur les élections générales de décembre
Profitant de cette situation de confusion, 400 détenus de la prison de Aïn Zara, un quartier de la capitale, se sont évadés en profitant du chaos ambiant.
Après l'échec d'un accord de cessez-le-feu annoncé vendredi, les combats ont repris lundi. Le conseil présidentiel, instance exécutive du gouvernement établi à Tripoli, a décrété, dimanche, l'état d'urgence dans la capitale et sa périphérie, six jours après le début des affrontements qui ont fait au moins une quarantaine de morts.
La dégradation de la situation politico-militaire à Tripoli éloigne la perspective de tenir des élections législatives et présidentielle le 10 décembre, objectif annoncé lors de la conférence internationale sur la Libye tenue le 29 mai à Paris pour tenter de stabiliser ce pays sous l'égide des Nations unies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.