Election présidentielle 2019 : Pas de candidat unique pour l'opposition    Des cadres du FFS arrêtés à Alger    Montage automobile : 3 milliards de dollars pour les collections CKD en 2018    Makri admet le fiasco du candidat unique de l'opposition    Derrière l'affront, l'espoir démocratique…    Vingt années à vous grandir les portraits    En bref…    Report de la rencontre Netanyahou-Poutine prévue aujourd'hui    Londres veut parler avec Berlin    De Bencherif à Nekkaz    L'Algérie dans le pot 2    L'USMAn et le NAHD bien embarqués    Derbies à enjeux opposés, au Centre et à l'Ouest    Petits pains farcis à la viande hachée    Les accidents continuent d'endeuiller les familles    Double grève à l'Institut des sciences et technologies    Haï Nedjma : 150 quintaux de son de blé saisis    Célébration du centenaire du défunt moudjahid et artiste Farid Ali    Cubisme    Une quarantaine d'exposants présents    Bordj Bou Arréridj : Colloque international sur Benhaddouga    Tigounatine : Recueillement au village d'Ourida Meddad    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Neutralité écornée    Le GSP face à Essalem d'Oman en quart de finale    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    Ligue des champions    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Deux suspects arrêtés    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A Ouargla, les jeunes diplômés font annuler le concours de Sonatrach
Publié dans El Watan le 21 - 09 - 2018

Une nouvelle manifestation mais cette fois pour un tout autre objectif à Ouargla, où l'université Kasdi Merbah a été le théâtre, hier, d'une déferlante de manifestants venus contester l'ouverture du concours de recrutement de 450 agents par Sonatrach, organisé dans le campus universitaire à des candidats venus des quatre coins du pays. Ils exigent le respect des directives gouvernementales concernant la priorité aux enfants de la wilaya.
Quelque 300 manifestants ont occupé les lieux toute la matinée, alors que les épreuves du concours étaient programmées. Ils ont présenté aux organisateurs une plateforme de revendications de cinq points, dont le report du concours, la révision de la condition d'âge (limité à 35 ans) et l'exigence d'un 12 de moyenne.
L'assainissement des listes des candidats devant passer le concours à Ouargla en prenant en compte la directive 19/04 du Premier ministre concernant le respect de la législation du travail en matière de recrutement de la main-d'œuvre, donnant la priorité aux enfants de la région à qualification égale selon les profils demandés.
Cette directive datant de 2004, signée par Ahmed Ouyahia faisait état de mécontentements manifestés au Sud, particulièrement par des jeunes demandeurs d'emploi, en raison d'une insuffisance d'encadrement au niveau de l'Agence nationale de l'emploi, mais aussi de dysfonctionnements importants nés de la violation de la législation du travail.
le sésame
Les manifestants ont par ailleurs réclamé l'augmentation des postes pour l'actuel concours ainsi que le quota de postes de celui d'octobre 2016, menaçant d'organiser une nouvelle protestation au siège social de l'entreprise, à Alger, le cas échéant. Sonatrach a fini par reporter le concours à la mi-journée, soulignant que sa décision résultait de la non-réunion des conditions idoines de sa tenue.
La dynamique de la contestation sociale est telle, à Ouargla, qu'un suivi rigoureux des préoccupations de la rue s'opère pour encadrer les jeunes. Ainsi, les manifestants ont relevé de multiples cas de documents délivrés par des agents municipaux, notamment des certificats de résidence, un sésame permettant à tout candidat non natif de la wilaya de Ouargla de s'inscrire à l'Agence locale de l'emploi et ainsi prétendre à participer un concours ou bénéficier d'un poste.
Des images de personnes se ruant sur les guichets des gares routières du pays à la veille du concours ont fait le buzz sur les réseaux sociaux. Ibek Abdelmalek, leader de la Coordination nationale de défense des droits des chômeurs (CNDDC) a exprimé sur sa page facebook un sentiment de colère devant un «grand problème où la bande maffieuse qui mine le dossier de l'emploi fait partie de la mafia politico-économique de la wilaya dont l'une des missions est de délivrer de faux certificats de résidence à leurs protégés». Ibek a ajouté que «tout le monde connaît ces personnes mais personne ne veut en parler, par peur de représailles ou par pur esprit de loyauté tribale».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.