Ligue des champions d'Afrique : Le MCA qualifié aux quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Forum sur "l'industrie pharmaceutique, stratégie et défis": Djerad présidera la cérémonie de clôture    Coupe de la ligue: résultat du tirage au sort    France: Le Polisario condamne la création d'un comité de LREM à Dakhla occupée    France: Le PCF condamne l'ouverture d'un comité de LREM à Dakhla occupée    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    La note de Ouadjaout    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FLN veut la destitution de Saïd Bouhadja du poste de président de l'APN : «Je ne démissionnerai que sur ordre de Bouteflika»
Publié dans El Watan le 28 - 09 - 2018

Des députés et militants du FLN veulent à tout prix la tête de Saïd Bouhadja, président de la Chambre basse du Parlement et membre de cette formation politique. Son sort en tant que troisième homme de l'Etat est, semble-t-il, scellé ! Hier de folles rumeurs ont circulé sur sa démission de son poste de président de l'Assemblée populaire nationale.
Contacté, Saïd Bouhadja dément l'information. «Je n'ai pas compris pourquoi on parle au sein du groupe parlementaire de ma démission. La démission obéit à des procédures légales, pas à des procédures illégales, sans aucun rapport avec les lois de la République», explique-t-il. Bouhadja dit croire à l'alternance au poste de responsabilités et qu'il était prêt à démissionner, si la procédure de sa destitution se fait dans le respect de la loi et surtout si l'ordre émane de la partie qui l'a désigné à ce poste, en l'occurrence le président Bouteflika. Pour Bouhadja «l'état d'ébullition au sein du Parlement et au sein du FLN a une dimension politique.
Je ne ferai aucune résistance si on m'invite à partir dans le respect des lois, mais si l'on essaye de me destituer à travers la collecte de signatures, c'est-à-dire illégalement, je ne partirai pas», a menacé Bouhadja, qui nous rappelle qu'il est moudjahid, qu'il n'a jamais failli à ses missions et a toujours assumé ses responsabilités.
Bouhadja, 80 ans, fait l'objet de pressions au sein de l'hémicycle Zighout Youcef et au sein du FLN depuis qu'il a pris la décision de mettre fin aux fonctions du secrétaire général de l'APN, Bachir Slimani. Interrogé à ce sujet et sur les griefs retenus contre lui au point de vouloir sa destitution du poste de l'APN, un poste clé, il répond : «Je ne sais pas. Je suis élu pour un mandat de 5 ans et président de l'APN depuis 2017. Durant cette année, je n'ai jamais failli à mes responsabilités.»
Du côté de la direction du FLN et surtout du groupe parlementaire, on affirme que les jours de Bouhadja à la tête de l'APN sont comptés. «Si Bouhadja part de son propre gré dans l'immédiat, il nous facilitera la tâche, sinon, nous avons entamé l'opération de sa destitution par la collecte de signatures. Des députés d'autres formations politiques adhèrent à notre démarche», note Sebouta, le chargé de communication du parti majoritaire à l'Assemblée.
Celui-ci explique que Bouhadja ne pouvait pas démissionner un vendredi, car il devrait d'abord réunir les membres du bureau et l'ensemble des groupes parlementaires afin de les informer de sa décision. «Certes, une démission répond à certains critères et nous espérons que Bouhadja partira le plus vite possible», déclare Sebouta.
Pourquoi un tel souhait ? Que reproche-t-on à Saïd Bouhadja ? Les députés pointent du doigt sa mauvaise gestion. «La gestion de Bouhadja à la tête de cette institution est catastrophique, ajouté à cela ses décisions prises en solo sans concertation avec le ministère chargé des Relations avec le Parlement. Il fallait donc agir et mettre fin aux actes irresponsables de Bouhadja», accuse notre interlocuteur.
A la question de savoir quels sont les autres partis politique qui veulent retirer leur confiance à Bouhadja, des députés FLN parlent de tous les partis au pouvoir et qui siègent à l'Assemblée, y compris le groupe des indépendants. «Les groupes parlementaires alliés du pouvoir à l'APN, à savoir le FLN, le RND, TAJ, MPA et les indépendants, se sont rencontrés jeudi et ont décidé de mettre fin à leur collaboration avec le troisième homme de l'Etat. Ils ont établi la liste des signataires pour sa destitution», souligne un député FLN.
Reste aujourd'hui à savoir quelle attitude adoptera le premier magistrat du pays ? Et quelle seront les conséquences de la destitution du président de la Chambre basse du Parlement, le troisième homme de l'Etat ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.