L'APLS mène de nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain    Danemark-Finlande : La demande d'Eriksen à ses coéquipiers    Aïn Defla: Abbass M'hamed, un exemple de la fidélité au pays et de l'amour de la patrie    Législatives: clôture des bureaux de vote, début du dépouillement des voix    Législatives: les électeurs plus nombreux dans les bureaux de vote durant l'après-midi à l'Est du pays    Belmadi: "Cette série d'invincibilité n'est pas le fruit du hasard"    Coronavirus: 343 nouveaux cas, 236 guérisons et 5 décès    AEP à Alger: instructions fermes pour un approvisionnent régulier    Foot/Amical: Algérie (A') - Liberia (A) le 17 juin à Oran    Législatives/Alger-est : une plus importante affluence dans l'après-midi    Covid-19: plus de 5 millions de cas en Afrique    Tabbou, Ihsane El-kadi et Drareni relâchés    La Sadeg élabore un plan d'action pour les examens de fin d'année    Yasser Bouamar et Kaouther Ouallal éliminés d'entrée    Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès    Toute colonisation est un investissement perdu    Lumières rend hommage à plusieurs artistes    Hausse de 45,5% de nouveaux inscrits    Durcissement du Code pénal    LE VERDICT REPORTE AU 23 JUIN    Khaldi : "Revoir la politique du football"    Coton Sport-JSK à Yaoundé    LE NOUVEAU STADE D'ORAN OU LE 5-JUILLET POUR ABRITER LA FINALE    Sévère rappel à l'ordre du parlement européen au Maroc    Un salon dédié à la santé de l'étudiant    Saisie de 10 000 comprimés psychotropes    Finalisation de l'examen des décrets exécutifs    L'EXECUTIF SE MONTRE OPTIMISTE    Une série de dispositions annoncées pour redynamiser le secteur    Utilisation optimale des caméras de surveillance    Afrique du Sud: une alliance politico-syndicale réitère son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    La Casbah d'Alger : L'artisanat disparaît peu à peu    L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"    Véhicules de moins de 3 ans, tabac, fonds détournés...: Les nouveautés de la LFC 2021    Huit blessés dans 2 accidents de la route    Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières    Les habitants en appellent au wali: Une décharge sauvage en plein cœur de Haï Chahid Mahmoud    Complotisme : arme de la paresse intellectuelle et de la gouvernance institutionnelle    Les menaces de troisième génération    L'époux devenu loque    La Libye prend exemple de l'Algérie    Un quartier palestinien d'El Qods convoité par les sionistes    Neuf pays africains sur 10 pourraient ne pas atteindre l'objectif    Les défis de l'après-12 juin    Les avocats menacent de marcher    L'ami et le collègue de 56 ans!    Hommage à Fawzi Saïchi    «Unzipped Exposition», expo unique en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«L'abolition de cette sentence est liée au développement des sociétés»
Journée mondiale contre la peine de mort
Publié dans El Watan le 11 - 10 - 2018

Les participants à une conférence-débat sur la question de la peine de mort, organisée hier au siège du MDS à Alger par la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme (LADDH), sont unanimes : «L'abolition de la peine de mort est extrêmement liée au développement des sociétés.»
En effet, le président de la LADDH, Noureddine Benissad, l'avocat Miloud Brahimi et l'ancien président d'Amnesty International, Mohamed Seghir Lakhdari, ont exposé les raisons à l'origine de la résistance à la demande abolitionniste en Algérie, en Afrique et dans les sociétés musulmanes.
«Je suis abolitionniste par nature. L'abolition de la peine de mort est extrêmement liée au développement des sociétés. Malheureusement, nous appartenons à un univers qui connaît une grave régression», explique Miloud Brahimi, en citant des exemples de pays occidentaux, notamment la France, qui ont expurgé cette condamnation de leur législation.
Dans ce sens, l'avocat revient sur le geste de l'ancien président français, François Mitterrand, qui, sous l'influence de son ministre de la Justice, Robert Badinter, a décidé d'abolir la peine de mort dans son pays en 1981.
Poursuivant, Miloud Brahimi revient sur l'attitude des islamistes algériens concernant le débat autour de ce sujet. «En 1993, lorsque l'Algérie a adopté le moratoire sur la peine de mort, les islamistes ne se sont pas exprimés contre la décision. Parce qu'ils étaient des bénéficiaires de ce moratoire.
Une fois la décennie rouge passée, ils sont montés au créneau pour exiger le retour à l'exécution de la peine de mort», explique-t-il, appelant à «se débarrasser du poids de la religion». «Le combat pour l'abolition de la peine de mort est aussi celui de la revendication des droits de l'homme dans leur intégralité», souligne-t-il.
«Il faut remplacer le mot abolition par substitution»
Abondant dans le même sens, Mohamed Seghir Lakhdari estime que «la question de la peine de mort est liée à l'évolution de la conscience sociale». «Pourquoi l'abolition de la peine de mort tarde à intervenir dans certains pays ? Il faut changer le mot abolition par substitution.
Car le poids de la religion pèse encore sur ces sociétés», indique-t-il, précisant que «la loi du talion était appliquée lorsqu'il n'y avait pas de confiance en la justice». L'orateur rappelle aussi que la «loi du talion est antérieure à l'islam» et que «la peine de mort n'existe pas dans la charia».
Soulignant que la région de l'Afrique du Nord résiste encore à la tendance mondiale à l'abolition, Noureddine Benissad indique que l'Algérie est à la 7e place en Afrique en matière de condamnation à la peine capitale. Selon lui, il y a 10 raisons pour l'abolition de la peine de mort qui est appliquée en violation des normes internationales.
«Cette sentence ne garantit pas une meilleure sécurité, elle est inhumaine et cruelle, elle n'accorde pas de justice aux familles des victimes de meurtre, comme elle est inefficace et irréversible», déclare-t-il. Et d'ajouter : «La peine de mort est une vengeance, même si elle vient de l'Etat.»
Modérateur de la conférence, l'ancien député Ali Brahimi rappelle son initiative proposée à l'APN, en 2008, pour l'abolition de cette peine qui a buté sur le refus du bureau de l'APN.
«Le président de l'APN, Abdelaziz Ziari à l'époque, m'avait proposé de limiter l'abolition de la peine capitale aux seuls faits politiques. J'ai décliné l'offre, en lui expliquant que la démarche ne vise pas à amender le code pénal», révèle-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.