4e Sommet arabe du développement économique et social : Bensalah au Liban    15ème Conférence des MAE à La Valette : M. Messahel met en exergue "l'importance" qu'accorde l'Algérie au Dialogue 5+5    Le prix du panier à 59,63 dollars    Forum national sur le phénomène de la harraga à Alger    Energie : L'Algérie s'attelle à exporter son électricité et prépare activement le projet    Algérie-Etats Unis : Signature de quatre mémorandums d'entente pour un partenariat agricole    Une attaque terroriste tue 16 personnes dont quatre Américains    Ghassan Salamé met en garde contre les fauteurs de troubles    Audience le 1er février pour la libération de l'ancien président ivoirien    "Israël ne cache plus ses opérations contre l'Iran en Syrie"    Coupe du Roi : Le recours de Levante rejeté, Séville-Barça en quarts    Une mère de famille se jette du 4e étage à Draa Erich    Saisie de plus de 7 kg de cannabis traité    Temmar désamorce la bombe sociale    Bilan 2018 du contrôle commercial : Le défaut d'hygiène représente près de la moitié des infractions constatées    Solidarité nationale : Augmenter le taux d'emploi des personnes aux besoins spécifiques dans les PME    Découverte de 23 canons de l'époque ottomane    Elle rouvre après 10 ans de fermeture    Plaidoyer pour l'introduction de la matière architecture amazighe à l'Université    Que décidera Bouteflika ?    Ali Ghederi sera candidat à la présidentielle    Le Mi 9 de Xiaomi attendu pour fin février !    Les réponses de Bedoui...    L'Intersyndicale maintient son appel à une grève nationale    Poutine accueilli par une marée humaine    Le Smartphone pliable de Samsung ne se... pliera pas totalement    Le HMS convoque son Majliss ecchoura    "Il n'y a pas de quota de visas pour les Algériens"    Le Festival du cinéma latinoaméricain d'Alger de janvier à mars 2019    Résultats de la 13e journée    Les postulants conviés à procéder au retrait des formulaires de souscription    Convocation du corps électoral pour l'élection présidentielle    La JS Saoura et Al-Ahly du Caire se neutralisent    FORUM SUR LE PHENOMENE DE "HARRAGA" : 119 corps sans vie repêchés en 2018    POUR DEVENIR UNE ECONOMIE EN MESURE DE CONCURRENCER : L'Algérie a besoin, de plus d'un million d'entreprises    PRESIDENTIELLE : Ali Ghederi annoncera sa candidature    Réouverture de la Librairie Mauguin à Blida : Aujourd'hui, après 10 ans    Elecle président Bouteflika convoque le corps électoral pour le 18 avril 2019    Trois casemates pour terroristes détruites    Les supporters réclament le départ de Hamar    Hommage de la LAA à feu Abdou Seghouani    Le premier tour de manivelle, aujourd'hui    Iwal chante les Aurès et l'espoir    Jeux méditerranéens - 2021: Les préparatifs ont coûté 48 milliards de dinars    Accord UE-Maroc : Rejet de l'extension des préférences tarifaires aux territoires sahraouis    L'Onu confirme l'envoi d'observateurs    Tahrat forfait face à la Gambie    Mercato d'hiver 2018-2019 : Un marché plus ou moins emballé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les phrases qui tuent
Publié dans El Watan le 16 - 10 - 2018

Avec le «tiribarkisme» en vogue, on pourrait croire qu'on a le droit de dire n'importe quoi à n'importe qui et n'importe quand, et tout le monde aura de toute façon oublié le lendemain. Pourtant, quelques récents événements montrent le contraire : la parole est aussi importante qu'une tonne de bananes, elle doit être pesée avant d'être vendue.
Bessa, le grand promoteur immobilier d'Alger, a vu son empire s'écrouler et sa vie s'effondrer pour une phrase qu'il aurait prononcée et qui aurait fâché le puissant wali d'Alger. Pour Rebrab, plus grand industriel du pays, c'est aussi à cause d'une phrase à propos de sa kabylité qu'il a été victime d'une entreprise de démolition. Il y a d'autres exemples et tout le monde se rappelle El Hamel, débarqué pour quelques mots à propos des nettoyeurs qui devraient d'abord se nettoyer. La parole est donc cruciale et une petite phrase peut mener au bûcher.
Pourquoi alors les responsables disent-ils n'importe quoi sans aucune conséquence ? Pourquoi le maire de Ouled Fayet jure qu'on vit mieux dans sa commune qu'en Suisse, Ould Abbès explique qu'un président de l'APN qui va prendre un café avec des gens ordinaires rabaisse l'institution, ou Hasbellaoui qui défend les scorpions au lieu de mettre en place un système de collecte de venin antiscorpionique sans incidences ?
Parce que tout dépend de la personne visée dans la phrase. Pour le maire, les Suisses ne se sont pas sentis vexés, d'ailleurs ils ne connaissent pas Ouled Fayet ni qui est Fayet. Pour Ould Abbès, c'est le peuple qui est visé, et celui-ci a autre chose à faire qu'à déposer plainte. Enfin, la femme de Ouargla qui est morte à la suite d'une piqûre de scorpion ne peut évidemment plus protester, et les scorpions de leur côté sont connus pour ne pas faire de politique.
Comment fonctionne le tiribarkisme ? Comme le reste, tout dépend qui parle, la fonction autorisant l'abus et la puissance le verbe. El Hamel alors ? Le principe fonctionne aussi, il a simplement trouvé plus puissant que lui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.