L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    "Il faut le protéger ainsi que tous les innocents"    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Van de Beek, ça coûte cher    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les phrases qui tuent
Publié dans El Watan le 16 - 10 - 2018

Avec le «tiribarkisme» en vogue, on pourrait croire qu'on a le droit de dire n'importe quoi à n'importe qui et n'importe quand, et tout le monde aura de toute façon oublié le lendemain. Pourtant, quelques récents événements montrent le contraire : la parole est aussi importante qu'une tonne de bananes, elle doit être pesée avant d'être vendue.
Bessa, le grand promoteur immobilier d'Alger, a vu son empire s'écrouler et sa vie s'effondrer pour une phrase qu'il aurait prononcée et qui aurait fâché le puissant wali d'Alger. Pour Rebrab, plus grand industriel du pays, c'est aussi à cause d'une phrase à propos de sa kabylité qu'il a été victime d'une entreprise de démolition. Il y a d'autres exemples et tout le monde se rappelle El Hamel, débarqué pour quelques mots à propos des nettoyeurs qui devraient d'abord se nettoyer. La parole est donc cruciale et une petite phrase peut mener au bûcher.
Pourquoi alors les responsables disent-ils n'importe quoi sans aucune conséquence ? Pourquoi le maire de Ouled Fayet jure qu'on vit mieux dans sa commune qu'en Suisse, Ould Abbès explique qu'un président de l'APN qui va prendre un café avec des gens ordinaires rabaisse l'institution, ou Hasbellaoui qui défend les scorpions au lieu de mettre en place un système de collecte de venin antiscorpionique sans incidences ?
Parce que tout dépend de la personne visée dans la phrase. Pour le maire, les Suisses ne se sont pas sentis vexés, d'ailleurs ils ne connaissent pas Ouled Fayet ni qui est Fayet. Pour Ould Abbès, c'est le peuple qui est visé, et celui-ci a autre chose à faire qu'à déposer plainte. Enfin, la femme de Ouargla qui est morte à la suite d'une piqûre de scorpion ne peut évidemment plus protester, et les scorpions de leur côté sont connus pour ne pas faire de politique.
Comment fonctionne le tiribarkisme ? Comme le reste, tout dépend qui parle, la fonction autorisant l'abus et la puissance le verbe. El Hamel alors ? Le principe fonctionne aussi, il a simplement trouvé plus puissant que lui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.