Benhadid : «La solution est politique»    5 exercices bénéfiques pour les muscles de votre dos    Crise libyenne : L'armée de Haftar au bord de l'enlisement    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaires Sonatrach et Autoroute Est-Ouest: Les dossiers de Chakib Khelil et Amar Ghoul transmis à la Cour suprême    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour: JSMB - ESS, aujourd'hui à 17 h 00: Un âpre duel en vue    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Division nationale Amateur - Ouest: Cinq clubs dans la tourmente    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Restitution des projets financés par l'UE pour la sauvegarde du patrimoine : 5 associations oranaises présentent leurs bilans    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    La Chine célèbre en grande pompe les 70 ans de sa marine nationale Xi Jinping propose de construire une communauté de destin maritime    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Le temps des décomptes    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    Comédie burlesque à l'algérienne    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Hzem El Ghoula» pour le lever de rideau
Festival international du théâtre de Béjaïa
Publié dans El Watan le 16 - 10 - 2018

La 9e édition du Festival international du théâtre de Béjaïa (FITB) a démarré dans la soirée de dimanche dernier dans la sobriété, contrastant fortement avec l'ambiance festive des éditions précédentes. Le seul côté festif de cette fois-ci a résidé dans les rythmes du bendir et des cymbalettes d'un tambourin d'une troupe féminine de musique traditionnelle, dans la pure tradition des chants des femmes kabyles, dont la défunte Cherifa a été un porte-flambeau.
La cérémonie d'ouverture, sans fards, a été marquée par la présence des officiels et l'absence de la grosse foule qui a pris l'habitude d'encombrer le hall du Théâtre régional Abdelmalek Bouguermouh (TRB). Le principe de l'entrée payante, annoncé par le commissaire du festival, Slimane Benaïssa, n'a pas été appliqué, mais le changement d'horaire de la représentation théâtrale de la soirée, avancée d'une heure, a pris à contre-pied une partie des absents.
Au programme de l'inauguration, la pièce du théâtre de Skikda, Mabkat Hadra, premier prix du Festival national du théâtre, a fait défaut. Pour un problème de contrat arrivé à terme, la troupe n'a pu se reconstituer. Le commissariat du FITB s'est rabattu sur une pièce qui a fait les beaux jours du TRB, Hzam El Ghoula. Mise en scène en 1989 par Abdelmalek Bouguermouh, Hzam El Ghoula est une tragi-comédie qui a été savamment retouchée par le metteur en scène et comédien Mouhoub Latreche, qui y joue un rôle.
Dans l'espace exigu d'une chambre, qui sent le dénuement et traversée par une tuyauterie encombrante d'une cave, deux étudiants entreprennent d'aménager de la place pour leurs fraîches épouses. Brahim et Aïssa se sont mariés en cachette l'un de l'autre. Mais comment le dire, l'annoncer et se faire accepter dans leur pauvre réduit. En même temps qu'elle pose le problème classique du logement, la pièce enlace une problématique beaucoup plus profonde et complexe, celle de la difficile cohabitation, à laquelle se greffe un ensemble de sujets d'ordre social, politique et existentiel.
Des projets de société s'affrontent entre deux couples qui tentent de s'accepter avec leurs idées divergentes et leurs aspirations contradictoires. L'amitié de Brahim et Aïssa ne pèse pas sur les lourds conflits qui naissent. Aïssa a l'esprit révolutionnaire des prolétaires, complètement en contradiction avec ce qu'est sa femme Djamila, une jeune femme élevée dans l'opulence et l'aisance de son père bourgeois. Entre le prolétariat et la bourgeoisie, il y a un fossé historique, mais l'amour aveugle et la jeunesse de «Aïssous» et Djamila en ont fait l'impasse pour un temps.
Brahim et Nadia forme un autre couple des impossibles. Lui est noyé dans la religion et la charia, elle, est engagée dans le combat pour l'émancipation. Deux mondes qui ne vont pas de pair, que tout sépare. Quatre personnages, une chambre et mille et une étincelles, ce mariage risqué est présenté dans l'agréable moule de l'humour mordant qui nous renvoie l'image riante de notre réalité.
La religion décline son omniprésence et son irruption par une de ses expressions matérielles qu'est un tapis de prière. Un bout d'osier a suffi pour traduire amplement le caractère tragique du sacré et de l'intolérance : Brahim veut une place pour son tapis de prière. Le propriétaire des lieux intervient pour faire adopter un règlement intérieur qui pourrait symboliser la Constitution d'un pays. La petite pièce et ses tuyaux qui fuient sont la représentation en miniature d'un Etat avec ses frontières internes imaginaires qu'imposent les différentes expressions du rejet de l'autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.