Le clan Tliba en perte de vitesse    Présidentielle : il y aura de l'ambiance !    Les experts pointent les insuffisances et contraintes du secteur    Les parlementaires s'y intéressent    Le Front Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Plus de Prozac dans la soupe, peut-être ?    Que de derbies !    Une finale avant la lettre entre les plus titrés    Le NAHD voit désormais grand    «Nous avons été poussés à la contestation»    Médecins, l'autre harga    Le photographe de presse Benhlima Abdelkrim porté disparu en mer    Au royaume des poètes arabes    Des écrivaines qui valent leur pesant de poudre    Vers la création d'un orchestre symphonique amazigh    Lutte contre la criminalité : Près de 40 kg de cannabis saisis en décembre dernier    Présidence tournante en Union européenne: La Roumanie veut une Europe de cohésion    L'opposition piégée ?    Tizi Ouzou: Un homme tué par le monoxyde de carbone    Urgences du CHUO: Près de 14.000 consultations et 1.900 admissions en 1 mois    Saisie de 100 kilos de kif    EN - En prévision de la CAN-2019: Belmadi dégrossit la liste élargie de 45 joueurs    Fin du suspense mais un emballement politique relatif    Extension du port de Skikda: Sonatrach signe un contrat avec les Chinois    Le rêve et la chaloupe    Victoire de Ouarghi de l'OFAC    Le GS Pétroliers évoluera dans le groupe D    Italie: Déception et colère après la sanction maintenue contre Koulibaly    Salon national de l'emploi et de la formation La 13ème édition du 29 au 31 janvier à Alger    Forum économique de Davos : Messahel représente le président de la République    Journal officiel : La date du 18 janvier décrétée Journée nationale de la commune    Renault : Une semaine décisive pour l'après-Ghosn    Madagascar : Andry Rajoelina s'engage à rattraper dans cinq ans le retard du développement du pays    Guerre commerciale : Les USA veulent des contrôles réguliers du commerce chinois    Nomination des magistrats et prérogatives pour la HIISE    En attendant les 1ères Assises nationales sur l'économie circulaire : Le volume des déchets en Algérie peut créer 100 000 postes d'emploi    L'économie administrée est en échec    Bourses : Wall Street se réjouit de la montée en flèche des actions des compagnies américaines    Transfert des eaux de Beni-Ounif vers cinq communes (Bechar) : Le projet hydraulique sera réceptionné et mis en service en avril prochain    La fédération satisfaite de la participation algérienne    Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie    Bedoui lance le débat    Raids aériens massifs de la Coalition arabe contre les Houthis    GMI livre 50 bus scolaires Au profitdes collectivités locales    Cinq partis politiques et six personnalités procèdent au retrait des formulaires de candidature    Les chrétiens sont "très persécutés" en Algérie    Avant-première du documentaire «Juba II»    Plusieurs réserves levées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Hzem El Ghoula» pour le lever de rideau
Festival international du théâtre de Béjaïa
Publié dans El Watan le 16 - 10 - 2018

La 9e édition du Festival international du théâtre de Béjaïa (FITB) a démarré dans la soirée de dimanche dernier dans la sobriété, contrastant fortement avec l'ambiance festive des éditions précédentes. Le seul côté festif de cette fois-ci a résidé dans les rythmes du bendir et des cymbalettes d'un tambourin d'une troupe féminine de musique traditionnelle, dans la pure tradition des chants des femmes kabyles, dont la défunte Cherifa a été un porte-flambeau.
La cérémonie d'ouverture, sans fards, a été marquée par la présence des officiels et l'absence de la grosse foule qui a pris l'habitude d'encombrer le hall du Théâtre régional Abdelmalek Bouguermouh (TRB). Le principe de l'entrée payante, annoncé par le commissaire du festival, Slimane Benaïssa, n'a pas été appliqué, mais le changement d'horaire de la représentation théâtrale de la soirée, avancée d'une heure, a pris à contre-pied une partie des absents.
Au programme de l'inauguration, la pièce du théâtre de Skikda, Mabkat Hadra, premier prix du Festival national du théâtre, a fait défaut. Pour un problème de contrat arrivé à terme, la troupe n'a pu se reconstituer. Le commissariat du FITB s'est rabattu sur une pièce qui a fait les beaux jours du TRB, Hzam El Ghoula. Mise en scène en 1989 par Abdelmalek Bouguermouh, Hzam El Ghoula est une tragi-comédie qui a été savamment retouchée par le metteur en scène et comédien Mouhoub Latreche, qui y joue un rôle.
Dans l'espace exigu d'une chambre, qui sent le dénuement et traversée par une tuyauterie encombrante d'une cave, deux étudiants entreprennent d'aménager de la place pour leurs fraîches épouses. Brahim et Aïssa se sont mariés en cachette l'un de l'autre. Mais comment le dire, l'annoncer et se faire accepter dans leur pauvre réduit. En même temps qu'elle pose le problème classique du logement, la pièce enlace une problématique beaucoup plus profonde et complexe, celle de la difficile cohabitation, à laquelle se greffe un ensemble de sujets d'ordre social, politique et existentiel.
Des projets de société s'affrontent entre deux couples qui tentent de s'accepter avec leurs idées divergentes et leurs aspirations contradictoires. L'amitié de Brahim et Aïssa ne pèse pas sur les lourds conflits qui naissent. Aïssa a l'esprit révolutionnaire des prolétaires, complètement en contradiction avec ce qu'est sa femme Djamila, une jeune femme élevée dans l'opulence et l'aisance de son père bourgeois. Entre le prolétariat et la bourgeoisie, il y a un fossé historique, mais l'amour aveugle et la jeunesse de «Aïssous» et Djamila en ont fait l'impasse pour un temps.
Brahim et Nadia forme un autre couple des impossibles. Lui est noyé dans la religion et la charia, elle, est engagée dans le combat pour l'émancipation. Deux mondes qui ne vont pas de pair, que tout sépare. Quatre personnages, une chambre et mille et une étincelles, ce mariage risqué est présenté dans l'agréable moule de l'humour mordant qui nous renvoie l'image riante de notre réalité.
La religion décline son omniprésence et son irruption par une de ses expressions matérielles qu'est un tapis de prière. Un bout d'osier a suffi pour traduire amplement le caractère tragique du sacré et de l'intolérance : Brahim veut une place pour son tapis de prière. Le propriétaire des lieux intervient pour faire adopter un règlement intérieur qui pourrait symboliser la Constitution d'un pays. La petite pièce et ses tuyaux qui fuient sont la représentation en miniature d'un Etat avec ses frontières internes imaginaires qu'imposent les différentes expressions du rejet de l'autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.