Cité Benboulaïd à Constantine : Les demandeurs de logements sociaux bloquent la ville    Zeghmati : La prochaine présidentielle, "une bouée de sauvetage" offerte au peuple algérien    Selon le ministre du Travail, Tidjani Hassan : "Le droit des litiges autorise le recours à la justice si le conflit n'est pas réglé"    Présidentielle Rabehi met en garde les professionnels de l'information contre les "fake news"    Sétif: A la recherche des modalités pour harmoniser et réduire les inégalités entre les territoires    Fin de l'info box : Une sensation verte à Glaris    USA: Trump déclare son amour aux russes    Députée syrienne: L'armée turque encerclée quitterait Ras-al-Aïn    Ballon d'or 2019: Rapinoe, Mbappé et Van Dijk en têtes d'affiche    Le décathlonien Bouraâda: "Les Mondiaux 2020 en salle, mon premier objectif avant les JO"    Equipement sportif : Adidas perd l'un des inspirateurs de son rebond américain    Election présidentielle : Un nouvel Etat de droit issu de la volonté du peuple    Omnisports : Signature d'un accord-programme de pratique sportive au sein des universités    Libye SOS Méditerranée cherche de nouveau un port sûr pour 104 migran    M. Zitouni " 90% des dossiers gelés de moudjahidine ont été traités "    Publication: "Aperçu de la culture et les chants amazighs dans les Aurès, Ouargla et la Kabylie", nouveau livre de Salim Sahali    13ème édition des journées du court-métrage d'Annaba : 26 films en compétition    Nouvelle marche des étudiants    Lakhdar Bouregaa refuse d'être auditionné    237 détenus libérés pour désengorger les prisons    Refonte prochaine du système fiscal    Le taux à 2,4 % en septembre 2019    7 postulants fins prêts    16 oeuvres de jeunes cinéastes en compétition    "Nous n'avons pas fermé d'églises"    LDC : Les résultats de la soirée du mardi    TRIBUNAL MILITAIRE DE BLIDA : Le général Mehena Djebbar incarcéré    PRESIDENTIELLE : Mihoubi dépose son dossier aujourd'hui    COUR D'APPEL D'ORAN : 5 ans de prison requis contre 04 passeurs de harraga    DES CHANTIERS DE LOGEMENTS A L'ARRET A ORAN : Des entreprises étrangères réclament 160 milliards à l'OPGI    Choc de mal classés à Mohammadia    La trêve turco-américaine expire ce soir    Manifestation à Kinshasa contre la corruption    Islam Slimani dans l'équipe-type de la 10e journée    La LFP avance à pas de tortue !    Synapse de Noureddine Zerrouki au Festival du court-métrage de Nouakchott    Lancement du centenaire de la naissance de Mohammed Dib en février prochain    Le HCA présent avec une vingtaine d'ouvrages    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce mardi    Forêts : Lancement d'une vaste campagne de reboisement    Alger: Le procès de deux détenus du Hirak s'ouvre aujourd'hui    Bouira: Grève des enseignants du primaire    Tirage au sort pour le choix des blocs et des étages: Attribution prochaine de 300 logements sociaux à Boutlelis    Belgaid et Cap Falcon: Deux morts et quatre blessés dans des accidents de la route    Tlemcen: Des foyers qui «boudent» le gaz naturel    Que peut apporter la diaspora pour le pays ?    Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020    Mazda : nouveau teaser de son futur véhicule électrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crasc d'Oran : La situation des personnes âgées en débat
Publié dans El Watan le 26 - 10 - 2018

Une conférence très intéressante a été donnée, mercredi dernier au Crasc d'Oran, où il était question des personnes âgées en Algérie.
A vrai dire, cette conférence, qui s'apparentait davantage à un workshop, faisait suite à une étude menée par une équipe anthropologique, composée notamment de sociologues et de psychologues, qui avait pour but, comme l'a expliqué un intervenant, le professeur Mustapha Mimouni, «d'enlever la poussière sur une réalité qui a une visibilité physique mais qui n'a pas une visibilité sur le travail intellectuel».
Le professeur Mohamed Belouezani, de l'université Oran 2, a annoncé que d'après une récente étude, les personnes âgées ne représentent que 8% de la société algérienne, alors que les enfants et les jeunes de moins de 15 ans représentent, eux, 28% de la société ; quant à la population active (composée du reste travailleurs et de chômeurs) elle est de 65% environ.
Minorité
Les personnes âgées sont donc une minorité en Algérie. D'abord, à partir de quel âge entre-t-on dans la catégorie «senior» ? Le professeur Fatima-Zohra Sbaa, dans son intervention, a indiqué que la vieillesse commence à 65 ans d'après la législation mondiale. Lors des débats entretenus par une assistance nombreuse, composée essentiellement d'universitaires, de chercheurs, de médecins et de paramédicaux, nous apprendront d'abord que 70% des personnes âgées souffrent de troubles de la mémoire.
Cela, d'ailleurs, peut aller souvent jusqu'à la maladie d'Alzheimer, qui prend des proportions inquiétantes dans le pays. Prenant la parole, un ancien paramédical explique que c'est le manque de valorisation chez cette frange de la société qui la rend vulnérable, et de facto susceptible d'être atteinte par des maladies liées à la mémoire.
Isolement
«Il faut le dire, les personnes âgées n'ont aucun loisir, on ne pense pas à leur bien-être. Mis à part à la mosquée, elles n'ont nulle part où aller. Rien n'est fait pour eux. Aussi, ils se sentent dévalorisés et tombent dans la confusion mentale.» Et de préciser que dans bien des cas, le sujet âgé n'accepte pas la retraite et se sent comme isolé.
C'est peut-être la raison pour laquelle on a coutume de voir en Europe des personnes âgées travailler, refusant, malgré l'âge, de prendre leur retraite. Aussi, l'intervenant, qui certifie que le problème est lié à la valorisation, il préconise qu'il y ait plus d'espaces, plus de clubs pour ces sujets âgés.
Il informera l'assistance, également, de la création prochaine d'un mastère en gériatrie pour prendre en charge le malade âgé sur trois dimensions : psychologique, sociologique et culturelle. Le Pr Sbaa, tout en abondant dans ce sens, émet toutefois des réserves. Pour elle, la solution n'est pas forcément dans la multiplication des centres consacrés aux personnes du troisième âge.
«Il faudrait surtout penser à des programmes de prise en charge, pour que les personnes âgées soient toujours utiles à la société. On avait proposé, à titre d'exemple, que les personnes âgées puissent venir dans les établissements scolaires à proximité de leur quartier pour proposer aux enfants des histoires. Ça leur donnerait un rôle social, une occupation, sans que cela nécessiter un budget énorme».
Savoir-faire
Elle regrette cependant que dans le système de santé, les programmes ne traitent que très peu de la question des personnes âgées : «J'en veux pour preuve le dernier programme de santé mentale du ministère de la Santé très peu consacré aux personnes âgées. Par contre, on laisse cela au ministère de la Solidarité nationale qui a d'ailleurs fait un guide pour prévenir la maltraitance des personnes âgées. Je crois qu'il y a une coupure qui n'a pas de raison d'être entre les ministères où chacun se débarrasse du problème en le laissant à l'autre secteur.»
Le professeur Mustapha Mimouni a entre autre parlé du problème de la transmission, qui fait bigrement défaut en Algérie : «Des générations qui sont parties en retraite et qui ont pris avec elles ce qu'on appelle la mémoire professionnelle, si bien que ceux qui viennent à leur place font du bricolage. Le problème est là : il n'y a pas de transmission.
D'ailleurs, les Canadiens sont bien conscients de ce problème, et pour y parer, les retraités sont invités dans les universités pour enseigner des pratiques à des doctorants, à des professeurs d'université. Et ainsi la transmission se fait.» D'autres intervenants ont également pris la parole, et force est d'admettre que c'est l'institution sanitaire qui a le plus témoigné sur ce sujet.
Selon une intervenante, pendant le débat, l'institution sanitaire est représenté chez la personne âgée beaucoup plus comme un lieu social, dans lequel elle peut échanger, qu'un espace qui prodigue des soins.
D'ailleurs, a regretté cette intervenante, les espaces hospitaliers ne sont pas conçus pour les personnes âgées, où nombre de service sont parfois dépourvus d'ascenseur, obligeant les paramédicaux à porter les patients âgés, du moins ceux qui sont à mobilité réduite. Enfin, un des intervenants a évoqué l'association Rafik, composée de volontaires qui prennent en charge les personnes âgées et viennent leur prodiguer les soins à la maison, pour leur éviter le déplacement à l'hôpital.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.