AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    17e manifestation des étudiants: La mort de Morsi renforce la conviction d'un Etat civil    SOLUTION CONSTITUTIONNELLE : Gaïd Salah présente les arguments de l'armée    L'ONM : « La période de transition instituée par l'article 102 a engendré un échec total »    Rien que la présidentielle...    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «Piratage de l'esprit»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Cherif El-Ouazzani s'interroge ...    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    «Il est parti sans raison particulière»    Jean-Christophe Hourcade, nouveau préparateur physique    Nouvelles de l'Ouest    Trois candidats exclus pour fraude    102 élèves ont obtenu 10/10    Un candidat devant la justice    60 participants à Sidi M'hamed-Benaouda    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Une bonne nouvelle enregistrée lors du dernier entrainement des Verts à Doha    RC Relizane: Le président Hamri jette l'éponge    DES DIPLOMES COMME ORNEMENT    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    Une attitude pour le moins équivoque    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Guerre commerciale : Tarifs douaniers, le "Guerre et Paix" de Donald Trump    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des Algériens atteints d'Alzheimer à 50 ans !
Conséquences des traumatismes dus aux violences
Publié dans Liberté le 04 - 12 - 2008

Les IVe journées médico-psychologiques, ayant débuté hier, à l'hôtel El-Aurassi (Alger), ont accueilli un large auditoire, composé surtout de psychologues, psychiatres, historiens, philosophes et militants des droits de l'Homme.
Parmi les raisons qui justifient une telle participation, on retiendra le retour de ces rencontres, sachant que les IIIe journées ont eu lieu, il y a près de 10 ans. De plus, les thèmes choisis sont très adaptés à l'actualité. Plus concrètement, la manifestation d'El-Aurassi, initiée par la société médico-psychologique et qui s'achèvera aujourd'hui, aborde principalement la problématique de la mémoire, dans ses différentes dimensions : médicale, historique, sociologique, etc. Sur le plan de la santé mentale, la mémoire est approchée à travers la maladie d'Alzheimer, les démences en général et d'autres troubles, à l'exemple de la schizophrénie, la dépression et les souffrances des victimes des violences. Dans son intervention, la représentante du ministère de la Santé a évoqué “la politique nationale de santé” et précisé que celle-ci “accorde une attention particulière à la santé mentale”. Dans ce cadre, elle a parlé de “plusieurs actions” menées par son ministère pour “une organisation des soins de santé mentale la plus adaptée” aux besoins des malades. L'intervenante a, en outre, rappelé les projets lancés ou à lancer tels que “la réalisation en cours” de 14 hôpitaux psychiatriques, qui vont s'ajouter aux 15 établissements existants. Selon elle, le gouvernement accorde aussi un intérêt particulier au phénomène de “l'extension de la toxicomanie” en Algérie. La preuve, notera-t-elle, réside dans le programme de réalisation de 53 centres intermédiaires et 15 centres régionaux, en plus des “lits dédiés aux toxicomanes, dans les hôpitaux généraux”.
Lors d'un point de presse, le président de la société médico-psychologique, le Pr Mohamed Tedjiza, a révélé que la tenue de la rencontre d'Alger est une manière pour son organisation de “se manifester” et de réfléchir sur des thèmes qui “suscitent débat dans la société algérienne”. Concernant la maladie d'Alzheimer, M. Tedjiza a indiqué qu'elle mobilise gouvernement et mouvement associatif dans certains pays, comme la France, en constatant que “la conscience citoyenne est à développer chez nous”. Il a, cependant, reconnu que l'Algérie, contrairement à ces pays, se caractérise par la jeunesse de sa population, puisque “70% de la population ont moins de 30 ans”. Il n'empêche que l'intérêt porté aujourd'hui à la maladie d'Alzheimer est réel, car cette maladie qui touche les personnes âgées de plus de 70 ans, dans les pays dits développés, “survient après l'âge de 50 ans en Algérie” et “on ne sait pas encore pourquoi”. Devant l'absence de statistiques sur les personnes atteintes de cette maladie, M. Tedjiza a annoncé “à titre indicatif” qu'elle touche actuellement près de 30% de la population algérienne. “Le vieillard n'a pas sa place encore dans le système de santé algérien”, a-t-il soutenu, en précisant que la maladie d'Alzheimer renvoie à la fois au problème de perte de mémoire et à la démence.
Le regard de l'historien sur la mémoire apporte, quant à lui, de nouveaux éclairages, surtout quand cette problématique est liée aux violences, aux chocs et autres traumatismes. D'aucuns ont relevé, en marge de la rencontre, que la question de l'héritage du trauma (blessure), dû à la violence coloniale et à celle de la décennie 1990, exige avant tout de s'intéresser à la façon dont la société, dans son ensemble, “institue le rapport à sa propre histoire”. Ils ont plaidé pour “le retour à la parole” et “le travail de mémoire” pour rompre, selon eux, avec “les silences”, le “repli”, les “clivages” et/ou le “règne de la terreur”.
H. Ameyar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.