SDA El Harrach : 4,63 milliards DA de créances    Université M'Hamed Bougara : Partenariat avec les collectivités locales    MO Constantine : Grandes ambitions, petits moyens    Risques d'inondations : 28 points noirs recensés dans la capitale    Zemmouri : Des sinistrés dans l'expectative    Rencontre wali-investisseurs: Un «petit» bureau à la place d'une «grande» commission pour débloquer les projets    Une visite et des attentes    Le Liban n'est plus la Suisse    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Ligue des champions d'Afrique: ASEC Mimosas-CRB, aujourd'hui à 16h00 - Le Chabab en mission commando    Equipe nationale: Belmadi en remet une couche sur Delort    Coupe de la CAF: FAR Rabat-JSK, aujourd'hui à 17h00 - Un derby maghrébin indécis    Plafonnement des réductions pour l'Assurance automobile: L'Association des consommateurs veut saisir la justice    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    Colère des travailleurs de l'éducation à Oran: Sit-in ce lundi devant l'académie    Bethioua: Des projets de développement au profit des zones d'ombre    Un «Tapie» d'or    Une «tumeur maligne»    Belaribi brandit l'expérience algérienne    Des rejets à la pelle    Le Brésil prend le large    Ibrahimovic est rétabli    Staveley annonce la couleur    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    C'est l'apanage des mamans!    La femme rurale tient salon à Béjaïa    Deux routes fermées à la circulation    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    «La présidentielle française brouille la réconciliation»    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    Liverpool : Klopp mécontent du rachat de Newcastle    La prise d'otage de tout un peuple    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    MACRON, LA QUESTION MEMORIELLE ET LE MASSACRE DU 17 OCTOBRE 1961    Paris tente de calmer à nouveau le jeu    Grand cafouillage dans la programmation    D'autres procès attendent Tayeb Louh et Saïd Bouteflika    L'accent est mis sur la nécessaire égalité entre les Etats et les Nations    L'association RAJ dissoute    La Nation ne s'invente pas, elle est    Actuculte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La gouvernance par la mauvaise foi
Publié dans El Watan le 23 - 10 - 2004

Au moment précis où les partis islamistes, qu'ils soient dans l'opposition ou partie prenante de la coalition présidentielle, s' attaquent avec férocité et force aux timides améliorations supposées aider la femme algérienne à relever sa tête dans un univers qui la bafoue, un ministre de la République, M. Ghlamallah, travaille avec insistance à créer le danger de l'évangélisation de la Kabylie et le risque, par conséquent, de sa rupture religieuse par rapport à la nation.
Saisies dans leur dimension politique, ses déclarations participent d'une manœuvre habile de la collectivité islamiste qui vise à affaiblir les forces du progrès et du changement, qu'elles soient au niveau de l'Etat ou au niveau de la société. Après les agressions contre les partis démocrates et les archs, le ministre de la République s'autorise cette fois une atteinte contre le MCB, patrimoine politique et culturel d'une région qui a tant souffert du mépris, mais aussi d'un pays que l'instrumentalisation de la religion a enfoncé dans l'abîme et qui aspire intensément à la paix et à la modernité. On offensant le MCB, matrice de la dynamique démocratique qui a pu contribuer, malgré des défaites partielles, à placer stratégiquement le pays sur la voie de la rénovation, M. Ghlamallah veut installer les démocrates dans une position défensive qui convienne à la reprise de l'initiative politique par les forces de la dérive historique. En désignant le MCB comme animateur de l'évangélisation en Algérie, monsieur le ministre dévoile son rôle de démolisseur religieux du bastion de la démocratie dans notre pays, mais surtout son manque de responsabilité et d'élévation politique. Le MCB n'est pas un mouvement religieux ; il n'est ni islamiste ni évangéliste. Prétendre autre chose, c'est faire preuve de mauvaise foi et d'hypocrisie inégalables. D'ailleurs, les investigateurs de monsieur le ministre sont mis au défi de trouver dans la littérature du mouvement, dans son parcours et ses actions une attaque ou une atteinte à la religion. Conscients des techniques utilisées par les artisans de la crise nationale et qui consistent, entre autres, à opposer la revendication amazighe à la religion, les animateurs du combat identitaire ont soustrait leur lutte à toute dualité improductive. Dans ce sens, nous pourrons aisément lire dans le rapport de synthèse du 2e séminaire du mouvement amazigh, tenu en juillet 1989 à Tizi-Ouzou : «Il est clair que dans la umma musulmane à l'apogée de sa civilisation, il n'y a pas eu de volonté d'arabiser les diverses communautés musulmanes. Les contacts culturels se réalisant sans pratiques dominatrices et exclusivistes (principe de tolérance et de respect de la différence dans l'Islam).»
Le MCB, dans sa nature démocratique n'est ni chauvin ni passéiste, au contraire, il est sans complexe aucun, partisan de l'ouverture sur les autres dimensions de la culture nationale et universelle. Il inscrit son combat dans le cadre du mouvement démocratique de tout le peuple algérien. Il ne prend pas position sur les systèmes philosophiques, sociaux et idéologiques, mais il lutte aux côtés de toutes les forces démocratiques de la société pour une démocratisation inconditionnelle de la vie politique et culturelle. C'est en ces termes que le MCB s'est défini. Ni les textes du mouvement culturel, ni la déclaration du 1er novembre 1954, ni la plateforme de la Soummam, ni la Constitution en vigueur n'obligent un mouvement ou un parti politique à vérifier l'appartenance religieuse de ses adhérents et militants. Celle-là concourt du domaine privé de chacun que tous doivent respecter. En réalité, le problème ne découle pas d'un souci religieux, il est fondamentalement politique. Ce n'est pas tant l'évangélisation qui pose problème, mais c'est le fait que la Kabylie, après des décennies d'isolement et de dénigrement, arrive à traîner dans ses élans revendicatifs et démocratiques les autres régions du pays. La fin de la diabolisation de cette région, le changement de regard entre des concitoyens poussés à se regarder en chiens de faïence, ne sont pas du goût de cercles habitués à vivre de l'instrumentalisation des fondements de la personnalité. Vouloir conditionner la population par le moyen de l'usage de l'insulte, pour la pousser à réagir négativement et justifier par la suite, par cet ennemi intérieur fabriqué de toutes pièces, une fonction politique qui n'a pas lieu d'exister explique d'une manière prodigieuse la stagnation de la culture politique de ses commanditaires. Les propos du ministre des Affaires religieuses sont d'une gravité certaine, du fait qu'ils engagent le gouvernement dans une stratégie de discorde nationale contraire aux options stratégiques déclarées. En effet, elles viennent se superposer sur un lourd sentiment de frustration qui traverse en profondeur la société, essentiellement sa jeunesse qui vient de sortir de trois années de révolte et de martyre et qui se retrouve la proie d'une campagne qui n'intéresse nullement son vécu et son avenir qui reste incertain. Pour conclure, il est important de dire que s'il est inadmissible d'utiliser tamazight pour nuire à l'Islam, il est d'un autre côté inacceptable que les adversaires de tamazight utilisent la religion pour porter atteinte à l'un des soubassements essentiels de notre nation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.