Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Santé publique : Ces vêtements qui rendent malade
Publié dans El Watan le 04 - 03 - 2009

A l'instar des jouets, produits électroménagers et produits cosmétiques et alimentaires, les vêtements n'échappent pas à la contrefaçon. Les médecins spécialistes préviennent contre les risques dermatologiques, tels que l'allergie, les eczémas, les brûlures, l'infection et les germes… La contrefaçon touche une panoplie vestimentaire, tels que les sous-vêtements, chemises, tee-shirts, pantalons, pulls, mais aussi des chaussures et chaussettes ou bottes. Ces vêtements et chaussures sont souvent de mauvaise qualité, d'origine inconnue et fabriqués avec des matières douteuses. Généralement, on impute la contrefaçon à la fabrication chinoise dont la présence dans le commerce local est visible un peu partout dans la capitale. Des tee-shirts neufs sont proposés à 500 DA, des pulls à 900 DA, des ensembles pour enfants ne dépassant pas les 800 DA.
Si ces prix sont intéressants, la mauvaise qualité des produits a trahi des milliers d'Algériens qui, fort heureusement, après quelques mois seulement, se sont rendu compte de cette qualité médiocre. Mais la production locale, aussi, n'est pas exempte de cette situation déplorable. Chaque semaine, des citoyens sont pris dans les rets de la contrefaçon et contractent des maladies allergiques. C'est le cas de Slimane, 40 ans, rencontré à l'hôpital de Baïnem. Il témoigne. « Une fois, j'ai acheté des mocassins à 1800 DA dans un magasin de Aïn Bénian (Alger), made in Spain. Je les ai portés pendant une semaine ou 15 jours. Après quoi, j'ai commencé à avoir des démangeaisons, des sensations de brûlure. Le pied a enflé. J'ai été aux urgences de l'hôpital de Baïnem. Le médecin m'a dit que les souliers étaient peut-être fabriqués en Chine.
C'est des souliers qui circulent sur le marché. Ils sont fabriqués à partir de matières allergisantes. Il y a des patients qui sont passés aux urgences pour le même problème. Il m'a donné un traitement qui m'a coûté plus cher que le prix des chaussures. Un traitement antibiotique. Le médecin m'a déconseillé les souliers. » Dans la même lancée, une autre dame algéroise a subi le même enfer à cause d'une paire de bottes. : « Moi aussi, j'ai acheté une paire de bottes. Depuis, j'ai des démangeaisons incroyables. Je me lève la nuit pour me gratter la plante des pieds, les chevilles et les mollets. Je n'en dors plus et le matin, c'est dur d'aller au boulot. C'est insupportable et j'ignorais que c'étaient mes bottes. Aujourd'hui, j'ai contacté le médecin qui m'a dit que cela provenait des bottes contaminées. » Quel est l'avis des vendeurs ? Pour eux, la responsabilité incombe aux Chinois qui ont envahi le marché local.
Ainsi, un vendeur de chaussures à Bab El Oued (Alger) explique qu'une paire de training est cédée à 200 DA au marché de Bab El Oued. Selon lui, pas moins de 5 choix de training sont commercialisés en Algérie. Parmi eux, figurent des souliers destinés au marché européen et répondant aux normes de qualité. D'autres, par contre, sont vendus au marché africain et arabe et sont de mauvaise qualité. Il indique que certains importateurs ne respectent pas les mesures de qualité et les normes internationales. Il avoue, également, que certains importateurs envoient des commandes à leurs collègues en Chine pour leur fabriquer des modèles très demandés en Algérie, mais avec des matières contrefaites.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.